DIVERTISSEMENT

«Le bruit de l'aube» de Lilian Renaud: chanteur fier de ses racines

07/01/2016 08:36 EST | Actualisé 07/01/2016 08:38 EST
Courtoisie

Un premier album tout juste à 23 ans, le Français Lilian Renaud flotte encore sur un nuage depuis sa victoire à la dernière édition de l’émission The Voice, l’équivalent de La Voix au Québec. Avec la sortie de son disque, Le bruit de l’aube, l’artiste confirme ses talents de chanteur, lui qui se destinait à faire le métier de fromager!

Lorsqu’il est arrivé pour la première fois sur la scène de The Voice, Lilian Renaud a vite imposé sa présence auprès du public avec son style décontracté et son béret sur la tête. Sous la protection de son coach, la chanteuse Zazie, il a continué son petit bout de chemin comme si de rien n’était, semaine après semaine, jusqu’en avril dernier où il a remporté à Paris la finale de la quatrième édition.

On se doute bien que cette victoire remportée haut la main a donné un gros coup de blues aux autres candidats qui se sont démenés, il est vrai, comme des diables. Dès son apparition et son chaleureux timbre de voix, le garçon timide originaire du Doubs en Franche-Comté était déjà pressenti comme l’un des grands favoris. Une avance confortable jamais démentie, même si la course a permis de découvrir de véritables talents.

«Je ne m’y attendais pas, jure Lilian Renaud en entrevue téléphonique. J’ai toujours voulu faire de la musique. C’est mon rêve d’enfance qui s’est réalisé devant un public qui m’a accepté comme je suis malgré mon parcours atypique. L’émission a été un formidable tremplin. J’ai fait des rencontres inoubliables.»

Pourtant, la télévision n’a jamais vraiment été sa tasse de thé. Le côté divertissement, les paillettes et la renommée ne l’attirent pas non plus. «Je suis d’un naturel très discret et pudique. Je veux faire de la musique, mais pas à n’importe quel prix. Je n’ai jamais vraiment pensé au succès. Je me concentre sur mon travail et c’est déjà beaucoup. Et puis, je suis bien entouré. Mes parents sont très heureux pour moi. Cela ne les empêche pas de me mettre en garde.»

L'album folk

Depuis The Voice, les événements sont allés très vite pour l’artiste qui vient de commencer sa carrière sous les chapeaux de roues. Après une avalanche de concerts en compagnie de ses anciens camarades de The Voice, il a préparé en studio en moins de cinq mois la sortie de son premier album. Intitulé Le bruit de l’aube, le disque regroupe douze titres dont plusieurs collaborations, notamment avec Grand Corps Malade.

«Je me suis entouré d'artistes que j’admire. J’espère que les gens vont aimer. J’ai pris un très grand plaisir à faire le disque. J’ai participé à tout le processus de création. En plus de mes propres compositions, il y a ma signature dans chacune des chansons auxquelles j’ai collaboré.»

À travers le combiné, on reconnait un léger accent régional, loin, très loin des intonations parisiennes. Au fil de la conversation, tout s’explique puisqu’on apprend qu’avant d’être ce chanteur adulé par de nombreuses jeunes filles de l’Hexagone (elles craquent toutes pour ses chansons et son sourire ravageur), le jeune homme a été fromager dans son village. Il ne s’en cache pas, bien au contraire, pour lui son bout de pays, c’est d’abord son terroir.

«Je ne renie rien, dit-il. Si je suis là où j’en suis aujourd’hui, c’est grâce à mon parcours et mon éducation. Mes amis d’enfance, ma famille et ma région demeurent très importants pour moi. Et puis, pas question de tout quitter pour aller vivre à Paris. Cela ne m’intéresse pas. J’ai besoin d’être chez moi.»

À l’écoute de son disque, les chansons défilent comme autant de ballades intimes sur l’existence d’un garçon encore hanté par les doutes et les craintes. Par exemple, il y a ce morceau, Pour ne plus avoir peur, porté par une voix magnifique. Mélange de folk et de rock acoustique, le jeune homme y révèle ses appréhensions.

«J’ai du mal à pouvoir résumer cet album. Il me ressemble, car je l’ai voulu simple et mélodique. Mon inspiration, je la puise en observant ce que je vois autour de moi. Je raconte aussi mes expériences et mon quotidien comme dans les chansons Je suis un enfant ou Le bruit de l’aube

Prochaine étape: une tournée en solo, guitare à la main, prévue dès mars 2016 qui le mènera un peu partout en France. «J’ai vraiment hâte! Un album, c’est bien, mais l’important, c’est de le défendre sur scène, devant son public.»

Et pourquoi pas un passage à Montréal? «Ce n’est pas encore prévu, mais j’aimerais tellement cela. Je ne suis jamais venu au Québec, alors si vous m’invitez, j’arrive!»

Album Le bruit de l’aube

1 – Il faudra vivre

2 – Pour ne plus avoir peur

3 – Promis juré

4 – Je suis un enfant

5 – Ma prière

6 – Si tu cherches de l’or 7 – Le bruit de l’aube

8 – Nos larmes

9 – Les enfants de l’oubli

10 – Ma terre

11 – J’attends

12 – Octobre (reprise Francis Cabrel)

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter