POLITIQUE

Denis Coderre est-il en train de ralentir le prolongement de la ligne bleue?

03/06/2015 12:06 EDT | Actualisé 03/06/2015 12:23 EDT
iStock/ radio-Canada

Des sources sûres confirment qu'il y a dissension au sein de l'administration Coderre au sujet du prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal. Tant à Québec qu'à Montréal, certains craignent que le maire ne croit plus que le prolongement de la ligne bleue soit une priorité.

Un texte de François Cormier et Julie Dufresne

Petit retour dans le temps...

Lundi dernier, le ministre des Transports Robert Poëti annonçait qu'il était en faveur du prolongement sous-terrain de la ligne bleue du métro de Montréal. Il réitérait même à l'Agence métropolitaine de Transport qu'il attendait un dossier d'opportunités d'ici décembre 2015. Pendant ce temps, à Montréal, Denis Coderre remettait en question l'idée d'un prolongement sous-terrain et persistait à dire qu'il était en faveur d'un métro de surface (un tramway).

Selon les informations de Radio-Canada, certains membres de l'administration Coderre sont en désaccord avec le maire et très mal à l'aise avec la position qu'il a adoptée publiquement. La vice-présidente du comité exécutif, Anie Samson, serait l'une des plus grandes défenderesses du prolongement sous-terrain du métro. Le projet favoriserait sa communauté puisqu'elle est mairesse de l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Le conseiller municipal Richard Bergeron, lui, utiliserait toute l'influence dont il dispose pour pousser l'idée d'un tramway plutôt que d'un prolongement sous-terrain. En campagne électorale, en 2013, Richard Bergeron proposait un vaste réseau de tramways à Montréal. L'idée avait été rejetée par son adversaire, Denis Coderre. Près de deux ans plus tard, les deux travaillent ensemble et privilégient l'option du tramway.

Radio-Canada n'a pas été en mesure de parler à Anie Samson et Richard Bergeron.

Par ailleurs, nos sources confirment que l'administration Coderre avait été mise au courant du rapport de l'Agence métropolitaine de Transport sur le prolongement du métro. Certains membres du comité exécutif avaient même assisté à une présentation des experts de l'AMT pas plus tard que la semaine dernière, notamment le responsable des Transports, Aref Salem. Pourtant, lundi, le maire Coderre a reproché au président-directeur général, Nicolas Girard, de ne pas l'avoir appelé concernant cette étude.

À lire aussi :

Coderre critique l'AMT, qui privilégie le prolongement souterrain de la ligne bleue

Un métro aérien dans l'est de Montréal?

Pas de métro pour favoriser le train dans l'ouest de l'île?

Le maire Coderre est-il en train d'appliquer les freins sur le prolongement sous-terrain de la ligne bleue pour permettre au train de l'Ouest d'être mis en place?. « Je pense qu'un train en surface pourrait nous permettre d'en faire davantage tant pour les gens de l'Est que de l'Ouest » a-t-il déclaré ce matin lors de la séance du comité exécutif. « Nous voulons en faire davantage pour le milliard de dollars ».

« Nous ne voulons pas revivre ce qui s'est passé avec le train de l'Est et le métro de Laval. Notre rôle est d'être responsable au niveau des finances publiques », précise-t-il.

Mésentente Coderre-Poëti?

À ceux qui pourraient croire que cette déclaration du maire illustre une mésentente Coderre-Poëti, le ministre assure qu'il n'en est rien. « Absolument aucune mésentente entre moi et monsieur Coderre » a déclaré Robert Poëti à l'Assemblée nationale. Le ministre attend d'ailleurs le dossier d'opportunités de l'Agence métropolitaine de Transport avec d'engager son gouvernement dans le prolongement de la ligne bleue. « Est-ce que c'est le meilleur moyen? Est-ce qu'on peut trouver d'autres moyens? Est-ce qu'il y a des façons de voir pour donner un service plus rapide qu'on a actuellement? » ,poursuit-il.

Le ministre confirme que la volonté du maire Coderre sera prise en considération. « Ce qu'on va voir avec monsieur Coderre, c'est les attentes de monsieur Coderre et voir de quelle façon on peut réaliser les projets de la meilleure façon », mentionne-t-il.

Transport en commun vs stade de baseball?

Le chef de l'Opposition officielle à l'hôtel de ville, Luc Ferrandez, espère que Denis Coderre ne veut pas faire des économies en transport en commun pour mettre l'argent du gouvernement provincial sur d'autres projets. « S'il veut faire une économie sur le transport en commun pour construire un stade de baseball à 600 millions, c'est une autre chose », déclare Luc Ferrandez. « On veut un engagement précis que l'argent sera investi dans le transport en commun ».

Luc Ferrandez estime que le prolongement de la ligne bleue doit se faire en sous-terrain.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Denis Coderre pour les nuls