NOUVELLES

Produits cancérigènes : Johnson & Johnson condamné à payer 72 millions

25/02/2016 05:04 EST | Actualisé 25/02/2016 05:38 EST
ASSOCIATED PRESS
FILE - In this April 19, 2010 file photo, Johnson's Baby Powder is squeezed from its container to illustrate the product, in Philadelphia. Health care giant Johnson & Johnson says it eked out a 2 percent increase in profit for its third quarter, even though sales were down slightly.(AP Photo/Matt Rourke, file)

La compagnie Johnson & Johnson a été reconnue coupable d’avoir caché le potentiel cancérigène de ses produits à base de talc.

Un juge du Missouri condamne la compagnie à payer 72 millions en dommages à la famille d’une femme dont la mort d’un cancer de l’ovaire est liée à l’utilisation de poudre pour bébé à base de talc et d’un gel de douche Shower to Shower Johnson & Johnson.

Il s’agit du premier verdict ou le jury octroie une compensation plus haute que la revendication initiale aux États-Unis, ont dit les avocats de la famille.

La compagnie est accusée, dans un effort de stimuler ses ventes, d’avoir caché pendant des décennies à ses clients que ses produits à base de talc pouvaient être cancérigène. Environ 1000 requêtes ont été déposées au Missouri, et 200 autres au New Jersey.

Les jurés ont tenu Johnson & Johnson pour responsable de fraude, de négligence et de complot.

Les scientifiques disent toutefois que les preuves d'un réel danger ne sont pas concluantes à 100%. Les études se contredisent pour l'instant.

"Cette idée que le talc contient de l'amiante est sur le radar de chercheurs et experts de la santé publique depuis des années", rappelle la docteure Ranit Mishori, professeure en médecine familiale à l'Université Georgetown.

Si aucune preuve n'est disponible pour l'instant, certaines recherches affirment que l'application de la poudre de bébé sur ses parties génitales à long terme peut causer un cancer des ovaires.

Les aliments qui limitent les risques de cancer

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter