Comment apprendre la prudence à un enfant sans lui faire peur

Publication: Mis à jour:
Imprimer
Nastia11 via Getty Images
Nastia11 via Getty Images

La tentative d'enlèvement d'une fillette de deux dans un commerce de Gatineau, au début du mois de novembre, peut conduire nombre de parents à se questionner sur la façon d'aborder le concept de prudence avec leurs enfants. Voici quelques conseils pratiques pour vous aider à outiller vos tout-petits.

Un texte d'André Dalencour

La directrice générale de l'organisme Enfant-Retour Québec, Pina Arcamone, qualifie sans détour cette histoire de « choquante », surtout au vu de l'âge de l'enfant. Selon elle, il ne faut pas pour autant se laisser aller à la panique.

« Nous savons que ce genre d'événement est extrêmement rare au Québec et au Canada. Mais chaque fois que cela se produit, ça nous rappelle que nos jeunes sont vulnérables et que nous devons prendre le temps de [les] outiller à reconnaître des situations à risque et leur donner les ressources nécessaires pour qu'ils puissent se garder en sécurité », explique-t-elle.

Mme Arcamone croit qu'il est important d'apprendre aux enfants à réagir, sans les effrayer ou leur faire peur. Quelques principes très simples peuvent permettre d'atteindre ces objectifs.

Choisir les bons mots

La directrice générale de l'organisme Enfant-Retour Québec admet que certains parents peuvent se montrer réticents à l'idée de parler de sécurité personnelle avec leur enfant par crainte de freiner leur spontanéité.

« Ce que nous pouvons faire, c'est de s'assurer que notre enfant connaît, même à un an et demi, son nom au complet et [ceux] de maman et papa. Donc dans une situation d'urgence, on lui demanderait comment s'appelle ton papa par exemple, il pourra dire votre nom au complet au lieu de juste papa », détaille-t-elle.

Par ailleurs, Pina Arcamone n'est une partisane de l'expression « on ne parle pas aux étrangers ».

Elle estime qu'il s'agit d'un concept trop abstrait pour les plus jeunes. Selon elle, cela peut aussi envoyer un message contradictoire aux enfants dans la mesure où ils peuvent être amenés à échanger avec une personne qu'ils ne connaissent pas dans une situation urgente, par exemple s'ils sont perdus dans un centre commercial.

Des ressources en ligne

Fort de 30 ans d'expérience, Enfant-Retour Québec a développé des outils en ligne pour aider les parents à s'informer.

Une application gratuite appelée Enfant-Alerte a aussi été créée il y a trois ans. Elle permet aux parents de transporter dans leurs téléphones intelligents un carnet d'identification de leurs enfants, avec une photo.

En cas d'urgence, l'application offre la possibilité de transférer le profil complet de l'enfant aux autorités.

« C'est une application qui est vraiment facile à télécharger et ça ne prend que quelques secondes pour remplir les champs à compléter et de sauvegarder sur votre téléphone », indique Pina Arcamone.

En mai 2015, Enfant-Retour Québec a fêté sa 30e année d'existence au Québec. Aujourd'hui, cet organisme est une référence pour les familles, les policiers, les éducateurs et les médias en matière de recherche d'enfants disparus, de prévention des disparitions et de l'exploitation.

Source : Enfant-Retour Québec

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
10 trucs pour des enfants plus obéissants
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction