DIVERTISSEMENT

«Les vies possibles» de Chloé Lacasse: Rêver l'ailleurs au Monument National (VIDÉO)

10/09/2015 04:51 EDT | Actualisé 10/09/2015 04:54 EDT

Partir au loin. Où? Aucune idée. Pourquoi? Pourquoi pas. Cette question, cette possibilité, cette envie du départ, plus courageuse que la fuite mais pas bien plus sérieuse que la rêverie, elle hante la musique de Chloé Lacasse. Le 9 et 10 septembre, c'est sur ce thème que l'auteure-compositrice-interprète a décidé de baser son spectacle Les vies possibles au Monument National.

Une scène, ou plutôt une forêt jonchée de lumières douces, d'une longue table/piano, d'instruments de musique, de chaises... et de feuilles, beaucoup de feuilles. Le paquet a été mis côté décor dans le cadre de ce spectacle bien spécial. L'idée? Présenter les pièces de ses albums Chloé Lacasse et LUNES dans un tout nouvel univers: celui de l'artiste, marqué de touches théâtrales et visuelles.

«Bienvenue dans mon feuillage!» a lancé l'auteure-compositrice-interprète, charmante. Accompagnée par Vincent Carré à la batterie, Marc-André Landry à la basse, Geneviève Toupin au piano, accordéon, guitare et voix et Karine Pion aux percussions, vibe, guitare et voix, Lacasse chante, danse, joue aussi.

Dans une habile mise en scène de Benoit Landry et une jolie scénographie de Raymond Marius Boucher, les musiciens nous font voyager, c'est le cas de le dire. Pas un instant, on a l'impression d'être assis au Monument National. C'est plutôt dans une belle cour, un non-lieu qui amène à la relaxation sur fond de criquets, qu'on nous invite.

À travers son répertoire (Hello Beauty, Renverser la vapeur, Douce incertitude, Tout va bien, Sans réponse, À pas lents, etc), l'artiste montre l'étendue de son talent. Quelle voix! Et quelle présence aussi. Si la description du spectacle nous a fait espérer plus de jeu ou de surprises de la part de Lacasse, elle n'a toutefois pas rendu justice à la belle atmosphère dans laquelle le public est plongé, la complicité sans faille des musiciens sur scène et cette folle envie d'évasion qui teinte tout le spectacle.

C'est avec Furnace Creek, «un de ces endroits où j'aurais pu vivre» que Chloé Lacasse a sonné la fin. Déjà? Malheureusement oui. Mais le voyage n'est pas fini: rendez-vous au studio Hydro-Québec Monument National le 10 septembre à 20h pour une deuxième prise.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Quand 6 talents québécois lancent des albums à la rentrée