NOUVELLES

Un antidote aux surdoses de médicaments antidouleur bientôt en vente libre?

15/01/2016 10:56 EST | Actualisé 15/01/2016 10:56 EST
Liz O. Baylen via Getty Images
OxyContin 80 mg pills are shot in the studio on August 1, 2013. (Photo by Liz O. Baylen/Los Angeles Times via Getty Images)

Santé Canada pourrait bientôt approuver la vente sans prescription d'un antidote aux surdoses, la naloxone.

Cette mesure est réclamée depuis un certain temps par des intervenants de la Nouvelle-Écosse qui luttent contre les dépendances aux médicaments antidouleur.

Le Dr David Saunders, qui travaille à la clinique de méthadone 180 d'Halifax, est l'un d'entre eux. « Les familles sont très heureuses de la possibilité d'avoir un produit dans leur maison qui pourrait aider un tant soit peu leurs proches [aux prises avec une dépendance] », dit-il.

Les surdoses n'arrivent pas seulement dans la rue ou dans des soirées, rappelle le Dr Saunders.

« Au cours des trois ou quatre dernières années, il y a eu plusieurs cas de gens qui sont morts à la maison ou près de la maison, en présence de membres de leur famille. »

Or, les proches, dans ces situations, n'ont rien pu faire, mis à part signaler le 911.

Approbation accélérée?

Cela pourrait bientôt changer : Santé Canada demande aux Canadiens de se prononcer d'ici le 19 mars sur les changements qu'il propose. Il pourrait adopter une procédure accélérée pour rendre plus facile l'accès au naloxone. Le ministère s'inquiète du nombre grandissant de Canadiens qui meurent d'une surdose d'opioïdes.

La soeur d'un Néo-Écossais mort d'une surdose, Amy Graves, est très heureuse de l'initiative de Santé Canada. Elle a fondé un organisme voué à l'éradication des dépendances aux opioïdes, Get Prescription Drugs Off the Street. Elle croit que le ministère réagit au nombre grandissant de morts associés à des surdoses de fentanyl au pays.

Mme Graves croit qu'il faudra également s'attaquer à la prescription abusive de médicaments antidouleur.

La directrice générale de la clinique 180, Cindy MacIsaac, souhaiterait qu'Ottawa approuve une version de la naloxone qui peut être administrée par vaporisateur nasal. Cette version a été approuvée par la Food and Drug Administration des États-Unis en novembre dernier.

Mme MacIsaac voudrait aussi que la naloxone soit ajoutée à la liste provinciale des médicaments approuvés pour qu'elle soit remboursée par le Régime d'assurance-médicaments.

Quelques statistiques sur la santé des Canadiens

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter