DIVERTISSEMENT

Laurent Paquin: 20 ans de carrière, ça se fête! (PHOTOS/VIDÉO)

15/09/2015 10:53 EDT | Actualisé 16/09/2015 12:06 EDT

Petit mot de remerciement pour vous, après 20 ans d'humour!

Posted by Laurent Paquin - La page officielle on 15 septembre 2015

Tous les amis de Laurent Paquin étaient réunis à l’Auberge Saint-Gabriel, dans le Vieux-Montréal, en fin d’après-midi, mardi. En se rendant sur les lieux, Laurent, lui, s’imaginait que sa soirée serait consacrée à un spectacle corporatif au profit d’un concessionnaire automobile. Les larmes aux yeux, l’air ébahi, il a plutôt écouté son entourage lui entonner en chœur «Mon cher Laurent, c’est à ton tour…» dès que la porte s’est ouverte. L’émotion dans l’air était vive. La fête pouvait commencer.

Hommage à Laurent Paquin pour ses 20 ans de carrière


Le jubilaire, qui fêtera de surcroît ses 44 ans la semaine prochaine, a traversé la haie d’honneur que formaient ses proches, parmi lesquels se trouvaient plusieurs camarades humoristes, dont Mike Ward, Billy Tellier, Anaïs Favron, François Bellefeuille, Virginie Fortin, Ghislain Dufresne, Salomé Corbo, Patrick Groulx, Sylvain Larocque, la directrice de l’École nationale de l’humour (ENH), Louise Richer, et l’idole de Laurent, Yvon Deschamps, accompagné de son épouse, Judi Richards.

Après avoir multiplié les accolades, un touchant sourire aux lèvres, Laurent Paquin a eu droit aux discours de deux personnes très importantes dans son parcours professionnel : Guy Lévesque, son gérant, et Lucie Rozon, la productrice de ses spectacles.

«La première étape est réussie, on a fait pleurer Laurent!», a fièrement lancé Guy Lévesque en prenant la parole… avant de, lui-même, s’étrangler dans ses sanglots quelques secondes plus tard en évoquant leurs débuts, à Laurent et lui.

Les convives ont ensuite regardé avec amusement une vidéo survolant les deux décennies de métier de Laurent. Certaines images dataient de loin et remontaient jusqu’à ses années de cégep; quelques-unes montraient même un Laurent Paquin chevelu et frisé! Le montage rythmé et joyeux rappelait plusieurs moments cruciaux du cheminement artistique de celui qu’on honorait, qui a terminé sa formation à l’ENH en 1995, a derrière lui trois spectacles solos à son nom, pour lesquels il a écoulé plus de 350 000 billets, a été comédien à la télévision et animateur à la radio, et a même lancé un album de chansons et tenu un premier rôle dans la comédie musicale Chicago.

«On dirait que je suis mort», a murmuré en riant Laurent aux gens qui se tenaient près de lui, après la projection.

Quelques personnalités sont passées au micro pour taquiner leur pote Laurent dans un bien-cuit fort sympathique. Billy Tellier a revisité la fameuse chanson La vie expliquée aux enfants, que Laurent a adaptée à quelques reprises sur scène, en la rebaptisant 20 ans de carrière expliqués à Laurent. Anaïs Favron a été baveuse à souhait et Sylvain Larocque s’est permis quelques gags corsés. Les enfants de Laurent, Albert et Lisa, avaient aussi enregistré une comique vidéo avec leur maman, Danielle Labranche, pour saluer leur papa.

Encore un kid

Laurent Paquin n’a pas eu beaucoup le temps de reprendre ses esprits lorsqu’on l’a escorté dans la salle de l’Auberge Saint-Gabriel, où se tenait le rassemblement. Il a quand même été capable de faire le point avec les journalistes, quelques minutes après avoir été surpris.

«Au départ, j’ai vu une masse de monde, puis, à ma droite, j’ai vu mon idole de tous les temps, Yvon Deschamps. Ça m’a donné un choc», a avoué Laurent.

«Ensuite, j’ai vu ma sœur, mon frère, ma blonde, des amis, des collègues… Je pense que ça paraissait dans ma face que c’était un choc! (rires) Je suis vraiment content. C’est une belle surprise.»

Difficile, pour Laurent Paquin, de tracer un bilan de ces 20 années d’humour. Car, comme il le clamait lui-même en titre de son deuxième one man show, tout est relatif, même le temps.

« 20 ans de carrière, ç’a tellement l’air long quand on le dit comme ça, mais quand on l’a fait, on se dit : «Mon Dieu que ç’a passé vite!». J’ai animé mon premier gala Juste pour rire il y a 12 ans, mais j’ai l’impression que c’était hier. J’ai l’impression d’être encore un kid qui a tout à prouver. J’apprends encore, j’ai l’impression que je m’améliore encore. On dirait que je suis sorti de l’École de l’humour avec Mike Ward il y a 20 ans, et que ça ne fait vraiment pas longtemps. On est encore amis, on a parti un business ensemble, avec le Bordel… J’ai le sentiment que 20 ans, on ne voit pas ça passer!»

De quoi le doyen des galas Juste pour rire est-il le plus fier lorsqu’il contemple son curriculum vitae?

«D’être encore là, a-t-il répondu spontanément. Je ne me sens pas encore has been. J’ai l’impression que j’ai encore ma place, que je suis toujours un humoriste qui a des choses à dire. C’est la constance. J’ai toujours été là, depuis 20 ans, je le suis toujours… et je vous annonce que je vais l’être encore, au moins pour un autre 20 ans, j’espère! Je me le souhaite!»

Laurent Paquin reprendra sa tournée L’Ereure est humaine ce week-end, et ce, jusqu’en décembre. Il s’arrêtera à Montréal, le 1er décembre, et à Québec, le 26 septembre et le 2 décembre.

Leurs bons mots pour Laurent Paquin

Yvon Deschamps

«J’entretiens avec Laurent un rapport de maître à élève. Il m’a tout enseigné, et heureusement qu’il était là. Je n’aurais pas fait la carrière que j’ai faite s’il n’avait pas été là! (rires)»

«Je pense que la plus grande qualité d’un comique, c’est d’être drôle, et Laurent l’est. Il est sympathique, ça n’a aucun bon sens, et ce qu’il écrit est intelligent. Ça fait beaucoup de qualités chez un même gars! Ce n’est pas étonnant que ça marche depuis 20 ans, et ça va marcher encore très, très longtemps!»

Patrick Groulx

«Laurent est très important pour moi. Ça fait 20 ans qu’il fait ce métier-là, et ça fait 20 ans que je le connais. À l’époque, j’étais dans un groupe qui s’appelait Les 4-Alogues. Et on avait déjà donné des spectacles dans le Vieux-Montréal, dans le cadre d’un événement qui s’appelait le Off-Festival. On avait donné des shows à l’extérieur, et c’est comme ça que j’ai rencontré Laurent. Un peu plus tard, on est allés au Vietnam ensemble, parce qu’on a fait l’émission CNM – Canal des nouvelles modifiées, avec Mike Ward, Martin Petit, Dominic Paquet et Louis-José Houde. On travaillait alors ensemble au quotidien. C’est quelqu’un que j’admire beaucoup, comme humoriste et comme animateur. Il est capable de porter plusieurs chapeaux. C’est aussi un bon acteur.»

«Laurent est un artiste complet. C’est un gars qui a fait de l’improvisation. Il fait de la musique, il a une bonne oreille musicale. Il a fait toutes sortes d’affaires. Il est capable de bien animer, en plus d’être un super humoriste. Je trouve qu’il a une belle carrière, c’est complet, ce qu’il fait. On le voit souvent, mais pas trop. Je suis très fier de lui. Je lui souhaite de continuer comme ça, et d’être heureux.»

Sylvain Larocque

«Laurent et moi, ça fait à peu près 10 ans qu’on écrit tout ce qu’on fait ensemble. Les galas qu’il a animés, nos deux derniers one man shows respectifs, etc. Et on se connaît depuis beaucoup plus longtemps que ça, c’est mon ami de longue date. C’est comme un frère de création».

«Laurent est un gars équilibré. Il est sérieux, à son affaire et, en même temps, il a une grande créativité. Souvent, les artistes vont d’un côté ou de l’autre. Laurent est l’un des êtres les plus équilibrés que je connais dans ce monde-là, tant au niveau de son organisation que de son assiduité et son freestyle créatif. Je lui souhaite 20 autres années aussi bien remplies.»

François Bellefeuille

«J’ai fait tous les galas Juste pour rire de Laurent depuis 2010. C’est lui qui a mis de la pression sur Juste pour rire pour m’avoir dans son gala, la première année, en 2010, avec mon numéro du faucon. Il l’avait vu à En route vers mon premier gala et il avait tripé dessus. À partir de ce moment, chaque année il voulait m’avoir dans son gala. Ça m’a aidé. Je me sentais en confiance.

Avec les années, on a appris à se connaître, et on s’est beaucoup rapprochés avec l’ouverture du Bordel, qu’on a lancé avec d’autres humoristes. On se voit tout le temps, maintenant. C’est un passionné d’humour, on s’entend bien. Je suis très fier de lui. 20 ans de carrière, ce n’est pas rien!»

«Laurent est pertinent, talentueux, surprenant. Il est toujours dans son temps. Il vieillit bien, je trouve. Il est loin d’être dépassé. C’est un passionné, et je pense que c’est la clé pour rester pertinent. Si on a la passion, c’est qu’on veut absolument faire quelque chose de bien, et Laurent l’a. Il est travaillant. Mais ce serait lui qui pourrait me dévoiler le secret pour avoir une carrière qui dure 20 ans ; moi, je ne le sais pas encore…(rires) Je lui souhaite encore 20 autres années dans la santé et la joie. Et de ne jamais perdre cette passion-là, et d’avoir le courage de se lancer des défis qui peuvent faire peur, de sortir de son sentier habituel pour se dégourdir un petit peu. Je te regarde aller, Laurent! Si tu sors du sentier, et que ça va bien, je ferai la même chose dans 20 ans! (rires)»

Virginie Fortin

«Moi j’ai commencé en faisant d’abord de l’improvisation avec lui, à la LNI. Ensuite, j’ai eu la chance de travailler avec le même gérant que lui. Et Laurent, comme un grand frère, m’a invité à faire ses premières parties, en tout début de carrière. Ma relation avec Laurent, c’est que je n’avais pas le choix d’être ici ce soir, il a été trop sweet avec moi…(rires)»

«Laurent est un gars généreux. Il fait partie des gens qui ont pris la main de la relève pour les emmener voir ce qu’est le vrai monde. C’est comme un gentil edgy. Je sais que Laurent aime jouer le bon gars, mais… Il a des petites choses vilaines à dire, et j’aime les découvrir (rires). Laurent est comme un grand frère pour moi. Je pourrais dire un père, mais il serait insulté (rires). Je lui souhaite 20 autres années… et de faire mes premières parties, dans 15 ans! (rires)»

Billy Tellier

«Laurent animait le premier gala Juste pour rire que j’ai fait, en 2004. C’a été notre premier contact. Ensuite, j’ai signé avec le même gérant que Laurent Paquin et, par la suite, ma carrière a été beaucoup liée à Laurent. On a plein de choses en commun.

J’ai écrit sur son spectacle Tout est relatif, ça m’a donné un Olivier. Laurent a toujours été là pour moi quand j’avais des questions sur le métier, des inquiétudes. C’est comme un grand frère, en humour.»

«C’est un gars qui chante, qui joue, qui fait de l’humour, qui est engagé, mais aussi capable de faire des jokes de bizoune (rires). Ce serait facile de lui souhaiter un autre 20 ans, mais je préfère lui souhaiter encore 40 ans!»

Mike Ward

«J’ai fait l’École nationale de l’humour avec Laurent. Je le connais depuis 21 ans, presque depuis plus longtemps que tous ceux qui sont là ce soir.»

«C’est un artiste complet. C’est vraiment un gars capable de chanter, danser, jouer. Il écrit bien. Il a une belle carrière! Je lui souhaite… Laurent, il y a quelques années, il n’avait pas l’air en santé. Mais maintenant, il se prend en main, et il est davantage en santé. Je lui souhaite au minimum un autre 40 ans comme ça.»



Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Gagnants - Gala des Olivier 2015