NOUVELLES

Julian Assange pourrait être interrogé par la Suède en vertu d'une nouvelle entente

12/12/2015 04:39 EST | Actualisé 12/12/2016 05:12 EST
JOHN STILLWELL via Getty Images
WikiLeaks founder Julian Assange gestures during a press conference inside the Ecuadorian Embassy in London on August 18, 2014 where Assange has been holed up for two years. WikiLeaks founder Julian Assange said Monday he would 'soon' leave Ecuador's embassy in London but his organisation played down the comment, saying he would not depart until there was an agreement with Britain's government. Assange took refuge in June 2012 in the Ecadorian Embassy to avoid extradition to Sweden, where he faces allegations of rape and sexual molestation, which he strongly denies. AFP PHOTO / POOL / JOHN STILLWELL (Photo credit should read JOHN STILLWELL/AFP/Getty Images)

QUITO — L'Équateur soutient avoir conclu avec la Suède une entente qui pourrait mener à l'interrogatoire du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, qui a trouvé refuge à l'ambassade équatorienne à Londres, alors qu'il fait face à des allégations de viol en Suède.

Selon le site Web du ministère des Affaires étrangères du pays d'Amérique du Sud, l'entente facilite «des procédures judiciaires telles que l'interrogatoire de M. Assange».

En août, les procureurs ont abandonné des allégations d'inconduite sexuelle de moindre gravité pesant contre l'Australien de 44 ans. Ils veulent cependant toujours l'interroger au sujet d'accusations de viol prétendument commis durant un séjour en Suède en 2010.

Julian Assange a évité l'extradition en Suède en demandant l'asile à l'ambassade équatorienne à Londres, en 2012. Il nie les allégations faites par deux femmes, et croit que son extradition en Suède serait simplement une première étape pour ensuite le faire déporter aux États-Unis pour le juger sur les activités de WikiLeaks, qui a publié des documents secrets du gouvernement.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Records sur les réseaux sociaux