DIVERTISSEMENT

Le Festival de cinéma de la ville de Québec: 5 ans déjà!

07/09/2015 08:44 EDT | Actualisé 07/09/2015 08:47 EDT

Plusieurs représentants du Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ) étaient de passage à Montréal il y a quelques jours. Olivier Bilodeau, directeur de la programmation, était accompagné de François Létourneau, nouveau porte-parole de la manifestation cinématographique dont le coup d’envoi est prévu le 16 septembre prochain.

D’ailleurs, le jeune festival lancera sa 5e édition sur des chapeaux de roues avec en ouverture le très attendu Paul à Québec de François Bouvier. Adapté de la bande dessinée à succès signée Michel Rabagliati, le film ancré dans les rues de la Capitale nationale met justement en vedette François Létourneau dans le rôle principal. L’acteur et porte-parole se dit d’ailleurs très heureux de cet «alignement des étoiles».

«C’est la première fois que j’agis comme porte-parole dans ma carrière, a expliqué le comédien lors d’une rencontre qui s’est déroulée à la Cinémathèque. J’ai accepté l’invitation des organisateurs du FCVQ sans hésiter, car je crois que la ville de Québec mérite vraiment son festival de cinéma.»

Tout proche, Olivier Bilodeau acquiesce avec un large sourire, lui qui voulait l’acteur depuis un certain temps déjà. «On lui avait envoyé l’invitation plusieurs fois, mais on est assez content de voir que François a pu être disponible cette année. Et puis, il est originaire de Québec. On n’aurait pas pu espérer mieux!», a-t-il lancé.

Le nouveau porte-parole veut prendre son rôle à la hauteur. Bien entendu, pas question de rester à Montréal durant l’événement. L’homme, toujours affublé de ses lunettes rondes, veut s’impliquer et faire partager sa passion du cinéma avec le public de Québec. «Je veux rencontrer les gens et parler avec eux. Je vais animer des soirées thématiques et je serai là pour les remises des prix», a-t-il prévenu.

Un festival hétéroclite

À la demande des organisateurs, François Létourneau a même fait une liste de ses cinq films préférés. Deux d’entre eux seront projetés pendant l’événement. «Ce sera Manhattan de Woody Allen et Tootsie de Sidney Pollack», a-t-il annoncé fièrement.

L’acteur, inoubliable dans la série Les invincibles, trépigne d’impatience. Pour cet amoureux du 7e art, le FCVQ est un festival de grande qualité dans lequel se mêlent sans complexe cinéma d’auteur et cinéma populaire.

«Il possède un côté généraliste plutôt intéressant, a-t-il expliqué. On peut découvrir des primeurs, des classiques ou des titres populaires comme la série des Retour vers le futur qui sera présentée en plein air. Et bonus, tous ces films sont projetés au centre-ville.»

Depuis cinq ans, le directeur de la programmation continue de son côté d’enraciner le festival dans cette perspective où les découvertes et les valeurs sûres composent une programmation alléchante. À ce titre, on attend la venue de plusieurs productions phares telles Ville-Marie de Guy Édoin ou Guibord s’en va-t-en guerre de Philippe Falardeau.

«On veut offrir du cinéma de qualité. Le FCVQ, c’est aussi l’occasion de voir des films qui ne trouveraient pas nécessairement leur place en salles», a-t-il précisé.

Ainsi Olivier Bilodeau a construit un menu cinéphilique axé sur trois pôles. «On propose du cinéma grand public. Ensuite, il y a le cinéma national et patrimonial. Et pour finir, le cinéma indépendant sur lequel on porte une attention particulière puisque c’est là que le public pourra retrouver les œuvres de la relève.»

Le Festival de cinéma de la ville de Québec se déroulera du 16 au 27 septembre.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les migrants: 10 films pour briser les clichés