Patrick Bellerose Headshot

Des manifestants perturbent le point de presse de Marine Le Pen à Québec (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

QUÉBEC - Une dizaine de manifestants ont perturbé dimanche matin la conférence de presse de Marine Le Pen qui se déroulait l'hôtel Marriott de Québec. Le petit groupe antifasciste, qui s'identifie comme «Les amiEs du chat noir turbulent», a notamment scandé «Le Québec emmerde le Front national».

La présidente du Front national français Marine Le Pen est présentement au Québec dans le cadre de la Journée de la francophonie. Elle a débarqué à Montréal vendredi.

Marine Le Pen a qualifié les manifestants de «gamins» et les a invité à aller «prendre douche et au lit».

En conférence de presse, Marine Le Pen s’est ensuite défendue d’avoir démontré du mépris envers les manifestants. «C’est gens qui ne sont pas invités arrivent brutalement, font acte de violence, hurlent dans une conférence de presse, m’insultent copieusement et vous considérez qu’il faut quoi, que je leur offre un café peut-être?», a-t-elle lancé.

Fait à noter, le seul acte de violence dont Le Huffington Post a été témoin est venu du camp de Marine Le Pen. Au cours de l’échauffourée, un proche de Le Pen (son garde du corps, selon La Presse Canadienne) a asséné deux coups de poing aux manifestants.

Marine Le Pen a toutefois refusé de condamner cet acte de violence. «J’ai vu tout le monde partir en bonne forme, croyez-moi», a-t-elle d’abord dit.

Talonnée sur le sujet, elle a ajouté en mimant une cocarde où serait inscrit son nom : «Y’a marqué Marine Le Pen, là, pas Donald Trump».

Par ailleurs, la présidente du Front national croit que le Canada fait fausse route avec ses politiques d'immigration, mais dit voir d'un oeil plutôt favorable la quête de souveraineté des peuples.

Selon Marine Le Pen, qui est aussi députée au Parlement européen, le choix fait par le gouvernement canadien notamment au sujet de l'accueil des réfugiés syriens est «erroné».

Un choix qui a été fait par les dirigeants politiques sans regarder les conséquences, notamment l'accélération des demandes des minorités religieuses, comme l'octroi de locaux pour la prière ou l'instauration de tribunaux religieux, croit-elle.

Pour la chef du parti d'extrême droite, «une société multiculturelle est une société conflictuelle».
Marine Le Pen est au Québec pour quelques jours. Une partie de son séjour est fait à titre personnel, puis elle doit rejoindre une mission économique du parlement européen qui l'amènera notamment à visiter une usine de Bombardier.

Avec La Presse Canadienne

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter