Huffpost Quebec Style qc

Assumer ses cheveux blancs, un chemin aussi difficile que libérateur (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Delphine aura mis 20 ans à l'assumer. Elle fait partie de ces personnes qui voient pousser leurs premiers cheveux blancs dès l’adolescence. Vers 17 ans, la jeune femme saute le pas et enchaîne les colorations. À 37 ans, la prise de conscience commence. Avant d’assumer ses racines grises, elle s’essaie un temps aux colorations naturelles après avoir été refroidie par les compositions très chimiques des colorations traditionnelles.

“J’habite dans un petit village. Dans le coin, aucun salon de coiffure n’utilise de coloration naturelle. J’ai donc fait mes couleurs à la maison, avec des temps de pose qui duraient plusieurs heures”, se souvient-elle. Une demi-journée presque deux fois par mois pour faire sa couleur? Delphine, qui anime un blogue beauté sur les cosmétiques naturels, tient quelques mois avant de se lasser, fatiguée de devoir consacrer tant de temps, d’énergie et d’argent à ce rituel.

Close
Coloration: les plus belles chevelures grises
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée


À l’approche de ses 40 ans, elle prend une grande décision. Celle d’assumer ses cheveux gris. Dans son entourage, les avis sont partagés, ses quatre enfants ont peur du regard des autres, “on va croire que tu es vieille”, lui disent-ils, sa mère est étonnée et son mari la soutient. Du côté de ses amis, on s’inquiète, “ça va être moche”, “fais-le si tu veux, mais moi je ne me verrais pas le faire”, lui rétorque-t-on.

LIRE AUSSI: Nos conseils pour passer aux cheveux gris

Cachez ces racines que je ne saurais voir

“À partir du moment où j’ai pris ma décision, au début de l’année 2015, je n’avais plus aucun doute. Plus je voyais mes racines grises pousser, plus j’étais heureuse”, affirme-t-elle, sûre d’elle. Alors bien sûr, il y a eu une période compliquée: racines grises, coloration qui dégorge et cheveux noirs aux pointes. “Pendant trois mois, je ressemblais à mon chat tricolore”, s’amuse Delphine un an plus tard. Son choix questionne beaucoup les personnes qu’elle rencontre, certains regardent avec insistance ses racines quand ils lui parlent quand d’autres ne peuvent s’empêcher de lui dire “il faudrait peut-être refaire la couleur?”

"Mais comment tu fais pour sortir comme ça? Moi je ne pourrais pas!, Je préférerais encore me raser les cheveux! Ca fait négligé!" Raphaëlle, 37 ans, a connu les mêmes réactions que Delphine quand elle a décidé de ne plus cacher ses cheveux blancs au début 2014. Depuis, la trentenaire a créé l’un des passages obligés du net pour toutes les femmes francophones qui ne veulent plus se teindre les cheveux, le blogue “Cinquante Nuances de gris” sur lequel se retrouve sa communauté autoproclamée “les givrées”.

Sur cette plate-forme, des femmes racontent leur parcours, leurs délicats mois de “bicolorité”, les réactions autour d’elles. Elles reviennent aussi quand la transition est terminée pour donner des conseils, faire le point. On peut par exemple lire l’histoire de Sapotille, 27 ans, ravie d’avoir retrouvé des cheveux gris en pleine santé après des colorations qui avaient beaucoup abîmé son cheveu. Un peu plus loin, Marie, 57 ans, raconte avoir déjà tenté plusieurs fois d’arrêter les colorations, pour se motiver elle a affiché une photo d’elle poivre et sel sur son frigo où elle se trouve très belle. Les profils, les âges, les caractères sont différents et pourtant, les récits de ce qui semble être une libération se répondent.

"Je n'ai pas fait ça pour mieux accepter la vieillesse"

“Je n’associe plus du tout les cheveux gris à la vieillesse, explique Delphine. Mes cheveux gris me donnent au contraire l’impression de sortir du lot. C’est vrai, ce n’est pas une décision facile, mais je trouve ça sincèrement très beau.” C’est aussi la conclusion de l’ancienne journaliste de Elle et romancière, Sophie Fontanel. Depuis ses 15 ans, elle a des cheveux blancs. “Je n’ai pas fait ça pour mieux accepter la vieillesse", se défend-elle. "Comme j’avais les cheveux blancs quand j’avais 15 ans, finalement, c’est comme si je rajeunissais! Il va s’écouler des années avant que je ne devienne une vieille dame”, promet-elle.


Car c’est bien l’angoisse qui enserre la présence des cheveux blancs. Pour les rides, difficile de faire quelque chose. Les crèmes ne font pas des miracles et on ne veut ou on ne peut pas forcément passer par la case chirurgie. Les cheveux en revanche, voilà qui est à la portée de tout le monde. Se faire une couleur chez soi ou chez le coiffeur, c’est accessible.

Alors, pourquoi refuser de le faire? Pourquoi ne pas vouloir “soigner” son apparence comme toutes les autres? Les femmes qui choisissent d’assumer leurs cheveux blancs, en particulier quand elles sont jeunes, doivent sans cesse s’expliquer. Non, elles n’ont pas décidé d’abandonner toute volonté de séduire et de plaire. Celles qui aimaient être coquettes avant, continuent de l’être après. Les cheveux blancs ne sont pas la fin de quelque chose.

Sophie Fontanel documente avec humour semaine après semaine sur son compte Instagram cette transformation qu’elle nomme parfois “une naissance lente et fascinante”. Dans une passionnante vidéo, Sophie Fontanel revient sur cette décision qui lui a redonné le sourire:

Les femmes célèbres à avoir sauté le pas ne sont pas si nombreuses. Lio s’est plusieurs fois affichée sans teinture et sans maquillage. Christine Lagarde, Françoise de Panafieu, Annie Lemoine, ou encore Tatiana de Rosnay, les journalistes Claude Guibal et Fabienne Sintes. Mais aussi outre Atlantique, la chanteuse Rita Ora, Kelly Osbourne, Jamie Lee Curtis. Depuis plusieurs saisons, une tendance vient aider celles qui étaient les plus inquiètes du regard des autres, la coloration silver ou bleached.

Silver hair is pretty cool. #silverhair #greyhair #coloredhair #dyedhair #hairinspiration #longhair

Une photo publiée par @thishairblog le


Miley Cyrus, Lady Gaga, Kim Kardashian ont elles aussi essayé ce genre de teintes, parfois à mi-chemin entre le platine et le gris. “J’aurais aimé avoir connu ce genre de mode à 20 ans, je ne suis pas sûre que j’aurais pu assumer mes racines aussi tôt, mais ça m’aurait beaucoup aidé”, assure Delphine. Elle fêtera avec bonheur en février le premier anniversaire de ses cheveux blancs.

Abonnez-vous à HuffPost Québec Style sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Style sur Twitter

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Celebrities Rocking Grey Hair
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction