NOUVELLES

Réchauffement climatique causé par les humains: des données qui divisent les Canadiens (VIDÉO)

22/02/2016 07:20 EST | Actualisé 23/02/2016 11:19 EST
Mario Tama via Getty Images
SANTA CRUZ PROVINCE, ARGENTINA - NOVEMBER 27: Ice broken off from Perito Moreno glacier floats in Los Glaciares National Park, part of the Southern Patagonian Ice Field, the third largest ice field in the world, on November 27, 2015 in Santa Cruz Province, Argentina. The majority of the almost fifty large glaciers in the park have been retreating over the past fifty years due to warming temperatures, according to the European Space Agency (ESA). The United States Geological Survey (USGS) reports that over 68 percent of the world's freshwater supplies are locked in icecaps and glaciers. The United Nations climate change conference begins November 30 in Paris. (Photo by Mario Tama/Getty Images)

Pour la première fois, des chercheurs ont sondé l'opinion des Canadiens sur la réalité des changements climatiques à un niveau local. Les résultats montrent que les Canadiens ne doutent pas de la réalité des changements climatiques, mais qu'ils sont profondément divisés sur les causes du phénomène.

Un texte d'Étienne Leblanc, reporter spécialisé en environnement

Un collectif de chercheurs provenant de l'Université de Montréal et de quatre universités américaines, dont l'Université Yale, a construit un modèle mathématique pour brosser le portrait de la disparité des opinions des Canadiens sur ces questions.

Mise au point

Une version précédente de cet article de Radio-Canada était titrée « Réchauffement climatique causé par les humains : une majorité de Canadiens n'y croient pas ».

Ce titre se basait sur le fait que moins de la moitié, soit 44 %, des répondants au sondage évoqué dans l'article ont dit croire que le réchauffement climatique était « surtout » le résultat de l'activité humaine. Il appert qu'en nuançant cette question, on apprend que 61 % des Canadiens sont d'avis que le réchauffement climatique est « en partie ou surtout » causé par l'activité humaine.

Par souci d'exactitude, le titre et l'article ont été modifiés

À l'échelle canadienne, 79 % de la population estime que la planète se réchauffe. Selon le même modèle, en 2014, seuls 63 % des Américains croient que la planète se réchauffe.

Mais sur le plan local, le portrait s'avère plus nuancé : seulement 56 % des résidents de la circonscription de Souris-Moose Mountain en Saskatchewan partagent cette opinion, alors que 90 % des habitants du comté de Laurier-Sainte-Marie à Montréal se disent convaincus par l'existence du réchauffement climatique.

Cliquez sur la carte ci-dessous pour explorer les résultats en détail sur le site du Yale Project on Climate Change Communication.

Scepticisme sur les causes du réchauffement

Les chercheurs ont aussi demandé aux Canadiens s'ils étaient d'accord avec une proposition largement reconnue par la science, à savoir que le réchauffement est surtout provoqué par les activités humaines.

À lire aussi : Un accord historique sur le climat est adopté à Paris

À l'échelle du pays, une minorité de Canadiens - 44 % - sont d'accord avec cette affirmation. Même au Québec, la province qui a le plus haut taux d'approbation sur la question, seule une faible majorité de Québécois - 53 % - adhère à cette théorie.

Quand on nuance l'affirmation et qu'on demande aux Canadiens si les changements climatiques sont « en partie ou surtout » causés par les activités anthropiques, la proportion des Canadiens qui se dit en faveur de cette proposition grimpe à 61 %, et à 68 % au Québec.

« Les données diffèrent pas mal d'une région à l'autre » affirme l'un des principaux auteurs de l'étude, Erick Lachapelle, professeur adjoint et expert des sondages d'opinion au Département de science politique de l'Université de Montréal.

Je crois que ça s'explique en partie par le fait que les Canadiens sont moins informés qu'on pourrait le penser sur la question.

Erick Lachapelle

« On parle des causes du réchauffement pendant les grands événements, comme la conférence de Paris sur le climat, mais en dehors de ça, on en parle assez peu », ajoute le chercheur.

C'est dans la circonscription albertaine de Fort-McMurray-Cold-Lake, là même où est produit le pétrole bitumineux, qu'on retrouve les citoyens les plus réfractaires à l'idée que les humains sont responsables du réchauffement. À peine 33 % des répondants se disent en accord avec l'affirmation selon laquelle le réchauffement en surtout ou en partie provoqué par les activités humaines, alors que 78 % des citoyens de Laurier-Sainte-Marie (sur Le Plateau-Mont-Royal) y adhèrent, le taux le plus élevé au pays.

