NOUVELLES

Pour 999 $ US, le séquençage de votre génome disponible sur une application

10/03/2016 10:10 EST | Actualisé 10/03/2016 10:20 EST
Scott Tysick via Getty Images
Active strand of human DNA.

Imaginez : vous êtes malade et votre médecin veut vous prescrire un médicament. Vous ne pensez pas y être allergique, mais en consultant votre téléphone intelligent, vous vous rendez compte que vous y feriez une réaction. Science-fiction? Pas pour Veritas Genetics, une société américaine qui propose le séquençage de votre génome et son analyse (partielle), le tout disponible sur une application. Et pour seulement 999 $ US.

Comment est-ce possible? Depuis le séquençage premier génome humain en 2003, qui a pris 13 ans et coûté 3 milliards de dollars, le prix du séquençage a vraiment été cassé, comme le montre ce graphique :

sequencage genome

Déjà en 2014, la société Illumina affirmait être en mesure de décrypter les 3 milliards de paires qui composent le génome humain pour 1000 dollars. La différence, c'est que Veritas Genetics propose également une interprétation des résultats, afin de connaître les prédispositions génétiques d'une personne.

Les premiers échantillons sanguins devraient commencer à être analysés en avril, selon le MIT Technology Review.

Des informations « santé » et « lifestyle »

L'intérêt de réaliser un séquençage complet du génome? « Seuls quelques pour cent de celui-ci, appelés l'exome, qui sont les parties codantes des gènes, sont généralement interprétables à l'heure actuelle », précise au HuffPost le généticien Jean-Louis Mandel. « Mais pour décoder et analyser l'exome complet, on est obligé de séquencer la totalité du génome. De plus, quelques centaines de variants connus qui modulent le risque de maladies communes sont localisés hors de l'exome », explique-t-il, trouvant le projet assez convaincant.

Pour analyser toutes ces informations, la société va utiliser un algorithme développé via le « Personal genome project » d'Harvard (son directeur, le généticien George Church, est également cofondateur de la société).

Ainsi, le client n'aura pas tout son génome décrypté dans l'application, mais uniquement des informations spécifiques. Par exemple, l'application étudiera « quels gènes liés à des risques de cancer » ou à « des maladies génétiques pouvant être transmises aux enfants » sont présents dans l'ADN du client, explique au HuffPost, Mirza Cifric, cofondateur de Veritas Genetics.

En gros, sur les près de 25.000 gènes qui composent chaque être humain, seules quelques centaines seront passés au crible sur le moment.

Si les clients souhaitent plus d'informations sur une partie particulière du génome, ils pourront toujours payer un supplément, par exemple de 100 dollars, pour avoir une analyse plus détaillée d'une partie précise du patrimoine génétique, affirme Mirza Cifric au MIT Review.

Des données envoyées à votre coach sportif

En plus de la possibilité d'accéder à toutes ces informations sur téléphone intelligent, il sera possible de partager rapidement, via l'application, « ces données relatives au mode de vie, telles des informations de nutrition, avec des coaches, afin de créer des services vraiment personnalisés », nous précise le fondateur de Veritas Genetics. Pour autant, explique-t-il, ce sera là le choix du client, car toutes les données seront privées. Les utilisateurs auront tout de même la possibilité de permettre à des chercheurs d'utiliser leurs génomes pour des projets de recherche scientifique.

« Nous imaginons un futur dans lequel tous les produits liés à l'amélioration de la santé sont customisés à partir du génome entier. Ensemble, nous allons faire avancer la science bien plus vite, pour le bien de nos enfants et de nos petits enfants », lance-t-il.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Les hologrammes
    Ils sont déjà là depuis quelques années, notamment sur les scènes de concert. Tupac, Mickael Jackson ou encore Elvis Presley se succèdent ces dernières années dans des apparitions holographiques au côté de chanteurs bien vivants. Mais cette technologie encore hors de prix pourrait bien se démocratiser. Des scientifiques du MIT avaient découvert en 2013 une nouvelle technologie permettant de fabriquer des écrans holographiques pour moins de 500 dollars. Le tout avec une résolution standard et en couleurs.
  • Les champs de force
    En mars dernier, Boeing a déposé un brevet qui en a fait rêver (ou cauchemarder) plus d'un: celui d'un champ de force. En réalité, il n'y aurait pas un vrai mur visible comme dans l'épisode 1 de Star Wars, mais plutôt des lasers chauffant une zone spécifique pour créer une onde magnétique qui protégera l'objet ciblé. Des étudiants en physique de l'université de Leicester avaient eux imaginé un champ de force réel, fait de plasma. Si la théorie est possible, la pratique serait compliqué: il faudrait déjà un énorme générateur. Surtout, le bouclier détournerait toutes les radiations électromagnétiques y compris... la lumière. Il ferait donc totalement noir à l'intérieur du champ de force.
  • Le pistolet laser
    Le rayon laser, c'est pour demain. L'US Navy teste depuis l'année dernière des canons laser sur ses bâtiments. Et il y a quelques mois, un des constructeurs de drones pour les Etats-Unis a annoncé qu'il travaillait sur un projet de drones équipés de canons laser. Pour autant, vous ne verrez jamais de petits rayons laser de quelques centimètres traverser une pièce, la lumière voyageant bien trop vite pour vos yeux. Heureusement, des scientifiques ont réussi à filmer un rayon laser comme dans Star Wars. Pas grâce à une caméra enregistrant des milliards d'images à la seconde, mais en activant le laser à chaque image que filme la caméra:
  • AT-AT
    En 2011, un internaute avait lancé une vague de mobilisation pour construire un AT-AT, ces fameux gigantesques quadrupèdes mécaniques de l'Empire contre-attaque, pour les Etats-Unis. Il avait finalement dû abandonner son projet (notamment car LucasFilm lui a rappelé la dure loi de la propriété intellectuelle), mais entre temps, cela permis à des scientifiques d'estimer la faisabilité du projet. Heiko Hoffman, spécialiste de la robotique des laboratoires HRL de Californie, avait estimé qu'il était possible de créer un AT-AT, mais que cela coûterait au moins 100 millions de dollars.
  • L'étoile de la mort
    En 2013, plus de 34.000 fans avaient officiellement demandé à la maison blanche de bâtir une étoile de la mort. Heureusement, le gouvernement américain avait répondu par la négative. Quant à la faisabilité d'une mini-planète faite de métal, un ingénieur de la Nasa a estimé qu'il serait préférable de créer cette gigantesque masse à partir d'un astéroïde, qui dispose de millions de tonnes de matières premières, plutôt que de faire rapatrier tout cela d'une planète. Si l'arme ultime de l'empire semble totalement inatteignable scientifiquement, des étudiants de l'université de Lehigh se sont par contre amusés à en estimer le coût de construction. Rien que pour acheter le fer nécessaire, cela coûterait la bagatelle de 852.000.000.000.000.000 dollars.
  • Le sabre laser
    C'est l'arme emblématique de la saga. Mais si elle passionne les fans, elle semble hautement improbable, scientifiquement parlant. Après tout, un laser n'est pas solide. Pourtant, en 2013, des chercheurs d'Harvard et du MIT ont fait une découverte étonnante: un moyen de lier les photons de manière à former une "molécule" de lumière". "Quand les photos interagissent ente eux, ils se poussent et se détournent. La physique de ces molécules est similaire à ce que l'on voit" avec les sabres laser, expliquait en 2013 le chercheur d'Harvard Mikhail Lukin au Guardian. Reste toujours deux problèmes: un tel laser demanderait une puissance énorme. Surtout, un laser n'a pas de "fin" et continue jusqu'à l'infini ou jusqu'à toucher un obstacle. De nombreux scientifiques interrogés sur la question penchent donc plutôt pour un sabre pas vraiment laser, mais fait de plasma. Problème: celui-ci serait alors tellement chaud qu'il ne serait pas possible de le tenir dans ses mains.