POLITIQUE

La citation de la semaine: «Toi, mon tabarnac, je vais t'acheter. Combien tu coûtes?»

08/05/2015 04:00 EDT | Actualisé 08/05/2015 04:05 EDT

«Toi, mon tabarnac, je vais t'acheter. Combien tu coûtes?»

QUÉBEC- Le magazine Maclean's a créé la controverse dimanche dernier en rapportant une altercation entre Pierre Karl Péladeau et Pierre Céré.

Selon le magazine anglophone, PKP aurait piqué une colère après que celui-ci l'ait associé au célèbre magnat de la presse du film Citizen Kane. «Est-ce que "Citizen Péladeau" est en train de se payer un parti politique?», avait lancé Pierre Céré en marge du congrès du PQ en février dernier.

PKP l'aurait ensuite pris à partie le même jour dans une salle vide. «Toi, mon tabarnac, je vais t'acheter. Combien tu coûtes? Tu vas faire fuir plusieurs compagnies du Québec», lui aurait-il lancé, selon l'échange rapporté en anglais.

Le principal intéressé n'a pas nié les propos rapportés par le magazine Maclean's. «C'est sans intérêt», a-t-il simplement dit.

Mardi, c'était au tour de Martine Ouellet d'affirmer avoir été «apostrophée» par le meneur de la course après qu'elle l'ait questionné sur le Code du travail lors d'un débat.

Il n'en fallait pas plus pour que le gouvernement Couillard saute sur l'occasion de tenter de définir celui qui pourrait devenir chef de l'opposition vendredi prochain. «On constate que monsieur Péladeau est agressif et colérique, a dit Jean-Marc Fournier lors d'un impromptu de presse mardi. Il attaque ceux qui pensent comme lui. Imaginez l'État Péladeau pour les citoyens qui ne pensent pas comme lui.»

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les citations politiques de l'année 2015