C'est ce qu'on appelle la dissonance cognitive : il est assez normal que les gens qui habitent une région dont l'économie est basée sur la ressource qui est une des causes du problème voient moins bien le problème

Erick Lachapelle, professeur adjoint et expert des sondages d'opinion au Département de science politique de l'Université de Montréal

M. Lachapelle explique aussi ces résultats par le silence de l'ancien gouvernement conservateur sur la question climatique. « Lorsqu'un gouvernement en fait très peu pour régler un problème, ou lorsqu'un problème n'est pas à l'agenda public, c'est très facile pour les individus de soit nier que le problème existe, ou soit de nier qu'on a une responsabilité dans le problème ».

Quelles politiques pour lutter contre les changements climatiques?

Les chercheurs ont aussi demandé aux répondants leur opinion sur les deux principaux outils utilisés par certains gouvernements pour réduire les émissions de gaz à effet de serre : un système d'échange et de plafonnement de droits d'émissions, d'une part, et une taxe sur le carbone, d'autre part.

Sur la question du système d'échange, les deux tiers des Canadiens s'y disent favorables. De fait, cette solution recueille le soutien majoritaire des Canadiens dans toutes les circonscriptions du pays. C'est en Alberta que l'appui à cette option est le plus faible.

Je pense que les gens adhèrent à ce genre de solution parce que les coûts ne sont pas très visibles pour le commun des mortels.

Erick Lachapelle

Pour l'heure, seul le Québec participe à un système de plafonnement et d'échange, avec la Californie, et c'est dans cette province que la solution recueille le plus d'appuis.

Au fédéral, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé qu'il n'était pas en faveur d'un tel système sur le plan national lors de la dernière campagne électorale. Ces nouvelles données pourraient-elles le faire changer d'avis? Déjà, l'Ontario et le Manitoba s'apprêtent à rejoindre le marché Québec-Californie au cours des prochains mois, créant un ensemble de plus de 50 millions de personnes.

Justin Trudeau et les premiers ministres des provinces se rencontreront à Vancouver le 3 mars prochain afin de mieux définir ce à quoi pourra ressembler la future politique climatique du Canada.

Taxe sur le carbone : c'est non

À peine 49 % des Canadiens sont favorables à une taxe sur le carbone. C'est en Colombie-Britannique, où une telle taxe existe déjà depuis 2008, que cette solution est la plus populaire (57 %).

Malgré cette réticence, les chercheurs notent que l'idée d'une taxe sur le carbone recueille une majorité d'appuis dans 42 % des circonscriptions canadiennes. Le soutien à cette solution dépasse 40 % dans 9 circonscriptions sur 10.

Les citadins plus sensibles à la question climatique

Les Canadiens ne perçoivent pas la question des changements climatiques de la même manière selon qu'ils habitent en ville ou en région.

Le meilleur exemple est probablement celui de Calgary et d'Edmonton, en Alberta. Situées au coeur d'une province réticente aux enjeux du climat, les deux villes n'ont pas la même opinion que leurs voisins des régions sur la question de l'existence du réchauffement de la planète. Leurs résidents se rapprochent ainsi des Torontois, des Vancouverois et des Montréalais.

« C'est normal, dit le chercheur Erick Lachapelle. Les citadins sont en général plus progressistes, plus jeunes, plus éduqués et ont un accès plus facile aux solutions, soit le transport actif et le transport en commun, ce qui est moins le cas pour les gens qui habitent en région. Avec cette perspective-là, on peut bien voir que des régions urbaines en Alberta ont beaucoup plus en commun avec des régions urbaines ailleurs au Canada qu'ils ont avec leur propre voisin dans les régions en Alberta ».

Méthodologie du Yale Project on Climate Change Communication

C'est le « Yale Project on Climate Change Communication » qui a conçu le modèle d'une carte régionale des opinions sur la question des changements climatiques. Les chercheurs l'ont fait aux États-Unis d'abord, en 2012.

Au Canada, les chercheurs se sont basés sur une série de quatre sondages téléphoniques réalisés chaque année entre 2011 et 2015 par les firmes Léger (2011, 2013 et 2014) et Elemental Data Collection (2015). Pour chaque sondage, entre 1014 et 1502 personnes ont été questionnées. Les réponses aux cinq questions posées ont été compilées, puis intégrées à un modèle de prévision statistique qui tient compte des caractéristiques sociodémographiques et géographiques des personnes interviewées. Les résultats ont ainsi pu être projetés de façon géographique pour chaque circonscription fédérale du Canada.

Les données ont une marge d'erreur de 6 % au provincial et de 7 % localement, avec un taux de confiance de 95 %.

Voir aussi:


Des sites naturels et culturels célèbres menacés par le réchauffement climatique


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter