POLITIQUE

La CAQ rejette une motion sur le registre des armes à feu (VIDÉO)

08/03/2016 06:38 EST | Actualisé 09/03/2016 10:18 EST

QUÉBEC – La CAQ a refusé lundi de débattre d’une motion en appui au registre des armes à feu présentée mardi par Québec Solidaire.

La motion a été déposée conjointement avec le PQ, tandis que le gouvernement Couillard a proposé son adoption sans débat.

«Pour nous, le débat doit avoir lieu en commission parlementaire qui étudiera un projet de loi, pas sur une motion de Québec Solidaire», explique l’attachée de presse de la CAQ, Émilie Toussaint.

Son parti a déjà «émis des réserves» au sujet du projet de loi 64, rappelle-t-elle. «On est le seul parti à avoir émis des inquiétudes par rapport au prix, dit Émilie Toussaint. On ne donne pas carte blanche au gouvernement du Québec pour le faire, on a vu ce qui s’est passé au fédéral.»

La CAQ se questionne également sur la pertinence de créer un nouveau registre «alors qu’il y a déjà des données qui existent», explique l’attachée de presse.

«On veut vraiment écouter les deux côtés en commission parlementaire pour savoir qu’elle est la meilleure chose à faire, qui va plaire à tout le monde», ajoute Émilie Toussaint.

La députée indépendante Sylvie Roy, autrefois membre du caucus caquiste, a également refusé de débattre de la motion. La députée d’Arthabaska s’oppose ouvertement au registre des armes à feu.

Instigatrice de la motion, Manon Massé s’étonne de la décision de la CAQ. «J’ai énormément de déception, dit la députée solidaire. Dans les faits, je ne faisais que réaffirmer une longue liste de motions qui ont été adoptées par les parlementaires de tous les partis jusqu’à dernièrement.»

Plusieurs élus ont exprimé des réserves au sujet du registre au cours des dernières semaines, un vote sur la motion aurait été l’occasion de voir quels députés sont en faveur et lesquels s’y opposent. «À quelques jours du début de la commission parlementaire, et surtout en cette Journée internationale des femmes, je voulais vérifier si tout le monde était au rendez-vous, dit Manon Massé. Et je pense que la réponse est : pas tout à fait.»

La motion de Québec Solidaire

Que l’Assemblée nationale réitère l’importance pour le Québec d’utiliser tous les moyens en sa possession pour assurer un meilleur contrôle des armes à feu;

Qu’elle rappelle que l’immatriculation des armes à feu représente un des moyens les plus efficaces de contrôle des armes à feu et que ce registre vise d’abord à assurer une meilleure protection aux victimes potentielles et à leur entourage, à faciliter le travail policier et à rendre possible les retraits préventifs;

Qu’elle rappelle que l’immatriculation des armes à feu vise non pas à criminaliser ou à opprimer les propriétaires d’armes, ni à restreindre la pratique de la chasse ou la pratique du tir sportif, mais bien à sauver des vies;

Qu’elle rappelle que la Loi sur les armes à feu et le registre fédéral, mis sur pied suite à la tuerie sexiste de Polytechnique, ont conduit à d’importants progrès en diminuant notamment le nombre d’agressions armées dans des contextes de violence conjugale;

Qu’elle salue les luttes féministes qui ont mené à un meilleur contrôle des armes à feu au Québec et enjoigne l’ensemble des membres de l’Assemblée nationale à collaborer à la mise sur pied rapide d’un registre québécois d’immatriculation des armes à feu.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les grandes dates du débat sur les armes aux USA