DIVERTISSEMENT

Les 20 bandes-annonces des films de la rentrée à ne pas manquer (VIDÉOS)

29/08/2015 10:07 EDT | Actualisé 29/08/2015 10:14 EDT

Certains des plus grands noms du cinéma se bousculeront cet automne. Citons entre autres les nouveaux opus de Steven Spielberg, de Robert Zemeckis ou de Wim Wenders. Pour l’occasion, Le Huffington Post Québec vous offre sa sélection des 20 films de la rentrée à ne surtout pas manquer.

LIRE AUSSI:

» Quoi voir au cinéma dès le 28 août 2015?

1 – LA VISITE

M. Night Shyamalan nous a tellement déçus qu’on peine à croire à son retour. Mais bon, donnons-lui peut-être une dernière chance avec sa nouvelle proposition dont le scénario de départ semble assez intéressant pour piquer notre curiosité. Deux enfants sont envoyés pour une semaine en Pennsylvanie, dans la ferme de leurs grands-parents. Mais lorsque l'un d'eux découvre qu'ils sont impliqués dans quelque chose d’étrange, leurs chances de retour s'amenuisent soudainement.

Dans nos salles le 11 septembre.

2 – SICARIO

Remarqué au dernier Festival de Cannes où il a été sélectionné en compétition officielle, le nouveau film de Denis Villeneuve est une incursion dans le monde cruel du cartel de la drogue à la frontière américano-mexicaine. Le film met à l’affiche Benicio del Toro, Josh Brodin et Emily Blunt. Cette dernière interprète une agente du FBI dont la mission est d’arrêter le baron de la mafia locale.

Dans nos salles le 15 septembre.

3 – PAUL À QUEBEC

Le bédéiste québécois Michel Rabagliati n’a jamais caché son désir de voir sa bande dessinée à teneur biographique, Paul à Québec, être un jour adaptée au cinéma. Et bien dès septembre, le public pourra découvrir la version au grand écran signé François Bouvier (Histoires d'hiver). Cette chronique familiale qui met en scène François Létourneau dans le rôle principal parle de la vie tout simplement.

Dans nos salles le 18 septembre.

4 – EVEREST

Le film de l’Islandais Baltasar Kormákur (101 Reykjavik) qui s’inspire d’une histoire vraie ouvrira le 2 septembre prochain la 72e Mostra de Venise. On y suit l’ascension de l’Everest par des alpinistes confrontés à une tempête d’une violence inouïe. Jake Gyllenhaal, Keira Knightley, Robin Wright et Josh Brolin composent la distribution.

Dans nos salles le 18 septembre.

5 – HÔTEL TRANSYLVANIE 2

Le mythique vampire est retour dans une toute nouvelle aventure drôle à souhait. Imaginez donc que Dracula est dorénavant grand-père. Il est d’ailleurs bien décidé à éduquer son petit garçon au monde de l’épouvante bien sûr, rien ne va se passer comme prévu pour notre buveur de sang et sa bande de monstres - Frankenstein, la Momie, l'Homme invisible, le Loup-garou, le Blob et compagnie.

Dans nos salles le 25 septembre.

6 – STONEWALL

Roland Emmerich nous avait habitués jusqu’ici à de grosses productions hollywoodiennes comme Independance Day. Virage à 180 degrés pour le réalisateur d’origine allemande puisque son nouveau film est une œuvre homo engagée revenant sur les émeutes violentes de Stonewall à Greenwich Village le 28 juin 1969.

Dans nos salles le 25 septembre.

7 – LA MARCHE (THE WALK)

En 1974, le funambule français Philippe Petit tente illégalement une traversée entre le sommet des deux anciennes tours du World Trade Center de New York. Un événement qui le rendra célèbre à travers le monde. Robert Zemeckis (Forest Gump, Retour vers le futur) retrace la vie dont cet homme dont les hauteurs ne l’auront jamais fait reculer. Filmé en 3D, parions que ce biopic ne manquera pas de donner le vertige au public.

