NOUVELLES

La Couronne s'attaque à la crédibilité du témoignage de Mike Duffy

16/12/2015 12:27 EST | Actualisé 16/12/2015 12:27 EST

Mike Duffy s'est expliqué sur des propos tenus plus tôt dans son témoignage concernant sa première rencontre avec Stephen Harper, avant d'être nommé à la Chambre haute. Le sénateur est à la barre pour une septième journée dans le cadre de son procès pour fraude, corruption et abus de confiance.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Après les questions de l'avocat de Mike Duffy, c'est maintenant au tour de la Couronne de mener un contre-interrogatoire.

Lors de son interrogatoire par son avocat la semaine dernière, Mike Duffy a partagé ses souvenirs sur sa première rencontre avec Stephen Harper, avant sa nomination au Sénat. Selon ce qu'a dit M. Duffy, les deux hommes s'étaient rencontrés dans le bureau du premier ministre de l'édifice central du parlement en juin 2008.

Mike Duffy a déclaré en cour qu'il avait demandé à Stephen Harper de commenter la nomination de Hubert Lacroix comme président directeur général de CBC/Radio-Canada, qui, selon le témoin, avait été « nommé quelques jours avant ».

Mercredi, le procureur de la Couronne, Mark Homes, a souligné qu'Hubert Lacroix a été nommé à la tête de la société d'État en novembre 2007, soit environ six mois avant la rencontre entre MM. Duffy et Harper. Le sénateur n'a pas pu confirmer s'il avait donc eu une autre rencontre avec M. Harper en 2007, puisqu'il n'avait pas son agenda de cette année avec lui en cour.

Mike Duffy a été nommé au Sénat en décembre 2008, après d'autres rencontres avec le premier ministre. Son assermentation officielle a eu lieu au début de l'année 2009. Le procureur de la Couronne, Mark Holmes, a souligné que parmi les rencontres de décembre 2008 avec Stephen Harper, M. Duffy n'en a pas mentionné une lors de son témoignage, ce qu'a reconnu le sénateur.

Mauvaise impression de Stephen Harper

Si Mike Duffy a choisi au départ de parler de sa première rencontre avec le premier ministre, il a affirmé que c'était surtout pour partager la mauvaise impression laissée par Stephen Harper. Il jugeait que le chef de gouvernement ne lui avait pas tout dit en affirmant qu'il en savait peu sur le nouveau PDG de CBC/Radio-Canada. « Tous les autres premiers ministres que j'ai connus auraient donné plus de détails », a affirmé Mike Duffy en cour.

Le sénateur a aussi lancé qu'il « n'aimait pas certains aspects de la personnalité » de Stephen Harper. À la demande de la Couronne, il est ainsi revenu sur un événement qui s'est déroulé en 2010 à Crapaud, à l'Île-du-Prince-Édouard. Il a affirmé que pendant que des gens attendaient à la chaleur pour entendre le premier ministre, Stephen Harper mangeait un « hot dog » et faisait repasser sa chemise. Mike Duffy a affirmé qu'il trouvait cette attitude « grossière », surtout venant d'un homme qui se présentait comme un « populiste qui se souciait des gens ».

Lors du début du contre-interrogatoire, Mike Duffy a tenu à souligner qu'il n'avait jamais demandé à être nommé au Sénat, niant ainsi certaines rumeurs datant de l'époque à laquelle le libéral Jean Chrétien était premier ministre.

À quelques occasions mercredi matin, Mike Duffy a semblé perdre patience face à certaines questions posées par le représentant de la Couronne. Le sénateur a plaidé non coupable à 31 chefs d'accusation de fraude, corruption et abus de confiance.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les citations entourant le procès de Mike Duffy