NOUVELLES

Quatre Québécoises accusées aux États Unis d'avoir fraudé des personnes âgées

13/01/2016 06:14 EST | Actualisé 13/01/2016 06:14 EST
Hemera Technologies via Getty Images
Business telephone with extensions on desk in office

ALBANY _ Quatre Québécoises ont été arrêtées et accusées aux États-Unis relativement à des allégations de fraude envers des personnes âgées _ un stratagème connu sous le nom d'"arnaque des grands-parents".

Selon la police de l'État de New York, les présumées fraudeuses originaires de Laval joignaient des aînés par téléphone ou par courriel et s'identifiaient comme leur petite-fille.

Elles leur disaient ensuite qu'elles avaient été arrêtées dans un autre État et qu'elles avaient besoin d'argent rapidement pour payer leur caution. Elles prenaient soin de demander à la personne de ne pas le dire à leurs parents pour ne pas les inquiéter.

Ensuite, une deuxième personne prenait le téléphone et s'identifiait comme un policier, qui indiquait comment et où envoyer le montant nécessaire. L'agent prévenait également ses interlocuteurs de ne pas parler de l'affaire à d'autres autorités.

Plus tôt ce mois-ci, la police avait révélé que quatre personnes s'étaient rendues à Albany de Laval pour ramasser les paquets contenant l'argent lié à l'arnaque. Les suspectes avaient récolté leur butin à un centre UPS ou un coursier allait le chercher pour le livrer à leur hôtel.

Christina Antonakakis, 29 ans, Sophia Mikelakis, 57 ans, Nora Apkarian, 42 ans, et Anahid Apkarian, 61 ans font face à des accusations de possession criminelle d'un bien volé au troisième degré. Antonakakis et Mikelakis ont également été accusées de tentative de vol qualifié au troisième degré.

L'enquête sur l'opération se poursuit et les policiers encouragent toutes les personnes qui pourraient avoir été victimes de les contacter.

Les policiers n'ont pas précisé le montant qui aurait été volé aux personnes âgées.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

10 crimes majeurs qui ont choqué les États-Unis