NOUVELLES

Tapis rouge : «Paul à Québec»... à Outremont (VIDÉO)

08/09/2015 10:24 EDT | Actualisé 09/09/2015 08:59 EDT

Ce n’est pas dans la Vieille-Capitale, mais à Montréal, au Théâtre Outremont, dans l’arrondissement du même nom, que se tenait la grande première du film Paul à Québec, mardi. Toute la distribution de l’œuvre adaptée de la bande dessinée Paul à Québec, de Michel Rabagliati, était réunie sur le tapis rouge et se faisait l’accolade, sous l’œil bienveillant du réalisateur François Bouvier, qui a aussi pondu le scénario du long-métrage avec Michel Rabagliati lui-même, aussi présent en ce soir important.

François Létourneau incarne le rôle-titre de Paul au cinéma. Autour de lui gravite une costaude distribution composée de Gilbert Sicotte, Julie LeBreton, Brigitte Lafleur, Myriam LeBlanc, Patrice Robitaille, Mathieu Quesnel et la petite Shanti Corbeil-Gauvreau.

Paul à Québec est l’histoire de la famille Beaulieu, qui se déroule en 1999. Paul et sa copine, Julie (Julie LeBreton), accompagnés de leur petite fille, se rendent chaque début d’été à Québec visiter les parents de cette dernière. Cette année-là, le séjour prendra un sens bien particulier, puisque Roland (Gilbert Sicotte), le patriarche du clan, un homme fier et digne, est atteint d’une grave maladie et devra être admis dans un centre de soins palliatifs. Les siens le supporteront dans l’épreuve et, au fil de celle-ci, Paul se découvrira une passion pour le dessin.

Paul à Québec est le sixième ouvrage de la série de bandes dessinées Paul, de Michel Rabagliati, qui en compte 10 au total. Plusieurs titres de la collection ont été traduits en anglais, en espagnol, en néerlandais, en allemand, en croate et en italien.

Nathalie Brigitte Bustos et Karine Vanasse, de la boîte Productrices Associées, et André Rouleau et Valérie d’Auteuil, de Caramel Films, tous coproducteurs de l’opus, ont investi moult efforts pour que leur Paul puisse voir le jour au grand écran. Il y a déjà cinq ans que le projet est en chantier et plusieurs délais ont ralenti le processus.

«Faire un film, c’est un accouchement. Celui-là, c’a été une césarienne qui a été extrêmement longue, et en douleur!», rigole André Rouleau.

«Il y a eu des hauts et des bas, mais toute l’équipe, depuis les premiers instants, a gardé le focus, enchaîne Nathalie Brigitte Bustos. On savait que ça ferait un bon film. On s’est battus fort pour obtenir notre financement, parce que c’est un film plein de cœur.»

Portrait des Québécois

Justement, ce sont les émotions générées par Paul et son univers, leurs petites joies et leurs grandes peines, et vice-versa, qui toucheront les cinéphiles, croient les artisans de Paul à Québec.

«Paul, c’est la vie, illustre Nathalie Brigitte Bustos. C’est la vie qui nous envoie des balles courbes de temps en temps, et nos réactions à travers ça.»

«Beaucoup de gens vont se reconnaître en Paul. C’est quelqu’un qui est en construction, il est observateur, il est très respectueux. Il nous prend la main pendant tout le récit pour qu’on assiste au déclin du patriarche Beaulieu. Ce qui plait le plus dans la série Paul, c’est que c’est vrai», poursuit Nathalie Brigitte Bustos.

«C’est la vraie vie, et c’est nous, renchérit André Rouleau. C’est un portrait de tous les Québécois. Et c’est un thème international également. On va tous mourir un jour…»

«C’est fascinant de penser que les gens vont aller voir un film, et qu’ils vont se reconnaître dans les personnages, souligne pour sa part Karine Vanasse. Avec Paul à Québec, on voyait la richesse des liens entre les membres de la famille, et la possibilité d’emmener les spectateurs dans des zones, des émotions qu’ils n’auraient peut-être pas pu explorer autrement.»

Un «nouveau» François Létourneau

Aux dires de Nathalie Brigitte Bustos, le public, qui connaît surtout François Létourneau pour ses rôles d’irresponsables ou de grands naïfs, comme dans Les Invincibles ou Série noire, va apprivoiser une autre facette de sa personnalité en le regardant évoluer dans Paul à Québec.

«Il s’est imposé de lui-même quand on a créé le casting, explique celle qui est aussi directrice de la programmation de V et de MusiquePlus. Le personnage lui ressemble énormément, pas juste physiquement, mais en général, dans la vie. Les gens vont découvrir un jeu de François Létourneau qu’ils ne connaissent pas. En fait, tous les acteurs sont formidables, on est très chanceux d’avoir des comédiens de ce calibre-là.»

Pour les intéressés qui ne seraient pas encore familiers avec le monde de Paul, le livre Paul à Québec vient d’être réédité avec une toute nouvelle page couverture. Caramel Films et Productrices Associées aimeraient éventuellement transposer un autre bouquin de la série au cinéma, mais tout devra se faire avec l’assentiment et dans le respect de Michel Rabagliati.

«On espère que le film va encourager les gens à lire la bd, et que la bd va encourager les gens à aller voir le film, expose Nathalie Brigitte Bustos. Paul est un record dans les ventes, non seulement de bandes dessinées, mais de tous livres confondus, au Québec. C’est un phénomène unique!»

Paul à Québec prendra l’affiche partout en province le vendredi 18 septembre. Le film sera présenté le 17 septembre en ouverture du Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ).

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Si les films de Wes Anderson étaient des cartes postales
PLUS: