DIVERTISSEMENT

«La voix»: retour sur la deuxième ronde de duels

29/02/2016 06:01 EST | Actualisé 29/02/2016 06:01 EST
Facebook.com/LaVoixTVA

La deuxième étape de la compétition, celle des duels, s’est poursuivie, à La voix, à TVA, dimanche. Petit retour sur cette seconde tranche de duos.

La soirée a démarré sur une langoureuse note jazzée, avec deux candidats du giron d’Éric Lapointe, Markos Gonzalez et Haingo Nirina, qui ont été enlevants sur Cheek to Cheek, de Fred Astaire et Ginger Rogers. La complicité entre les deux jeunes talents était palpable, mais on pouvait prédire longtemps d’avance que Markos l’emporterait. Le ton grave qui s’échappe de ce petit corps de 15 ans épate à coup sûr. «Je ne te crois pas, a lancé Marc Dupré, faisant ainsi référence à l’âge du gamin. Montre-moi ton permis. Non, c’est vrai, il ne l’a même pas!»

La joyeuse Sunny, de Bobby Hebb, a été imposée aux protégés d’Ariane Moffatt, Mary-Pier Guilbault et Elie Haroun, qui se sont démenés avec toute la bonne volonté du monde. Leur prestation ne méritait à notre avis pas le brouhaha qui a suivi, alors que Pierre Lapointe et Marc Dupré se sont prononcés pour «voler» le participant évincé, avant même qu’Ariane Moffatt ne tranche. Le sourire poli de Marie-Pierre Arthur (qui semble parfois se demander ce qu’elle fait à La voix), pendant la chanson, ne laissait pourtant pas présager énormément d’étincelles. Au retour de la pause commerciale, Ariane Moffatt, au terme d’un gentil préambule, a jeté son dévolu sur Elie, et Mary-Pier a choisi de poursuivre sa route auprès de Marc Dupré.

Sur True Colors, de Cyndi Lauper, la voix rauque de Beatrice Keeler et celle, aiguë, de Rafaëlle Lafrance, contrastaient. Audacieuse décision de Pierre Lapointe que de jumeler les deux femmes, aux styles diamétralement opposés. Ceci dit sans méchanceté, à long terme, le timbre de personnage d’émission pour enfants de Rafaëlle pourrait agacer. Hésitant, Pierre Lapointe s’est retourné vers sa complice, Diane Tell, et a par la suite décrété que Beatrice resterait dans son équipe, mais Rafaëlle a été récupérée par Ariane Moffatt.

Crachée des tripes de Pastel Soucy-Gagné et Genesis Ritchot, la jolie Octobre, des Cowboys Fringants, était sympathique, sans plus. Devant une foule et des coachs qui les ont sagement regardés, et une Diane Tell debout, le bras levé bien haut, les élèves de Marc Dupré ont offert un tandem qu’on oubliera sans doute facilement, mais leur belle gueule respective a généré un bel instant de télévision. Pastel en est sortie gagnante, après des commentaires un peu tièdes des quatre juges.

Aux premières notes de Mes blues passent pu dans porte, on croyait que l’attachante Stéphanie St-Jean allait aisément envoyer au tapis son adversaire Thomas Argouin par la puissance de son organe vocal. Or, celui-ci a riposté quelques secondes plus tard, prouvant qu’il n’avait rien à envier à personne, insupportables mouvements de jambes à l’appui (à ne pas refaire, Thomas, par pitié). Ensemble, Stéphanie et Thomas ont fait jaillir des étincelles ; c’est le genre de numéro qu’on attend d’un concept comme La voix. «Il n’y en a juste plus, de porte», a taquiné Marc Dupré, en guise de clin d’œil au titre de la chanson choisie par le guide des deux artistes, Éric Lapointe. Ce dernier a annoncé vouloir «continuer avec Thomas», mais Stéphanie n’a pas été en reste : Pierre l’a attrapée «au vol» avant qu’elle ne quitte le Studio Mels.

Bel effort déployé par Stefanie Parnell et Tim Brink, qui représentaient le clan Moffatt. La demoiselle paraissait timide, son partenaire, un peu moins, mais tous deux ont véritablement fait équipe et ils étaient amusants à admirer, swinguant allègrement sur Suddenly I See, de KT Tunstall. Pierre Lapointe a vanté «le naturel et la liberté de mouvements» de Tim, qu’il a rebaptisé «Tigrou» dans la foulée de ses observations. Et c’est «Tigrou», alias Tim, qui continuera d’évoluer dans le concours dans les prochaines semaines.

Les «deux brunes» Sabrina Bellemare et Anna-Kim Léveillée ont été pétillantes sur Les brunes ne comptent pas pour des prunes, de Lio. Anna-Kim semblait nager comme un poisson dans l’eau, alors que Sabrina donnait l’impression d’être un peu moins à l’aise dans le genre. Appelé à décider laquelle de ses deux guerrières serait «l’élue», Pierre Lapointe a finalement opté pour Sabrina. On le soupçonne d’avoir eu dès le départ un faible pour l’ancienne moitié du groupe Orange Orange.

Les coachs avaient-ils reçu l’ordre de «voler» en masse dans cette portion des duels? Sous les instructions de Marc Dupré, Alexander Brown et Mélanie Cormier se sont affrontés sur Saturday Night’s Alright for Fighting, d’Elton John, et ont rivalisé de dynamisme et de charisme. Aux yeux de leur «professeur» et de son «adjoint», Alex Nevsky, c’est Mélanie Cormier qui a tiré son épingle du jeu, mais Éric Lapointe et Ariane Moffatt n’ont pas tardé à se manifester pour ramener Alexander en leurs rangs. Alexander a accepté la proposition d’Éric de continuer le combat avec lui.

Voir aussi:

Quelques albums québécois attendus en 2016


Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter