DIVERTISSEMENT

Ryan Gander au MAC: le magicien de l'intrigue (VIDÉO/PHOTOS)

02/03/2016 10:55 EST | Actualisé 02/03/2016 11:01 EST

Considéré comme un artiste conceptuel dont les règles du jeu sont sans cesse réinventées par les perceptions du public, le polyvalent Ryan Gander continue d’interroger notre regard par le biais d’œuvres personnelles aux multiples interprétations. Du 3 mars au 22 mai, le Musée d’arts contemporains (MAC) accueille une version originale de sa dernière exposition itinérante.

Baptisée Make every show like it’s your last, l’exposition réunit une trentaine de productions récentes du Britannique, toutes créées entre 2013 et 2016. Né en 1976 dans le Suffolk, Ryan Gander est en fauteuil roulant depuis qu’il a perdu l’usage de ses jambes. Ce qui bien sûr ne l’empêche pas d’imaginer des œuvres qui éveillent sans cesse la curiosité.

Ryan Gander au MAC: le magicien de l'intrigue


Puisant dans les arts plastiques, le cinéma, la photographie ou le design, l’homme de renommée international que l’on compare souvent à Roman Ondák fascine par l’étendue de ses talents. Quelques papiers froissés sont déposés au sol au milieu des sculptures figées. Pour Ryan Gander, l’œuvre ne doit pas être un produit fini. Le visiteur, pièce centrale de l’exposition, est invité à continuer cette réflexion profonde non dénuée d’humour.

Déchiffrage

Parmi ses œuvres phares, citons C++ qui réunit cent portraits de personnes rencontrées par l’artiste au cours de sa vie et qu’il a réalisés de mémoire. En fait, ce qui est exposé ce sont les disques de verre trempé qui ont servi de palettes pour l’exécution des tableaux. Et que sont devenus les tableaux? Et bien, ne les cherchez pas puisqu'ils sont soit conservés dans les archives de Gander ou tout simplement détruits.

Plus loin, certains seront certainement intrigués de voir Magnus Opus, une installation faussement ludique constituée de deux yeux bleus et de sourcils noirs épais encastrés dans le mur qui suit les moindres déplacements du spectateur. Cette œuvre étrange qu’on croirait sortie d’un dessin animé exprime plusieurs expressions allant de la curiosité à l’ennui en passant par la frustration.

Le travail de Gander est souvent le résultat de fragments à déchiffrer. C’est d’ailleurs à partir des contradictions de notre quotidien que l’artiste réussit à extraire l’énigme dont la clé réside souvent en nous-mêmes. À ce titre, les trois sculptures de la série I is… sont inspirées des jeux inventés par l’enfant de l’artiste. Chacune de ses sculptures, construites en résine de marbre, concentre matériaux nobles et apparences banales. À nous maintenant d’en déchiffrer sa pleine signification.

Exposition Make every show like it’s your last – Ryan Gander – Musée d'art contemporain – Du 3 mars au 22 mai 2016 – macm.org

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter