DIVERTISSEMENT

Un bronze en hommage à André Mathieu

31/05/2015 05:34 EDT | Actualisé 31/05/2015 05:38 EDT
Alexandre Ducasse

Un majestueux monument s’élève désormais à l’entrée de l’Appartement Hôtel, rue Sherbrooke Ouest. Un bronze en hommage au pianiste et compositeur québécois André Mathieu, du duo de sculpteurs White et White, a été dévoilé jeudi, après près de deux ans de labeur.

La statue représente le buste de celui qu’on surnommait «le Mozart québécois» à l’âge d’environ 20 ans. L’air nostalgique, mélancolique, la chevelure abondante et les lèvres pulpeuses, celui-ci semble régner sur un jardin d’instruments évoquant le Concerto de Québec, œuvre légendaire créée par André Mathieu à l’âge de 13 ans : piano, cor français, violoncelle, tuba, trompette, hautbois, trombone, alto, violon, basson, piccolo, clarinette, timbale et contrebasse. Rappelons qu’André Mathieu a imaginé ses premiers morceaux à l’âge de quatre ans et est décédé dans l’oubli, au jeune âge de 39 ans.

Pour compléter la métaphore du jardin, White et White ont intégré à leur structure des éléments ramenant aux compositions dans lesquelles Mathieu célébrait la nature, telles Les Vagues, Les Mouettes, Printemps canadien, Été canadien, Les Abeilles piquantes et La Libellule. Déploiement de bourgeons, coroles de fleurs, grands feuillages, mouettes, vagues et ruissèlement d’eau ornent ainsi le bronze d’André Mathieu.

«On a décidé de le représenter en illustrant à la fois le printemps de sa vie, lorsqu’il a composé le Concerto de Québec à l’âge de 13 ans, et ses années de jeune adulte, lorsque sa renommée était, malheureusement, déjà derrière lui, a spécifié Céline White. C’est comme s’il était déjà rendu à l’hiver de sa vie…»

C’est à la demande de Roger Fournelle, propriétaire de l’Appartement Hôtel, que Jean-Guy et Céline White, frère et sœur qui sculptent en tandem depuis plusieurs années et qui ont exposé partout au Québec et à Toronto, ont conçu cet imposant portrait d’André Mathieu. La première maquette d’argile a été façonnée à l’automne 2013, et le processus de fonderie a duré huit mois. Tous deux se sont dits non pas intimidés, mais plutôt intrigués, devant le défi qui se dressait devant eux, de fixer ainsi dans le temps le souvenir du mythe d’André Mathieu et de contribuer à sa reconnaissance publique.

«Ça nous l’a fait découvrir davantage, a expliqué Jean-Guy White. On s’est beaucoup inspirés du livre de Georges Nicholson (NDLR Biographie simplement intitulée André Mathieu, parue en 2010), qui contient des citations, des lettres qu’il avait écrites. Et le personnage a commencé à nous habiter. C’était un très, très grand personnage. On a regardé le film (NDLR L’enfant prodige, réalisé par Luc Dionne, aussi sorti en 2010) et on a beaucoup écouté sa musique…»

«On était vraiment boulimiques de tout ce qu’on pouvait trouver sur André Mathieu, a enchaîné Céline White. On cherchait à être stimulés, parce que lui était tellement stimulant. Rapidement, on a commencé à s’y attacher beaucoup. On avait tellement le désir de lui rendre hommage que, peu à peu, outre la reconnaissance envers l’artiste, on s’est mis à éprouver de l’amour pour lui. On avait le goût de se donner à fond à cette sculpture.»

Alain Lefèvre bouleversé

Le pianiste Alain Lefèvre est celui qui s’est lancé la mission de perpétuer l’œuvre d’André Mathieu, de la célébrer, de la faire connaître aux Québécois. Ça fait maintenant 34 ans qu’Alain Lefèvre s’implique sans relâche à redonner ses lettres de noblesse à ce pionnier de chez nous, qui, s’il a brillé et connu la gloire à Paris, à New York et dans moult autres villes d’Amérique du Nord et d’Europe, n’a jamais obtenu au Québec et au Canada la reconnaissance qu’il méritait. Lefèvre ne cache pas être fatigué et trouver cette lutte «épuisante», las du peu de soutien que lui accordent les institutions gouvernementales pour honorer la mémoire d’André Mathieu.

«Je suis rassuré, a déclaré le virtuose, qui a interprété un échantillon du Concerto de Québec lors du dévoilement du bronze, jeudi. Ça me rend heureux de voir qu’il y a encore des gens qui ont le courage d’investir de l’argent. J’ai toujours travaillé pour la cause Mathieu de façon bénévole, et là, j’ai besoin d’un coup de main. Je ne suis plus capable. Je trouve ça rassurant pour le futur.»

Selon lui, André Mathieu aurait été fort ébranlé de voir un tel honneur lui être octroyé. «Il a dû tellement souffrir… Sa vie a tellement dû être un cauchemar. Il serait ému aux larmes…»

Jean-Guy et Céline White ont eux aussi été très secoués lorsqu’ils ont reçu l’approbation d’Alain Lefèvre après lui avoir envoyé une photo de leur sculpture. Jean-Guy en a encore des trémolos dans la voix lorsqu’il relate la réaction enthousiaste d’Alain Lefèvre.

«On n’avait aucune attente. On lui a envoyé l’image vers la fin de la semaine et, déjà, le lundi, il nous avait laissé un long message. On était tellement émus, tous les deux! Ça nous a tellement touchés. On voyait l’impact de cette sculpture. On était renversés. Alain nous a dit qu’il était ému…»

«Alain est un être pour qui on a une reconnaissance infinie, a renchéri Céline White. On l’écoutait jouer André Mathieu en sculptant. On était en atelier, on sculptait André, on écoutait Alain qui interprétait André et, au fil du temps, on les confondait. Ça a duré des mois. De constater son engouement, c’était un moment extraordinaire.»

Bronze en hommage à André Mathieu

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter