NOUVELLES

Les bienfaits psychologiques du calendrier de l'avent

05/12/2015 02:10 EST | Actualisé 21/01/2016 01:02 EST

Le 1er décembre a résonné dans l'esprit de tous les gourmands comme la promesse d'un petit chocolat, le premier d'une longue lignée qui prendra fin le jour de Noël. Cette tradition déclinée depuis quelques années sous toutes les formes pour les amateurs de whisky, de produits de beauté, de croquettes pour chien ou encore de jeux à gratter est, du point de vue de la psychologie, une très bonne idée qu'il ne faudrait pas limiter à la période de Noël. Apprentissage du plaisir et de la patience, ce petit chocolat est bien plus important qu'il n'y paraît.

"Faites-vous plaisir - tous les jours", conseille Russell Grieger, un psychologue américain professeur à l'Université de Virginie dans un texte publié en 2013. "Nous vivons tous des moments positifs chaque jour et peu importe qu'ils soient petits ou insignifiants, ils peuvent être un bon moyen de changer nos perspectives. Pour cela, nous devons prendre le temps d'apprécier ces moments de joie et d'augmenter leur intensité en les faisant durer pour qu'il crée un 'réseau de câbles' dans nos cerveaux".

Petits plaisirs répétés

On connaît les effets néfastes de la peur, du stress ou de la colère sur nos défenses immunitaires et notre santé en général. Le plaisir répété tisse lui sa toile dans notre cerveau comme une arme de protection contre les agressions provoquées par ces émotions négatives. Et cela n'est pas seulement une image.

"À chaque fois que nous le rencontrons (le plaisir NDLR), un système de récompense se déclenche dans notre cerveau, libérant de la dopamine, explique le psychiatre François Lelord à Psychologies, Cette substance entraîne des sensations agréables, ce qui nous motive à renouveler l’expérience. [...] Est-ce leur somme qui nous rend heureux… ou les gens heureux qui ont plus de disposition à se les accorder ? Sans doute les deux." Une petite récompense par jour donc pourrait changer la donne, à une condition, y mettre un peu du sien.

Apprendre la patience aux enfants

Le calendrier de l'avent a aussi une autre vertu, en particulier pour les enfants, nous initier à la patience. "Dans notre société, cela va un peu à contre courant... Et ça fait du bien, abonde Camille Rochet, psychologue et contributrice sur Le HuffPost. Les enfants sont d'autant plus heureux le jour de Noël qu'il y a des surprises et qu'ils l’ont attendu".

Pour en multiplier les effets en famille, autant faire de ce moment, un peu plus qu'une simple gourmandise. "Le calendrier permet aussi de mettre en place un rituel. C'est précieux car cela donne un rythme et les enfants aiment particulièrement cela. C'est aussi une occasion de se retrouver ensemble, en famille, pour ouvrir la case du jour. Je rajouterais que même dans les familles où la période peut être douloureuse, le calendrier puis Noël permettent une trêve de la souffrance. C'est s'autoriser à vivre quelque chose d'heureux car nous y avons tout le droit. C'est un rituel à ne pas lâcher, c'est un repère et cela crée une cohésion". Un moment en famille qu'il faudra peut-être réinventer dès janvier quand les fêtes seront passées.

Attention, une petite mise en garde pour éviter les quiproquo, multiplier les plaisir au quotidien cela ne signifie pas forcément multiplier les chocolats.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

12 marchés de Noël à découvrir partout au Québec