POLITIQUE
23/05/2015 06:24 EDT | Actualisé 23/05/2015 06:24 EDT

Manifestation de Burundais à Ottawa

Radio-Canada

Une centaine de Canadiens d'origine burundaise ont manifesté sur la colline du Parlement, samedi.

Des résidents de Toronto et de Montréal ont fait le voyage pour participer à la manifestation.

Ils demandent au gouvernement fédéral d'intervenir pour aider les Burundais et faire cesser la violence.

« Il faut que le gouvernement fasse quelque chose pour soutenir les Burundais dans leur malheur. Le malheur est causé par une seule personne, le président », explique un représentant de la communauté burundaise de Montréal, Innocent Magera.

Après un mois de manifestations hostiles qui ont fait plus de 20 morts, les contestataires ont décidé d'observer une trêve dans le pays.

« On s'est dit que c'était impossible de rester assis à assister à ce genre de tuerie alors que le peuple a le droit d'aller dans la rue », explique Lyse-Pascale Inamico, une manifestante.

Des négociations sous l'égide de l'ONU ont commencé, mais les Canadiens originaires du Burundi craignent toujours des dérapages.

Le président fait face à un mouvement de contestation populaire dans son pays.

L'opposition lui reproche de vouloir briguer un troisième mandat en se portant candidat à l'élection du 26 juin, ce qu'elle juge contraire à la constitution. Plus de 20 personnes ont été tuées dans des affrontements entre protestataires et forces de l'ordre depuis le début des manifestations, fin avril.

« On ne devrait même pas l'appeler président, car il est candidat illégal. Le supposé candidat doit retirer sa candidature immédiatement », soutient M.Magera

Des putschistes ont même tenté de prendre le pouvoir pendant son absence la semaine dernière.

D'après les informations de Jean-Sébastien Marier

Violences au Burundi (mai 2015)

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter