NOUVELLES

Le pape François dénonce le terrorisme «aveugle» en ce dimanche de Pâques

27/03/2016 12:14 EDT | Actualisé 27/03/2016 12:19 EDT
Franco Origlia via Getty Images
VATICAN CITY, VATICAN - MARCH 27: Pope Francis delivers his traditional 'Urbi et Orbi' Blessing - to the City of Rome, and to the World - from the central balcony overlooking St. Peter's Square on March 27, 2016 in Vatican City, Vatican. Speaking to pilgrims and tourists gathered in the Square for the occasion, Pope Francis especially remembered the suffering peoples of Syria, Iraq, Libya and Yemen. (Photo by Franco Origlia/Getty Images)

VATICAN - Le pape François a modéré son message d'espoir en ce dimanche de Pâques en dénonçant le terrorisme "aveugle" et en honorant la mémoire des victimes des attentats survenus en Europe, en Afrique et ailleurs, en plus d'exprimer son désarroi par rapport à l'accueil réservé aux migrants fuyant la guerre ou la pauvreté par les pays européens alors que ceux-ci tentent de résoudre la crise des réfugiés.

Des dizaines de milliers de fidèles ont fait patiemment la file, laissé les agents de sécurité vérifier leur sac et subi le test du détecteur de métal, dimanche, afin de pouvoir accéder à la place Saint-Pierre. Sous un soleil éclatant, ils ont écouté François prononcer son traditionnel discours de Pâques depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre.

Pour leur plus grand bonheur, le pontife a effectué un tour complet de la place dans sa papemobile décapotable après avoir célébré la messe sur les marches de la basilique. Il n'a pas hésité à se pencher par-dessus les barrières pour serrer des mains alors que son véhicule s'aventurait à l'extérieur des limites du Vatican, ses gardes du corps le suivant au pas de course.

Pendant des années, les islamistes sur les réseaux sociaux ont désigné le Vatican et Rome comme étant des cibles potentielles en raison de leur statut de quartier général de l'Église catholique et de la présence de multiples églises sur leur territoire. Ces menaces n'ont toutefois jamais empêché François d'avoir des contacts physiques avec les gens ordinaires.

Dans son allocution, le Saint-Père a déclaré que, pour les croyants, Jésus était revenu d'entre les morts après sa crucifixion et avait ainsi "triomphé du mal et du péché". Il a dit espérer que cela les rapprocherait des "victimes du terrorisme, cette forme de violence aveugle et brutale".

Il a aussi évoqué les récentes attaques en Belgique, en Turquie, au Nigeria, au Tchad, au Cameroun et en Côte d'Ivoire, en plus d'exprimer sa tristesse concernant l'attaque qui s'est produite vendredi dans un stade de soccer en Irak dans un télégramme de sympathie.

Le pape a également affirmé que Pâques invitait les fidèles à ne pas oublier "ces hommes et ces femmes en quête d'un meilleur avenir, une foule toujours plus nombreuse de migrants et de réfugiés, parmi lesquels figurent plusieurs enfants, fuyant la guerre, la faim, la pauvreté et l'injustice sociale".

À Jérusalem, les croyants se sont entassés, dimanche, dans l'église du Saint-Sépulcre, où Jésus aurait été crucifié et enterré avant de revenir à la vie, afin de souligner l'anniversaire de la résurrection du fils de Dieu.

VOIR AUSSI :

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter