NOUVELLES

L'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault condamnée à 18 mois de prison (VIDÉO)

30/09/2015 05:26 EDT | Actualisé 30/09/2015 07:38 EDT

QUÉBEC _ L'ancienne lieutenante-gouverneure Lise Thibault a pris la direction de la prison mercredi, les menottes aux poings, une première au Canada pour un ancien représentant de Sa Majesté. Mais son séjour pourrait être de courte durée: son avocat fait appel de la décision.

Le juge Carol St-Cyr, de la Cour du Québec, a condamné Lise Thibault à 18 mois d'incarcération pour fraude et abus de confiance. Elle devra aussi rembourser 200 000 $ au gouvernement fédéral et 100 000 $ au gouvernement du Québec.

Lise Thibault est restée impassible à la lecture de la peine. Elle est ressortie de la salle d'audience du palais de justice de Québec les menottes aux poings, mais semblait sereine.

Cependant, son avocat, Marc Labelle, s'est rendu immédiatement au greffe de la Cour d'appel par la suite. Il veut en appeler de la décision et demande la libération avec cautionnement de sa cliente durant les procédures.

"On pense que le juge a accordé trop de poids à l'aspect exemplarité de la peine, par rapport à l'aspect de l'individualisation de la peine, a résumé Me Labelle dans un point de presse peu après. (...) Il s'agit d'une décision révisable, cela aurait dû être une peine individualisée."

Dans sa décision, le juge Carol St-Cyr a évoqué la "culture de la tromperie" que Lise Thibault avait entretenue, ainsi que ses remords mitigés. Il a justifié sa décision de l'incarcérer plutôt que de lui imposer une peine dans la collectivité.

"Il est important que le public sache qu'il s'agit d'une conduite hautement répréhensible, a-t-il déclaré. (...) L'emprisonnement dans la collectivité ne satisferait pas les objectifs pénologiques, pour préserver la confiance des citoyens à l'égard des institutions publiques."

Cette peine, rendue au palais de justice de Québec, ne met donc pas fin à six ans d'une saga judiciaire aux rebondissements multiples.

Lise Thibault a marqué la mémoire collective pour ses frasques à titre de représentante de la reine au Québec, de 1997 à 2007.

Des rapports de vérificateurs fédéral et provincial avaient révélé qu'elle avait réclamé plus de 700 000 $ de dépenses injustifiées durant son règne.

Lise Thibault avait notamment demandé des remboursements pour de nombreuses fêtes de famille, ainsi que pour des frais liés à sa fondation.

Des accusations de fraude et d'abus de confiance avaient été déposées contre elle et la poursuite avait évalué à 430 000 $ l'ampleur de la fraude.

En décembre dernier, l'ex-lieutenante-gouverneure a finalement plaidé coupable à une accusation de fraude et une autre d'abus de confiance.

Le procureur de la Couronne, Marcel Guimont, réclamait une peine de détention de quatre années, en plus du remboursement de la somme dépensée de façon frauduleuse. L'avocat de la défense, Marc Labelle, avait plutôt plaidé pour une peine de 12 mois à purger dans la collectivité.

Durant son mandat, l'ex-lieutenante-gouverneure a fait des réclamations pour des voyages, des repas entre amis, des cours de ski, de golf, et le transport, du Québec jusqu'en Floride, de voiturettes de golf spécialement adaptées.

Lise Thibault avait déjà évoqué sa condition de femme handicapée pour justifier les frais reliés à ses déplacements, ses activités et sa sécurité.

L'ancienne représentante de la reine au Québec a multiplié les recours devant les tribunaux pour éviter d'être traduite en justice. En 2012, elle a été déboutée en Cour d'appel du Québec sur la question de l'immunité royale. Par la suite, en mai 2013, la Cour suprême du Canada a refusé d'entendre sa cause à ce sujet.

Plaidoyer de culpabilité (décembre 2014):


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter