NOUVELLES

Secteur public: une autre entente sectorielle est conclue

02/12/2015 12:45 EST | Actualisé 02/12/2015 12:51 EST
Le Huffington Post Québec

Une autre entente de principe est intervenue dans le secteur public, encore aux tables sectorielles, cette fois avec une fédération de la Centrale des syndicats du Québec.

Il s'agit d'une première entente de principe pour la CSQ, a-t-on confirmé mercredi. Les autres ententes aux tables sectorielles étaient intervenues avec des fédérations de la CSN et de la FTQ au cours des derniers jours.

Comme dans les autres cas, l'entente de principe touche du personnel de soutien scolaire, soit 27 000 membres de la Fédération du personnel de soutien scolaire de la CSQ.

Ainsi, "les groupes majeurs" de ce secteur du soutien scolaire ont conclu des ententes de principe aux tables sectorielles, a indiqué au cours d'une entrevue Éric Pronovost, président de la Fédération du personnel de soutien scolaire, affiliée à la CSQ.

"Aujourd'hui, on est très heureux de l'entente que nous avons", compte tenu des "demandes de récupération" dans les conditions de travail que le gouvernement formulait au départ, a commenté M. Pronovost.

Il souligne que le salaire moyen de ses membres est de 27 000 $ par année, avec un taux de précarité d'emploi de l'ordre de 42 pour cent.

"C'est pour ça qu'on a bien pris le temps de vraiment conclure les discussions et de s'assurer qu'on ne passe à côté de rien", a ajouté M. Pronovost.

Ses membres qui ont conclu une entente de principe oeuvrent dans les commissions scolaires francophones. Il n'y a toujours pas eu d'entente à la table sectorielle du personnel de soutien des commissions scolaires anglophones, mais ça ne devrait plus tarder, croit le dirigeant syndical.

Les tables sectorielles sont celles où sont discutées des clauses touchant par exemple la tâche et la précarité d'emploi, alors que les questions des salaires et du régime de retraite sont discutées à la table centrale par le front commun intersyndical.

Comme il s'agit d'une entente de principe, celle-ci devra évidemment être soumise au vote des membres au cours d'assemblées générales.

Des négociations intensives ont été entreprises à la fin de la semaine dernière entre le gouvernement et différents syndicats dans l'espoir d'en venir à une entente pour le renouvellement des conventions collectives de plus de 500 000 employés de l'État, échues depuis le 31 mars.

Enseignants

De son côté, la Fédération autonome de l'enseignement, qui représente le tiers des enseignants des niveaux primaire et secondaire, affirme au contraire que ses négociations ne vont pas bien du tout. "Rien ne va plus en éducation", affirme-t-elle dans un communiqué diffusé pour annoncer une rencontre avec la presse jeudi.

La FAE a même claqué la porte, le 3 novembre, et n'est pas revenue pour négocier à sa table sectorielle, malgré une tentative de rapprochement au cours des derniers jours.

La FAE, contrairement à la CSN, à la CSQ et à la FTQ, ne fait pas partie du front commun. Elle ne représente toutefois pas de personnel de soutien scolaire _ comme les syndicats qui ont conclu des ententes de principe _, seulement des enseignants.

Voir aussi:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter