NOUVELLES

Six Québécois tués au Burkina Faso: la communauté sous le choc (VIDÉO)

17/01/2016 07:46 EST | Actualisé 17/01/2016 07:46 EST

Une famille originaire de Lac-Beauport, dans la région de Québec, a été décimée dans les attentats de Ouagadougou, au Burkina Faso.

Gladys Chamberland et son conjoint Yves Carrier, 65 ans, de même que leurs enfants Charlelie et Maude, ont été tués lorsque quatre djihadistes ont attaqué le restaurant Splendid ainsi que le café Cappucino de la capitale.

La famille était dans ce pays africain depuis près d'un mois pour participer à la construction d'une école, et avait quitté le Québec à la fin décembre afin de se rendre au Burkina Faso pour le compte de la Congrégation des sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours. Ils étaient accompagnés de deux amis, aussi bénévoles et originaires de Québec : Suzanne Bernier, une retraitée, et Louis Chabot.

Louis Chabot était un bon ami de Maude Carrier, avec qui il travaillait comme professeur à l'école secondaire Cardinal-Roy.

Yves Carrier a fait une longue carrière comme enseignant puis comme directeur d'école. Il avait pris sa retraite il y a quelques années. Il se consacrait aux voyages, comme guide spécialisé, et dans les missions humanitaires.

Sa fille Maude, 37 ans, mère de deux filles, âgées de 3 et 5 ans, était également enseignante. Elle donnait des cours de français aux élèves de secondaire 4 du programme Sports, Arts et Études de l'école Cardinal-Roy, de Québec. Les élèves auxquels elle enseignait se mobilisent déjà sur les réseaux sociaux. Plusieurs souhaitent s'habiller de noir demain pour souligner leur deuil.

Des amis de Charlelie Carrier se recuillent devant la maison de la famille à Lac Beauport Photo : Radio-Canada / Jocelyn Létourneau

Il s'agissait du deuxième voyage sur le continent pour Gladys Chamberland, après un court séjour en 2013. Sur Facebook, elle avait d'ailleurs tenté de rassurer ses proches, en relayant un article selon lequel les chances de mourir du terrorisme étaient de 1 sur 116 millions. « Dix fois plus de chances de gagner le gros lot du 6/49 », peut-on y lire ensuite. La femme travaillait au ministère des Ressources naturelles du Québec.

Le fils du couple, Charlelie, était quant à lui animateur au centre de plein-air Le Saisonnier.

Une partie du groupe, soit Maude Carrier, Louis Chabot et Gladys Chamberland, en était à ses dernières heures en sol africain, et devait quitter Ouagadougou pour revenir au pays après avoir passé près d'un mois dans un petit village explique la mère de Maude et ex-conjointe de Yves Carrier, Camille Carrier.

Dans un bref entretien par téléphone, la femme n'arrivait pas à se faire à l'idée d'avoir perdu ses proches. «Ils sont allés faire du bien et ne sont jamais revenus, je ne peux pas le croire, dit Mme Simard, qui ajoute du même souffle : c'était des personnes tellement généreuses, au-delà de la famille, ce sont des personnes qui faisaient du bien. C'est tellement injuste.»

Nombreux témoignages de sympathie

Devant la demeure familiale à Lac-Beauport, des proches sont venus se recueillir, et déposer des témoignages pour les deux autres enfants du couple. C'est le cas de Valérie Tremblay, qui connaît bien le fils d'Yves Carrier, Frédérique.

« Je suis venue porter une toile pour mon pote Fred et sa sœur Fannie, explique-t-elle, parce que je voulais que les gens puissent venir porter des petits mots, et que quand ils vont arriver ici, même si la maison est vide qu'ils sachent qu'ils ne sont pas seuls. »

« C'étaient des personnes merveilleuses »

— Valérie Tremblay, amie de la famille

Charles-Philippe Drolet est un voisin du couple, qu'il connaissait bien, puisqu'il le croisait depuis plusieurs années. Il se dit sous le choc : « J'ai découvert la tragique nouvelle ce matin en me préparant [...] un voyage humanitaire ce n'est pas supposé se terminer comme ça », explique-t-il.

Sur la page Facebook de la concentration musique de l'école Jean-de-Brébeuf, où Maude a été enseignante et Yves directeur, un message de sympathie a été publié tôt dimanche matin.

L'école Jean-de-Brébeuf de Québec se dit endeuillée aujourd'hui, après la mort de deux ex-membres de son corps professoral

« Collègues et amis, nous avons tous été choyés de les côtoyer. Ils feront toujours partie des personnes les plus gentilles, authentiques et généreuses que nous ayons connues. Outre Maude et Yves, la conjointe de Yves et leur garçon (le demi-frère de Maude) sont également parmi les victimes, ainsi que Louis Chabot qui a aussi enseigné les mathématiques à Brébeuf il y a plusieurs années. [...]

Aujourd'hui, deuil et peine nous accablent. Mais nos pensées vont à Yves Richard, le conjoint de Maude, et leurs deux filles qui vivent ces moments si difficiles. Nous leur transmettons nos plus sincères sympathies. »

Drapeaux en berne

La Ville de Lac-Beauport, où résidaient Yves Carrier, Gladys Chamberland et leur fils Charlelie, met son drapeau en berne, en mémoire de la famille très impliquée dans la vie communautaire. Le conseil municipal va se réunir demain pour déterminer la façon de leur rendre hommage.

La conseillère municipale Sylvie Chartier était aussi une collègue de travail de Gladys Chamberland. Elle se souvient d'une famille dévouée et engagée dans son milieu. « C'est un choc ce matin surtout quand on sait que le terrorisme fait du ravage à travers le monde, mais quand on connaît les gens... Surtout dans ce genre d'évènement où ils étaient là pour aider les autres. »

Attaque à l'hôtel Splendid de Ouagadougou au Burkina Faso


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter