DIVERTISSEMENT

«Le Mirage»: Ricardo Trogi et Louis Morissette révèlent nos travers (PHOTOS/VIDÉO)

31/07/2015 03:26 EDT | Actualisé 31/07/2015 03:28 EDT

Préparez-vous, car Le Mirage risque bien de vous secouer. Le nouveau film de Ricardo Trogi, dans nos salles dès mercredi prochain, ne passe pas par quatre chemins. En dévoilant les fausses apparences de nos existences dominées par la surconsommation, cette comédie dramatique est une véritable critique sociale sur nos vies bien rangées.

Le Mirage, c’est d’abord l’histoire d’un quarantenaire à la dérive. Pourtant, tout semble aller pour le meilleur des mondes dans la vie de Patrick, interprété par Louis Morissette qui signe également le scénario. Mais, on se rend vite compte qu’il existe quelque chose de pourri dans la vie de ce banlieusard.

«Le Mirage»: Ricardo Trogi et Louis Morissette révèlent nos travers


«Mon personnage est en pleine crise existentielle, explique Louis Morissette en entrevue. Coincé entre sa famille, ses amis et son travail, il réalise que sa vie n’est pas celle qu’il aurait voulu.»

Morissette ne sait pas exactement quand lui est venue l’idée d’un tel scénario. Mais, une chose semble certaine, des gens qui souffrent, il en a rencontré suffisamment pour voir qu’il y avait bel et bien un problème.

«Il existe un nombre incroyable de personnes qui ne sont pas heureuses, dit-il. Ils ont de gros salaires, une grosse maison, des voitures, mais au fond, ils ont mal à l’intérieur d’eux-mêmes. Ces gens ont le dos courbé par la résignation. Ils ont fait une famille trop tôt et exercent des emplois qu’ils détestent.»

L’acteur et scénariste insiste sur nos faiblesses afin d’éveiller les consciences. Dans le ton de la plaisanterie, des thèmes sérieux sont abordés. «Le quotidien est devenu si insupportable qu’on essaye de l’oublier en achetant du matériel, raconte-t-il. Ce ne sont que des illusions, car l’achat d’un tout inclus dans le Sud ou du dernier téléviseur à écran plat ne règle rien. Ce besoin de matériel ne comble que nos frustrations. On préfère oublier notre quotidien morne plutôt que de l’affronter.»

Si Louis Morissette a concocté le récit du Mirage en collaboration avec François Avard, c’est pour parler avant tout de ce «mal occidental» qui semble toucher un nombre important de la population.

«On a déjà présenté le film dans différents lieux au Québec, précise-t-il. Après la projection, les gens venaient nous voir pour dire qu’ils vivaient la même chose ou qu’ils connaissaient des proches dans la même situation. C’était assez attendrissant et triste à la fois de voir comment on peut réussi à toucher le public avec un film.»

Un divertissement qui fait réfléchir

Le Mirage qui met également à l’affiche Julie Perreault, Patrice Robitaille et Christine Beaulieu est d’abord une franche comédie boostée à l’humour noir. Et de l’espoir, il y en a aussi. Car pour Morissette, il est toujours possible de construire son propre bonheur.

«On peut toujours se prendre en main. À la fin, c’est nous qui sommes responsables de nos actes. Rien n’est noir ou blanc dans la vie. Ce n’est pas toujours facile de s’assujettir des pressions de la société, mais ce chemin vers notre propre liberté, personne ne le fera à notre place.»

Le film réalisé par Ricardo Trogi profite d’une signature authentique. «C’est un scénario très proche de ma réalité, ajoute le cinéaste. J’ai vécu les mêmes déboires que le personnage principal. J’ai surconsommé. Encore aujourd’hui, je ne pense pas être sorti d’affaire. Mais je réalise les pièges, ce qui est une bonne chose lorsqu’on veut changer ses habitudes de vie.»

Le réalisateur de 1987 ne voulait pas filmer un personnage antipathique. Selon lui, Le Mirage reste avant tout une œuvre humaine. «L’histoire me parle, parce qu’elle vient toucher au bon endroit. C’est une comédie dramatique intelligente qui aborde différentes problématiques. Cela va du sexe jusqu’aux expériences professionnelles.»

Et puis, Trogi aimerait bien que son long métrage fasse réfléchir le public sur l’idée du bonheur. «Je me suis posé beaucoup de questions en faisant le film. Est-ce que je suis au bon endroit dans ma vie ou est-ce que j’ai fait les bons choix? Aujourd’hui, je me considère comme un homme heureux, en tout cas bien plus que le personnage du film», conclut-il en riant.

Le Mirage – Les Films Séville – Comédie dramatique – 101 minutes – Sortie en salles le mercredi 5 août 2015 –Canada, Québec.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter