DIVERTISSEMENT

«La Voix»: retour sur la troisième ronde de duels

07/03/2016 06:00 EST | Actualisé 07/03/2016 07:06 EST
Facebook/LaVoixTVA

La deuxième étape de la compétition, celle des duels, s’est poursuivie et conclue, à La Voix, à TVA, dimanche. Petit retour sur cette troisième tranche de duos, qui sera suivie, la semaine prochaine, du début des «chants de bataille».

Martin Goyette et Nicolas Muraton se sont dignement approprié l’un des airs-signatures de la défunte Amy Winehouse, Rehab. Les deux poulains d’Ariane Moffatt se sont distingués aux instruments, Nicolas à la guitare, et Martin à l’harmonica. Les coachs étaient unanimes : le charisme de Martin Goyette a volé le show. «Tu as une aura», lui a soufflé Pierre Lapointe, quelques secondes avant que Goyette ne triomphe officiellement. «À côté de Martin, tout le monde passe pour un choriste», a, plus tard, ajouté Pierre Lapointe. «Sa voix, c’est un grand sourire», a pour sa part analysé Éric Lapointe.

Physiquement, Sophia-Rose Boulanger et Yohann Beaufils faisaient la paire. Vocalement aussi, au son de S’il suffisait d’aimer, de Céline Dion. Les deux merveilleux talents guidés par Marc Dupré se sont mariés avec douceur et en ont visiblement ému plusieurs dans le Studio Mels, mais il était évident, longtemps d’avance, que le timbre aux penchants classiques de Sophia-Rose, 15 ans, l’emporterait. Ce n’est probablement que partie remise pour Yohann, qui n’avait pas non plus à rougir de sa prestation.

Pierre Lapointe a accolé Oublie-moi à Isabelle Young et Ania El Maachir, qui ont abondamment gesticulé en tentant d’insuffler une touche (peut-être trop?) sensuelle à la chanson de Cœur de pirate. L’issue de la confrontation était ardue à deviner, et les verdicts des coachs sont allés dans toutes les directions : Ariane Moffatt a perçu la nervosité des deux filles, Marc Dupré a craqué pour le vibrato «feutré et plein de douceur» d’Isabelle, Éric Lapointe a vanté la présence sur scène d’Ania… Au final, la discrète Isabelle a arraché la victoire, mais il serait surprenant que la jeune femme n’accède au statut de finaliste de La Voix, malgré la «rigueur sans failles» que lui reconnaît Pierre Lapointe.

Travis Cormier, par contre, a, lui, bien des chances de briller au firmament des idoles propulsées par le concours de TVA. Tout, chez le gamin du Nouveau-Brunswick, respire l’esprit, l’attitude, l’image de la vedette tourmentée (ou pas) : son grain de voix, ses cheveux longs, sa dégaine nonchalante. On parle même déjà de la «Travis Mania», comme l’a judicieusement souligné Ariane Moffatt. Travis n’a pas totalement éclipsé son camarade Jason-Neil Tremblay sur le classique Knockin’ on Heavens’s Door, de Bob Dylan, mais presque. Leur «maître à penser» Éric Lapointe, ne pouvait faire autrement que de désigner le bien-aimé Travis pour poursuivre l’aventure. Sinon, combien de jeunes filles lui en auraient voulu?

De retour dans le clan d’Ariane Moffatt, le face à face entre Sophia Bel et Amélie Nault prenait des allures de joute Montréal-Québec, comme l’a indiqué Charles Lafortune. Leur incarnation de Dernier jour n’était ni ennuyante, ni renversante, mais la connivence entre les deux chanteuses était mignonne. Pierre Lapointe a identifié le côté «cool et sexy» du tandem. «Les deux plus cool chicks in town en ce moment», a acclamé Ariane Moffatt. Cette dernière a retenu Amélie Nault près d’elle, mais Pierre Lapointe a éprouvé un tel coup de cœur pour Sophia Bel qu’il l’a «volée» au dernier instant. Lapointe a précisé adorer le look un peu adolescent de Sophia et ses cheveux roses.

Les doués Yvan Pedneault et Patricia Bernier bataillaient à armes égales sur un air qui leur allait à ravir, Whataya Want From Me, d’Adam Lambert. Marc Dupré peut compter sur deux joueurs de gros calibre dans son équipe avec Yvan et Patricia, qui en imposent tous deux avec leur puissance vocale et leur énergie. Difficilement, déchiré entre ses deux protégés, Marc Dupré a jeté son dévolu sur Yvan, mais l’attitude positive de Patricia, qui a clamé qu’elle n’était pas perdante pour autant, a séduit Ariane Moffatt, qui s’est aussitôt manifestée pour la ramener dans son groupe. Excellente nouvelle, car Patricia est également un visage à surveiller. Gageons qu’Yvan et elle se rendront loin cette année.

Les couleurs uniques dont Shy Shy Schullie et Marie Bélisle ont teinté Ex’s & Oh’s, d’Elle King, danse lascive et coquine et regards complices en prime, ont donné un très bon moment de télévision. Pierre Lapointe semblait fier de ses deux prétendantes au titre, et la mentor Diane Tell les a aussi généreusement applaudies (à défaut d’être très éloquente dans ses commentaires quand Pierre sollicite son aide). «Shy Shy, tu as une personnalité qui, moi, me fascine beaucoup, parce que tu incarnes quelque chose dans tes moindres plis de cheveux, tu incarnes une époque qui n’existe plus. Toi, Marie, tu es comme une explosion constante de spontanéité…», a avancé Pierre Lapointe, avant de sacrer Shy Shy Schullie gagnante.

Autre relecture enlevante, On ira, de Zaz, par Léa Sanacore et Marie-Ève Lapierre, deux demoiselles des troupes d’Éric Lapointe, entre lesquelles il était compliqué de trancher. «J’espérais presque qu’une des deux s’enfarge pour me faciliter la tâche», a avoué un Éric Lapointe hésitant. D’emblée, les coachs ont versé vers Marie-Ève, et Éric Lapointe a abondé dans le même sens que ses collègues. Émotive, Marie-Ève a versé des larmes senties en remerciant sa famille et le public.

Voir aussi:

Quelques albums québécois attendus en 2016


Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter