BIEN-ÊTRE
31/05/2015 03:15 EDT | Actualisé 01/06/2015 05:18 EDT

La grappe industrielle de la mode montréalaise, Mmode, verra bientôt le jour (VIDÉO)

MONTRÉAL _ L'industrie de la mode montréalaise tente de regagner un peu de sa gloire perdue alors que des designers, des manufacturiers et d'autres acteurs du secteur ont choisi de se regrouper pour former une nouvelle grappe industrielle, baptisée "Mmode".

L'objectif de cette grappe industrielle - la neuvième à voir le jour à Montréal - est de réaffirmer la place de la métropole dans le monde.

La récente annonce de la création de Mmode survient sept ans après le début de consultations dans le milieu et la publication par 12 entrepreneurs d'un rapport appelant au regroupement des acteurs de l'industrie.

"La concurrence est devenue si forte qu'il n'est plus possible pour personne dans notre industrie de travailler seul, a fait valoir Philippe Dubuc jeudi dernier au lancement de Mmode. "Nous devons nous rassembler pour rendre notre industrie plus forte." Entre autres en parlant d'une même voix aux différentes instances gouvernementales et en sensibilisant le grand public aux bénéfices économiques de ce secteur.

À son apogée, dans les années 1970, l'industrie montréalaise du vêtement et du textile employait plus de 70 000 personnes et plusieurs grandes marques y étaient représentées. Depuis, la taille de l'industrie de la mode québécoise s'est réduite de plus de la moitié, mais elle compte toujours plus de 45 pour cent des emplois liés à celle-ci au Canada.

La région de Montréal, qui regroupe 70 pour cent des entreprises québécoise de ce secteur, se classe au troisième rang pour la fabrication de vêtements Amérique du Nord, derrière New York et Los Angeles.

Aldo, Gildan, Peerless et Logistik Unicorp sont parmi les grandes entreprises de mode québécoises, aux côtés de designers renommés tels Philippe Dubuc et Marie Saint Pierre et de vendeurs en ligne de plus en plus populaires dont Essence, Beyond the Rack et Frank & Oak.

Selon le co-fondateur du manufacturier de denim Second Clothing, Eric Wazana, Montréal doit s'efforcer d'être "la Silicon Valley de la mode".

D'ailleurs, le ministre québécois de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, a affirmé jeudi que la grappe Mmode allait permettre d'améliorer "la croissance et la compétitivité de cette industrie clé".

Au total, les gouvernements municipaux et provinciaux contribuent au démarrage de la grappe à hauteur de 200 000$.

Mmode devient la neuvième grappe industrielle montréalaise, aux côtés entre autres d'Aéro Montréal (aérospatiale), CargoM (logistique et transport de marchandises), Montréal Invivo (sciences de la vie et des technologies de la santé) et TechnoMontréal (technologies de l'information).

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Les 35 meilleurs conseils mode