NOUVELLES

Une Autochtone dénonce le message d'un autocollant reçu à l'hôpital de Campbellton

27/02/2016 02:10 EST | Actualisé 27/02/2016 02:10 EST
CBC

Une membre de la Première Nation de Listuguj dénonce un autocollant remis à son enfant à l'Hôpital régional de Campbellton sur lequel il est écrit « Salutations, Autochtones sauvages ».

Raquel Barnaby explique qu'elle avait amené sa fillette de 18 mois à l'hôpital où elle a été soignée rapidement et sans incident. Le médecin a ensuite donné à l'enfant deux autocollants.

Mme Barnaby dit qu'elle n'y a d'abord pas prêté attention. Plus tard, quand elle les a regardés plus attentivement et qu'elle a lu le message, elle dit qu'elle ne pouvait en croire ses yeux.

Elle a publié une photo de l'autocollant dans le site Facebook. Le chef de Listuguj, Scott Martin, a réagi en disant que c'est un problème lorsqu'un hôpital fait un geste de ce genre. Il affirme que les Autochtones sont traités ainsi partout au Canada.

Autocollant portant le message « Salutations, Autochtones sauvages »

Scott Martin a écrit une lettre au président-directeur général du Réseau de santé Vitalité. Gilles Lanteigne. Ce dernier explique que l'autocollant en question est un produit dérivé d'un film pour enfants. M. Lanteigne assure que le médecin n'avait pas réalisé la portée du message, et qu'il a présenté des excuses à la famille Barnaby.

Gilles Lanteigne ajoute qu'il importe que tous les patients soient traités avec respect. Des représentants de Vitalité vont d'ailleurs rencontrer le chef Scott Martin la semaine prochaine.

Raquel Barnaby et sa famille ont l'appui de Debbie Dedam-Montour, coordonnatrice en matière de lutte contre le racisme pour la Première Nation de Listuguj. Selon elle, il ne s'agissait pas d'un incident isolé.

Mme Dedam-Montour affirme qu'il arrive que des Autochtones ne reçoivent pas les médicaments appropriés parce que les travailleurs de la santé croient au premier coup d'oeil que ce sont des toxicomanes.

Gilles Lanteigne dit chercher plus d'informations sur cette allégation.

D'après un reportage de Bridget Yard, CBC

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter