NOUVELLES

L'enquête préliminaire de l'ex-maire Michael Applebaum s'ouvre à Montréal (VIDÉO)

01/06/2015 11:02 EDT

L'enquête préliminaire de Michael Applebaum s'est ouverte lundi matin au palais de justice de Montréal. L'ex-maire de Montréal doit répondre à 14 chefs d'accusation de complot, d'abus de confiance, de fraude envers le gouvernement, d'actes de corruption dans les affaires municipales.

Les gestes qui lui sont reprochés sont survenus entre 2006 et 2011, alors qu'il était le maire de l'arrondissement Notre-Dame-de-Grâce/Côte-des-Neiges.

« Non seulement M. Applebaum maintient son plaidoyer de non-culpabilité, mais il va se défendre vigoureusement contre les accusations auxquelles il fait face et il insiste pour que l'affaire soit entendue aussitôt que possible », a déjà fait savoir son avocat Pierre Teasdale.

Michael Applebaum a été arrêté à son domicile le 17 juin 2013 par l'Unité permanente anticorruption dans le cadre de l'opération « Méandre ».

Il avait été désigné maire par intérim de Montréal sept mois plus tôt, en remplacement de Gérald Tremblay, qui avait remis sa démission après des révélations embarrassantes sur son administration à la commission Charbonneau.

Saulie Zajdel et Jean-Yves Bisson, respectivement ancien conseiller municipal et ancien haut fonctionnaire dans l'arrondissement Côte-des-Neiges - Notre-Dame-de-Grâce, avaient été arrêtés en même temps que lui. Ils ont tous les deux réglé leur dossier depuis.

M. Zajdel a plaidé coupable la semaine dernière à des accusations de corruption et d'abus de confiance. Il doit respecter une ordonnance de probation de 18 mois, période durant laquelle il devra effectuer 240 heures de travaux communautaires. Il devra aussi verser 10 000 $ à divers organismes.

M. Bisson a aussi reconnu sa culpabilité à un chef d'accusation de corruption. Il a écopé d'une peine de prison de neuf mois à purger dans la collectivité, assortie d'une période de probation de 18 mois.

L'enquête préliminaire de Michael Applebaum doit durer cinq jours. Cinq ou six témoins doivent être entendus, dont son ex-attaché politique, Hugo Tremblay. La preuve présentée est soumise à une ordonnance de non publication.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

L'arrestation d'Applebaum vue par la presse mondiale