POLITIQUE

Rapport du CEM sur PKP: Québecor rejette les conclusions

18/12/2015 02:46 EST | Actualisé 18/12/2015 02:52 EST
PC

Au lendemain de la publication d'une étude indépendante sur Québecor, dont l'actionnaire majoritaire Pierre Karl Péladeau est aussi le chef du Parti québécois et député de Saint-Jérôme, le conglomérat médiatique réitère « l'importance qu'il accorde à liberté de presse », un « principe fondamental », selon lui.

Le Centre d'études sur les médias (CEM) estime que Québecor s'est placé dans une situation « exceptionnelle » compte tenu de l'emprise de Pierre Karl Péladeau tant dans le paysage politique que dans le paysage médiatique du Québec. « Il faut protéger les médias et les journalistes des pressions indues », affirment les auteurs de l'étude.

Dans un bref communiqué, le vice-président des Affaires publiques chez Québecor Média, Martin Tremblay, écrit, après avoir pris connaissance du document, que les journalistes « ont toute la latitude nécessaire pour effectuer leur travail au meilleur de leur connaissance et de leur jugement professionnel. »

« Nos salles de nouvelles ont toujours été, sont et demeureront totalement indépendantes. »

— Martin Tremblay, Québecor Média

Martin Tremblay ajoute que Québecor regroupe de « nombreux chroniqueurs d'horizons politiques variés » et offre « la plus grande diversité d'opinions aux lecteurs et téléspectateurs du Québec. »

Québecor possède notamment TVA, le réseau de télévision le plus regardé au Québec, ainsi que deux grands quotidiens, Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec.

Les « solutions » mises de côté

Dans sa déclaration, Québecor omet toutefois de se prononcer sur les pistes de solutions proposées par l'étude pour protéger « l'indépendance de ses journalistes et dirigeants », soit l'intervention législative ou réglementaire de l'État et la régulation par un débat public, notamment.

Alors que les auteurs concluent que le conglomérat devrait agir « au-delà des promesses générales de non-intervention », le principal intéressé, Pierre Karl Péladeau, estime que sa promesse de confier ses actions de Québecor dans un mandat sans droit de regard suffit.

Québecor rappelle en outre n'avoir « jamais pris position pour un parti politique à l'occasion de campagnes électorales », contrairement à d'autres médias.

INOLTRE SU HUFFPOST

Chefferie du PQ: les photos de la soirée