POLITIQUE

Décès de Jacques Parizeau: la lettre de Jean-Martin Aussant

02/06/2015 08:30 EDT | Actualisé 03/06/2015 05:21 EDT

L'ex-député péquiste et fondateur d'Option nationale, Jean-Martin Aussant, a toujours revendiqué l'influence de Jacques Parizeau pour expliquer son parcours politique.

Désormais établi à Londres, le leader souverainiste a publié cette lettre sur Facebook en apprenant le décès de son mentor politique.

Je n’oublierai pas de sitôt mon 45e anniversaire, le 1er juin 2015. Mes premières pensées vont bien sûr à toute sa famille. Je n’avais pas préparé de texte ou de réaction puisque je refusais de me dire qu’il partirait bientôt. Pour moi, il n’avait tout simplement pas le droit de mourir. Jacques Parizeau est l’homme qui m’a le plus inspiré et je suis infiniment reconnaissant envers la vie d’avoir pu le côtoyer, même si j’en aurais pris bien davantage. Plusieurs ont été séduits par son remarquable collègue Lévesque. Moi c’était le bourgeois à l’air sérieux, costume trois pièces, avec un regard déterminé qui m’a fasciné quand j’avais 10 ans, en 1980. Il guidera par la suite plusieurs de mes choix de vie. Il incarnait la confiance en soi et la capacité, voire le devoir, de gérer ses propres affaires. Certains pensent que le Canada demeure le meilleur ensemble pour ce faire. Lui pensait que le Québec était ce point d’attache naturel.

Pour mener à terme son projet, il fallait tout sauf des doutes et il était certainement le convaincu en chef. L’assurance de savoir où on veut aller et expliquer pourquoi. Quel que soit notre positionnement face à ce débat, il faut reconnaître objectivement qu’il aura au moins eu le courage et l’honnêteté de toujours être clair dans ses propos. Je dirais même que c’était du respect envers la population à laquelle il s’adressait. Comme cela devrait toujours être le cas en politique. Il possédait aussi une combinaison improbable en ce qu’il était un homme de chiffres qui a du cœur. Constamment à la recherche de l’intérêt collectif avec comme appui évident une formation quantitative. Ce qui lui permettait, comme il disait, de rencontrer dans la même journée un chef syndical et un président de banque et de pouvoir dialoguer efficacement dans les deux cas.

Si on voyage un peu partout dans le monde, on se rend compte que plusieurs grands monuments sont dédiés à des généraux et des présidents qu’un hasard de l’Histoire a impliqués dans de grandes guerres. Jacques Parizeau méritera son monument non pas pour avoir envoyé des hommes et des femmes à l’abattoir, mais bien pour avoir construit du beau. Pour avoir inscrit dans la modernité la société québécoise et avoir donné confiance en eux à des millions de gens. C’était un révolutionnaire dans le plus pur et le plus pacifique sens du terme. Et s’il était général, il était aussi le premier soldat à se présenter sur la ligne de front. Un vrai.

Ses origines lui auraient permis de profiter de la vie simple et confortable du 1% de père en fils. Il a plutôt orienté tout le travail de sa vie vers l’enseignement et l'édification des plus grandes institutions du Québec moderne, dont la liste est bien connue. Ses réalisations sont colossales. Qu’on soit OUI ou qu’on soit NON, ne l’oublions jamais collectivement. Et il l’a fait au plus grand bénéfice du 99%. De sa collectivité. De son monde comme il disait.

Alors lorsqu’un patriarche fondateur nous quitte, on a fondamentalement trois options. On peut fermer boutique, on peut reprendre la shop et continuer le travail, ou on peut laisser la suite être gérée par d’autres. Le débat qu’il a tant contribué à faire avancer n’est pas près de disparaître au Québec. Il y a du levain dans la pâte, comme il l’avait si bien imagé lors d’un de ses derniers grands discours. Reste à voir ce que la population du Québec voudra en faire.

Ce professeur d’université m’avait déjà confié qu’il regrettait de ne pas avoir été musicien. Moi qui suis musicien, je regrette de n’avoir pas été professeur d’université. Récemment, lors d’un souper avec lui et quelques amis de divers horizons, chaque personne s’est présentée à tour de rôle. Humblement et simplement, il s’est présenté comme étant "Jacques Parizeau, enseignant". La seule chose que j’ai pu dire lorsqu’est venu mon tour fut "Jean-Martin Aussant, enseigné".

Merci Monsieur.

INOLTRE SU HUFFPOST

Parizeau mort: les réactions sur Twitter