POLITIQUE
31/05/2015 08:52 EDT | Actualisé 31/05/2015 08:53 EDT

Chaîne humaine contre les compressions en éducation à Laval

Radio-Canada

Une chaîne humaine, composée d'enfants, de parents, d'enseignants et d'éducateurs spécialisés, a entouré l'école Fleur Soleil à Laval pour manifester contre les compressions du gouvernement Couillard dans le milieu de l'éducation.

« Je ne suis pas certaine qu'aller couper en éducation ce soit la solution », a affirmé une enseignante lors de cet événement.

« L'éducation des enfants, c'est l'avenir du pays. »

— Un homme faisant partie de la chaîne humaine

Martin Archambault, professeur en éducation physique à l'école primaire Fleur Soleil depuis 25 ans, est l'instigateur de cette action symbolique.

« Si les parents se donnent tous la main avec les enseignants et tous ceux qui travaillent dans une école, j'espère que le message sera entendu haut et fort », a-t-il déclaré.

Les compressions imposées aux écoles publiques du Québec par le ministre de l'Éducation François Blais pourraient avoir de nombreuses répercussions, telles que l'abolition de postes d'éducateurs spécialisés, l'augmentation du nombre d'élèves par classe, la diminution des services individuels d'orthopédagogie ou l'abolition de certaines aides au devoir.

La Commission scolaire de Laval doit composer avec un déficit de 13,5 millions de dollars pour l'année 2015-2016. Si le ministre n'autorise pas ce déficit, les conséquences se feront sentir dès le 30 juin.

« On a un programme musical de haut niveau à la commission scolaire et on ne sera plus capable de le financer », a soutenu la présidente de la Commission scolaire de Laval, Louise Lortie.

« 500 employés n'auront plus d'emplois. »

— Louise Lortie, présidente de la Commission scolaire de Laval

Le ministre Blais a refusé de commenter le mouvement.

Plus d'une vingtaine d'écoles de la Commission scolaire de Montréal tiendront des actions similaires lundi.

À lire aussi :

D'après un reportage de Ève Couture

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

11 controverses du gouvernement Couillard