POLITIQUE

Des enseignants épuisés de porter «l'école à bout de bras»

03/06/2015 08:53 EDT
Radio-Canada

Des banderoles dénonçant la surcharge de travail des enseignants et des professionnels de l'éducation sont apparues ce matin devant l'Assemblée nationale à Québec.

Les manifestants avaient planté des affiches montrant des thermomètres pour symboliser la pression engendrée par l'augmentation des tâches pour les enseignants et le personnel de soutien qui tiennent «l'école à bout de bras».

Des négociations sont actuellement en cours avec le gouvernement Couillard pour le renouvellement des conventions collectives dans le milieu de l'éducation.

Les enseignants et le personnel de soutien dénoncent surtout le manque «criant» de services pour les élèves en difficultés.

«On a des psychologues, des orthophonistes qui font 8, 9 parfois 10 écoles. Les listes d'attente sont longues et les enfants n'ont pas les services dont ils ont besoin lorsqu'ils ont un handicap ou qu'ils sont en difficultés», affirme Johanne Pomerleau, présidente de la Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec.

Les compressions annoncées l'an prochain par le gouvernement Couillard n'augurent rien de bon, souligne Mme Pomerleau. Selon la Fédération, quelque 275 postes de professionnels seront abolis au Québec pour la prochaine année scolaire.

La précarité, la réduction des conditions de travail et l'augmentation des quotas d'élèves par classe engendreront éventuellement des problèmes de recrutement, souligne Johanne Pomerleau.

«Le personnel professionnel qui est déjà difficile à attirer dans le milieu de l'éducation, il sera encore plus difficile à attirer parce que la tâche est de plus en plus lourde et les conditions sont de moins en moins intéressantes», dit-elle.

Les affiches des enseignants ont rapidement été enlevées par les constables spéciaux de l'Assemblée nationale sur la colline Parlementaire.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter