Art souterrain 2016: des kilomètres d'art contemporain (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

«L’art doit-il séduire?», telle est la question piège lancée mercredi à l’Arsenal par les organisateurs du festival d’art souterrain lors du dévoilement de leur nouvelle programmation. Pour tenter d’y répondre, la 8e édition rassemblera les œuvres de 86 artistes d’ici et d’ailleurs.

Déployé au cœur du réseau souterrain piétonnier du centre-ville de Montréal, la manifestation unique en son genre se déroulera du 27 février (lors du coup d’envoi de la Nuit blanche) jusqu’au 20 mars. Notons aussi la présence d’un parcours interactif présenté dans les édifices d’Ivanohé Cambridge.

Trois circuits de plus de sept kilomètres, entre le centre Eaton et la Place des arts, réuniront les projets les plus divers signés par les grandes personnalités de l’art contemporain. «L’art doit-il séduire?» Un thème qui sera pris dans son sens le plus large avec quelques relents antinomiques comme avec les créatures sculptées de l’Américaine Allison Schulnik qui virent souvent au macabre.

D’autres artistes à retenir durant cette édition. Mentionnons le Canadien Zeke Moores, le Mexicain Renato Garza Cervera ou le Québécois Jean Brillant et ses formes organiques singulières. On ne manquera pas d’aller voir les 24 tables emboitées d’un autre Québécois, Michel de Broin, qui nous offre cette fois une installation originale déjouant les fonctions et les usages préétablis.

L’expertise de trois commissaires

En plus des circuits déjà mentionnés, le public pourra également continuer sa visite dans dix autres lieux partenaires du festival tels le Goethe Institut, le Musée d’art contemporain ou l’Espace Ubisoft. Plusieurs galeries de la métropole (galerie Castiglione, galerie Art Mur, galerie Joyce Yahouda) ouvriront leurs portes pour l’occasion.

Pas de pays hôte cette année. Après Israël en 2015 – dont la présence avait créé une certaine polémique avec l’appel au boycottage de certains artistes pro-palestiniens –, le fondateur et directeur de l’événement, Frédéric Loury, a plutôt préféré l’ajout de deux commissaires supplémentaires: Anaïs Castro et Marie-Josée Rousseau.

Ensemble, ils ont tenté de réunir le travail d’artistes protéiformes comme la Canadienne Dina Goldstein, le Chinois Zhang Kechun, le duo finlandais Inka et Niclas, la Française Sarah Garzoni, le collectif québécois Pierre et Marie et le Danois Jesper Just.

Une nouveauté avec l’ajout d’œuvres issues de collections privées et publiques généralement destinées à être exposées dans des musées. Ainsi pourrons-nous voir des pièces issues de la Collection Loto-Québec et du Conseil des arts du Canada.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Art souterrain 2016 en PHOTOS
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction