DIVERTISSEMENT

Agatha Christie célèbre ses 125 ans à Pointe-à-Callière

16/09/2015 04:28 EDT | Actualisé 16/09/2015 04:29 EDT
Courtoisie

Il y a des hommages qui ne se manquent pas. Celui d’Agatha Christie en fait partie. À l’occasion du 125e anniversaire de naissance de la célèbre romancière britannique, Pointe-à-Callière lui consacrera une exposition en décembre prochain avec en prime la présence à Montréal de Mathew Prichard, le petit fils de l’écrivaine.

Un musée d’archéologie qui s’intéresse à une auteure, aussi célèbre soit-elle, cela demande tout de même une explication. «L’archéologie a été une grande passion pour Agatha Christie», a expliqué en entrevue Francine Lelièvre, directrice générale de Pointe-à-Callière et grande lectrice des œuvres de la «reine du crime».

En effet, quand elle se marie en 1930 avec Max Mallowan, archéologue de métier, Agatha Christie ne se contente pas d’accompagner son second époux dans ses missions au Moyen-Orient, elle s’investit dans de véritables fouilles qu’elle racontera en détail dans son autobiographie Dis-moi comment tu vis.

«Pendant trente ans, en plus de raconter les enquêtes de Hercule Poirot et de Miss Marple, elle aura participé activement à la découverte de plusieurs trésors de l’humanité qui sont aujourd’hui conservés dans les grands musées de la planète, a raconté Mme Lelièvre. C’est un côté méconnu de sa vie que l’on veut faire connaître au public.»

Et puis inutile de rappeler que l’Orient a été une source d'inspiration pour un grand nombre de ses romans comme Le Crime de l'Orient-Express, Rendez-vous à Bagdad, Mort sur le Nil ou Meurtre en Mésopotamie. Justement, la Mésopotamie sera le thème de l’exposition intitulée «Sur les traces d'Agatha Christie».

«On aura la chance inouïe de se faire raconter l’histoire du berceau de la civilisation par quelqu’un qui l’a vécu, a ajouté la directrice générale. On va aussi reconstituer le décor d’un wagon de L’Orient-Express afin d’ajouter une ambiance littéraire et historique à l’ensemble.

Dans le quotidien d’Agatha Christie

Pour mettre en place cette exposition d’envergure qui se déroulera du 8 décembre 2015 au 17 avril 2016, le musée a fait appel à plusieurs grandes institutions dont le British Museum de Londres, le Metropolitan Museum of Art de New York et Musée royal de l’Ontario de Toronto qui prêteront des artéfacts. En ce qui concerne les objets ayant appartenu à la femme de lettres, des pièces uniques seront cédées par Christie Archive Trust et Le National Trust.

«Il y aura entre autres des manuscrits originaux, des enregistrements audio inédits, des carnets de notes, des robes, sa chaise et sans oublier sa machine à écrire Remington 1937», a annoncé Mme Lelièvre.

D’ailleurs, les médias étaient conviés mardi à un tout petit aperçu de l’expo en la présence de l’Anglais Joseph Keogh, archiviste des collections au Christie Archive Trust, venu accompagner quelques effets personnels ayant appartenue à la romancière.

Dans une vitrine étaient également déposés les manuscrits originaux des livres Poirot quitte la scène et La fête du Potiron, ainsi que des documents photographiques et pochettes du film Le Crime de l’Orient-Express réalisé en 1974 par Sidney Lumet.

Divisée en huit zones, l'expo reviendra sur le parcours d’Agatha Christie née le 15 septembre 1890. De son enfance à l’âge adulte, on reviendra sur les grands moments d’une existence qui aura traversé les deux conflits majeurs du XXe siècle. Il sera aussi fait mention de son passage à Montréal lors d’une escale de quelques jours d’où elle écrivit une lettre à mère.

Le petit-fils d'Agatha Christie, le producteur Mathew Prichard, et le neveu de son mari, John Mallowan, seront présents le jour de l'inauguration de l'expo, le 8 décembre.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

10 livres de tous horizons à lire sans hésiter