DIVERTISSEMENT

Un retour sur scène mémorable pour Bernard Labadie (VIDÉO)

11/02/2016 10:14 EST | Actualisé 11/02/2016 11:26 EST

Bernard Labadie a dirigé Les Violons du Roy et la Chapelle de Québec d'une main de maître, hier soir. Le maestro a reçu un accueil chaleureux et émouvant de la part du public qui l'attendait depuis presque deux ans.

Le chef d'orchestre a d'ailleurs tenu a remercier tous ceux qui l'ont soutenu dans la maladie au cours des deux dernières années. « Vous savez que je reviens d'un long voyage, dont j'ai failli à plusieurs reprises ne pas revenir. Ce qui rend le rendez-vous de ce soir particulièrement précieux. »

Plusieurs membres de sa famille, du personnel médical et de nombreux amis étaient au Palais Montcalm pour son retour dans la capitale.

Toujours en rémission, Bernard Labadie dirige maintenant assis et sans baguette. Si la maladie a modifié la posture du chef d'orchestre, elle n'a en rien diminué sa fougue et son énergie. Il fallait voir Bernard Labadie diriger les temps forts de la Grande Messe de Mozart... magnifique.

L'homme qui a affronté la mort en raison d'un cancer fulgurant du système immunitaire semblait bien loin. Il avait laissé place à un chef d'orchestre véritablement habité par la musique.

bernard

Bernard Labadie a dirigé sans partition le Requiem de Mozart. Une oeuvre phare des Violons du Roy jouée pour la première fois en 1987, lors des obsèques de René Lévesque. Son interprétation a été dédiée, hier soir, à la mémoire de son grand complice Jean-Paul L'Allier.

« Un grand ami qui n'a pas eu la chance que j'ai eue. Un bâtisseur qui avait compris l'importance de la musique comme vecteur économique dans une ville comme Québec. En perdant Jean-Paul L'Allier, la ville n'a pas seulement perdu un maire, mais un peu de son âme », a témoigné le maestro.

Enchanté de son retour, Bernard Labadie a présenté un concert mémorable. Ces interprétations de la Grande Messe et du Requiem de Mozart ont conquis le public.

« Donnez-moi cinq minutes et on recommence tout de suite. Ç'a été un moment absolument magique, l'orchestre, le choeur étaient dans une forme incroyable. Il y avait un plaisir de se retrouver qui, je pense, était palpable, en tout cas nous autres, on le ressentait. Ç'a été un deux heures de joie pure et complète. »

Ces deux oeuvres sont présentées à nouveau jeudi au Palais Montcalm et, vendredi, à la Maison symphonique de Montréal.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques albums québécois attendus en 2016