Dans nos salles le 30 septembre.

8 – GUIBORD S’EN VA-T-EN GUERRE

Après un court détour dans l’univers parfois impitoyable d’Hollywood, Philippe Falardeau nous propose une comédie québécoise très critique sur les défauts de notre système politique. En effet, le député Guibord (Patrick Huard) se retrouve malgré lui à détenir au Parlement le vote décisif qui déterminera si le Canada doit partir en guerre.

Dans nos salles le 2 octobre.

9 – SEUL SUR MARS (THE MARTIAN)

L’arrivée d’un film de Ridley Scott est en soi toujours un événement. Le réalisateur de Blade Runner nous convie sur Mars où l'astronaute Mark Watney (Matt Damon) doit survivre seul pendant trois ans sur la planète rouge. Véritable saga cosmique, Seul sur mars rassemble Matt Damon et Jessica Chastain qui s’étaient déjà côtoyés pour le film Interstellar de Christopher Nolan.

Dans nos salles le 2 octobre.

10 – PAN

Le réalisateur Joe Wright (Anna Karenine) reste dans les films à costume avec Pan, œuvre à la Dickens où nous est racontée la jeunesse de Peter Pan. Inspiré du livre de J.M Barrie, le long-métrage est un nouveau voyage au cœur du Pays imaginaire avec un méconnaissable Hugh Jackman dans les habits du vilain Barbe noir.

Dans nos salles le 9 octobre.

11 - LE TOUT NOUVEAU TESTAMENT

De la Quinzaine des réalisateurs, Jaco Van Dormael (Le huitième jour) nous présente une comédie surréaliste portée par un Benoît Poelvoorde en pleine forme. L’acteur belge qui donne la réplique à Catherine Deneuve n’interprète nul autre que Dieu dont la description n’est pas très sympathique. En effet, Dieu est un Bruxellois égoïste qui passe ses journées à boire, battant sa femme à l’occasion. Pour se venger, sa fille divulgue sur Internet les dates de décès de tout le monde. Quel blasphème!

Dans nos salles le 9 octobre.

12 – VILLE-MARIE

Au cœur de Montréal, les destins d’une actrice européenne, de son fils d’une infirmière et d’un ambulancier entreront en collision d’une manière brutale. C’est à l’urgence de l’hôpital Ville-Marie que leurs vies seront irrémédiablement bouleversées. Pour son deuxième long-métrage, le réalisateur québécois Guy Édoin frappe fort en s’offrant les services de Monica Bellucci, l’icône du cinéma international.

Dans nos salles le 9 octobre.

13 – CHAIR DE POULE (GOOSEBUMPS)

À en croire la bande-annonce, les monstres les plus bizarres risquent bel et bien d’envahir les cinémas avec cette adaptation de la série de romans à succès «Chair de poule», créée par l’écrivain américain R.L. Stine. Réalisé par Rob Letterman (Gang de requins, Monstres contre Aliens), le film bourré d’effets spéciaux s’attarde sur Jack Black, un père de famille vivant seul avec sa fille. Le paternel doit pourchasser des créatures fantastiques qui sèment la pagaille depuis qu’elles ont réussi à s’échapper d’un livre magique.

Dans nos salles le 16 octobre.

14 – LE PONT DES ESPIONS (BRIDGE OF SPIES)

Sur un scénario des frères Coen, le Pont des espions est le nouvel opus de Steven Spielberg. En pleine guerre froide, un avocat américain est chargé de défendre Francis Gary Powers, un pilote de la CIA dont l'avion-espion a été abattu au-dessus de l'Union soviétique.

Dans nos salles le 16 octobre.

15 – EVERY THING WILL BE FINE

Depuis des années, il voulait tourner à Montréal. Le prochain film du grand cinéaste d’origine allemande d’après un scénario du Norvégien Bjørn Olaf Johannessen aura été l’opportunité de poser sa caméra dans la métropole et sa région. Un écrivain se retrouve confronté à des remords après avoir renversé un enfant avec son véhicule, avec James Franco, Charlotte Gainsbourg et l’actrice canadienne Rachel McAdams.

Dans nos salles le 23 octobre.

16 – 007 SPECTRE

Un message provenant du passé de James Bond envoie celui-ci sur la piste d'une terrible organisation clandestine. Sam Mendes reprend la barre de ce 24e chapitre dans lequel le fameux agent secret, toujours incarné par Daniel Craig, se débat comme un diable pour comprendre enfin ce qui se cache derrière le SPECTRE. Signalons une distribution quatre étoiles en la présence de Monica Bellucci, de Christoph Waltz et de Léa Seydoux.

Dans nos salles le 6 novembre.

17 - HUNGER GAMES: LA RÉVOLTE – DERNIÈRE PARTIE

Le président Snow veut en finir une fois pour toutes contre les districts en rébellion. Mais Katniss Everdeen (Jennifer Lawrence) ne l’entend pas de cette oreille. Volet ultime de la saga des Hunger Games, le second épisode de la révolte annonce la confrontation finale entre les élites de Panem et les peuples mis au banc du système. Le vainqueur de cette bataille? Le box-office évidemment qui s’attend à atteindre des records en matière de recettes.

Dans nos salles le 20 novembre.

18 – CAROL

C’est l’histoire d’un coup de foudre entre deux femmes. Ancré en plein cœur des années 1950, le long métrage de Todd Haynes est tiré du roman «The Price of Salt» de Claire Morgan, pseudonyme de l'écrivaine Patricia Highsmith. Le jeu plein de finesse et de vérité de Cate Blanchett et Rooney Mara en amoureuses lesbiennes leur a d’ailleurs valu le prix d'interprétation féminine lors du dernier Festival de Cannes.

Dans nos salles le 20 novembre.

19 - LE BON DINOSAURE (THE GOOD DINOSAUR)

Et si la catastrophe cataclysmique qui a bouleversé la Terre et provoqué l'extinction des dinosaures n'avait jamais eu lieu? Et si les dinosaures ne s'étaient jamais éteints, et vivaient parmi nous de nos jours? Autant de questions que les studios Pixar ont décidé de porter à l’écran avec Le bon dinosaure, un film d’animation coloré qui va sûrement faire parler de lui lors de sa sortie.

Dans nos salles le 25 novembre.

20 – LE PETIT PRINCE

Le conte éternel d’Antoine de Saint-Exupéry a droit à une énième version que l’on doit cette fois à Mark Osborne. Le réalisateur américain, derrière Kung Fu Panda, a décidé de mélanger plusieurs techniques d’animation afin de construire l’univers très particulier du Petit Prince. Entre époque moderne et récit dans le désert, la production à 80 millions de dollars s’avère un ravissement pour les yeux.

Dans nos salles au courant de l’automne.

LIRE AUSSI:

» Les titres québécois les plus attendus de la rentrée littéraire

VOUS PRÉVOYEZ ALLER AU CINÉMA CE WEEK-END? VOICI LES FILMS DE LA SEMAINE:

Films de la semaine - 28 août 2015

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Le Seigneur des Anneaux

    J.R.R. Tolkien a inventé plus de dix langues et autant d'alphabets pour échafauder l'univers du Seigneur des Anneaux. Il aurait été dommage de ne pas en profiter dans la trilogie de Peter Jackson adaptée de l'œuvre du professeur.



    Chaque peuple de la Terre du milieu possède donc sa propre langue, vous avez le choix entre le sindarin ou le quenya pour les Elfes, le khuzdul pour les Nains ou l’adûnaic pour les hommes de Númenor.
  • La Guerre du feu

    La Guerre du feu, réalisé par Jean-Jacques Annaud, et sorti en 1981, a beau être un film d'aventure préhistorique, il n'est pas dépourvu d'intérêt en matière de langage.



    Le Ulam, parlé par les trois tribus d'Homo sapiens suivies par le spectateur, a été inventé par le linguiste Anthony Burgess. Même si les dialogues ne sont pas intelligibles, ils ont pourtant été conçus de manière réfléchie.
  • Avatar

    James Cameron ne veut rien laisser au hasard. Pour sa saga de science-fiction, le réalisateur américain a demandé au linguiste Paul Frommer d'inviter un dialecte que les habitants de Pandora, les Na'vi, pourront utiliser pour casser du sucre sur le dos des humains.



    Frommer s'est reposé sur la grammaire de certaines langues polynésiennes mais a surtout pu compter sur le zèle de Cameron qui avait déjà écrit des mots et composé des chansons en langage Na'vi.
  • Blade Runner

    Quelle langue parle-t-on dans le Los Angeles de Blade Runner en 2019? Beaucoup d'anglais contemporain, certes, mais aussi un joli melting pot imaginé par l'acteur Edward James Olmos.



    Celui qui incarne Gaff mélange hongrois, allemand, français et quelques ingrédients inconnus pour s'exprimer dans une sorte de melting pot vaguement proche de l'Esperanto.
  • John Carter

    Disney a peut-être perdu beaucoup d'argent avec cette libre adaptation du roman de science-fiction Une princesse de Mars de l'auteur américain Edgar Rice Burroughs, paru en 1917, mais le cinéma s'est enrichi d'un nouveau langage.



    Le Barsoomian a été élaboré par... Paul Frommer qui a du prendre en compte le fait que les pronoms et les prépositions s'échangent de manière télépathique.
  • Jacky au Royaume des Filles

    En république populaire et démocratique de Bubunne, on parle français avec quelques nuances comme le confiait Riad Sattouf le réalisateur au HuffPost. "J'ai féminisé certains mots d'autorité. Un blasphème est devenu une 'blasphèmerie'."



    "Ce jeu sur le langage me permet de renvoyer une image miroir du monde réel", poursuit le cinéaste. "Dans l'autre sens, j'ai pris une culotte, qui est plutôt sexy quand on l'associe à une fille, pour la transformer en 'culottin', qui s'avère un peu ridicule quand il est porté par des hommes se trémoussant devant une glace."
  • Star Trek

    Le klingon est parlé par une espèce extraterrestre venant de la planète Kronos. Il apparaît notamment dans le sixième volet de la franchise Star Trek (Terre inconnue). Elle a été élaborée par Marc Okrand.



    Sa grammaire inspirée des langues amérindiennes et sa syntaxe agglutinante n'ont pas empêché les Trekkies de l'apprendre (grâce notamment à l'institut dédié fondé aux États-Unis qui dispense un enseignement reconnu).
  • Star Wars

    Tout le monde aurait besoin d'un bon droïde protocolaire pour être capable de décrypter le langage d'un Hutt. Dans le bestiaire de Star Wars, George Lucas offre à Jabba quelques mots de vocabulaire dans sa langue natale.



    Des répliques que le réalisateur n'a jamais offert aux pauvres Ewoks, peluches d'Endor pourtant portées sur la chanson. Enfin, seule une fréquentation assidue de Chewbacca permet à Han Solo de décrypter le wookie.

  • Le Jour où la Terre s'arrêta

    Dans ce classique pacifiste de la science-fiction réalisé par Rober Wise, Klaatu et le robot Gort débarquent à Washington en soucoupe afin d'avertir la population qu'elle courre à sa perte.

    Peu de dialogue en langue extraterrestre mais une phrase devenue culte: "Klaatu barada nikto" imaginée par le scénariste du film Edmund H. North et dont le sens précis reste sujet à interprétation.

  • Les Minions

    "Helopo" pour "au secours", "mina" pour le chat, le langage des Minions est un des atouts qui expliquent leur domination au box-office. Universal l'a exploité en sortant notamment une application mobile qui permet de les traduire.



    "La manière dont je procède techniquement, c’est que je m’enregistre au ralenti pour me remettre ensuite à vitesse réelle – qui semble du coup accélérée", explique Pierre Coffin dans Le Point. "Tout est dans la mélodie des sonorités: on comprend instinctivement."