POLITIQUE

Projet de loi 28: trop tôt pour dire si Jean Coutu donnera un coup de pouce à ses pharmaciens

29/04/2015 12:34 EDT | Actualisé 29/04/2015 12:44 EDT
artparadigm via Getty Images

Le Groupe Jean Coutu (TSX:PJC.A) estime qu'il est encore trop tôt pour dire si l'entreprise offrira un coup de pouce à ses pharmaciens afin d'absorber certains effets découlant du projet de loi 28 qui sabrera dans la rémunération de ces derniers.

Adopté sous le bâillon plus tôt ce mois-ci, la proposition législative de Québec prévoit 337 articles, dont plusieurs mesures budgétaires, comme la modulation des tarifs de garde ainsi que la rémunération des pharmaciens.

Si le projet de loi 28 permettra aux pharmaciens de facturer trois nouveaux actes, ces derniers devront en revanche laisser sur la table environ 177 millions $ en honoraires. Les analystes et intervenants du milieu estiment que le revenu annuel d'une pharmacie québécoise type sera ainsi réduit de 100 000 $.

Questionné mercredi quant à la possibilité d'offrir une forme d'aide financière à ses pharmaciens propriétaires, le président et chef de la direction de l'entreprise québécoise, François Coutu, s'est montré prudent.

"Nous ne voulons pas spéculer, a-t-il dit, lors d'une conférence téléphonique visant analyser les résultats du quatrième trimestre. Le projet de loi vient d'être adopté. Nous ne pouvons pas dire grand-chose."

Au Québec, la société compte 382 succursales, toutes exploitées par des pharmaciens propriétaires. Le Groupe Jean Coutu possède également 34 établissements répartis en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Dans le passé, M. Coutu s'était montré très critique à l'endroit du gouvernement Couillard quant au projet de loi, ayant qualifié cette décision de complètement "démesurée".

"Le projet de loi donne tous les pouvoirs au ministre de la Santé pour négocier les honoraires de nos pharmaciens, s'est-il contenté de dire, cette fois-ci. Nous verrons s'il négociera de bonne foi ou pas."

Néanmoins, d'après l'analyste Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, cette proposition législative ne devrait pas influencer négativement la performance financière de la société.

"La mesure vise directement les pharmaciens, écrit-elle dans un rapport. Groupe Jean Coutu pourrait les soulager en partie, comme la société l'a déjà fait dans le passé."

De son côté, l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires _ qui représente plus de 1900 pharmaciens propriétaires _ estime que les compressions pourraient se traduire par une diminution des services offerts et des heures d'ouverture des pharmacies.

Pour ce qui est de ses résultats du quatrième trimestre, terminé le 28 février, le Groupe Jean Coutu a vu ses profits glisser de 4,3 pour cent, malgré une augmentation de ses ventes.

Son bénéfice net a été de 55,2 millions $, ou 30 cents par action, par rapport à 57,7 millions $, ou 30 cents par action, à la même période l'an dernier. Les recettes ont progressé de 4,2 pour cent pour atteindre 713,9 millions $.

M. Coutu a souligné que la fermeture des magasins Target, qui, dans certains cas, abritaient des pharmacies Brunet, avait profité au Groupe Jean Coutu.

"Nous avons été plus agressifs en ce qui a trait à la promotion parce que la concurrence était vive, a-t-il dit. Les fermetures ont certainement aidé nos succursales qui se trouvaient à proximité des Target."

La performance trimestrielle a permis au Groupe Jean Coutu de répondre en partie aux attentes des analystes sondés par Thomson Reuters, qui tablaient sur un profit par action de 31 cents ainsi que sur des revenus de 702,9 millions $.

Les ventes des établissements ouverts depuis au moins un an _ un indicateur clé dans le secteur du commerce de détail _ ont progressé de 3,4 pour cent au cours du trimestre. L'augmentation a été de quatre pour cent du côté des produits pharmaceutiques alors que celle des ventes de marchandises générales a été de 2,7 pour cent.

Même si elle estime que le Groupe Jean Coutu possède un réseau bien implanté au Québec, Mme Natel estime que l'entreprise doit néanmoins déployer d'importants efforts pour conserver ses parts de marchés.

"L'environnement est très concurrentiel, écrit l'analyste. La société sait que les consommateurs recherchent de la valeur et c'est pour cette raison qu'elle investit dans la promotion et la publicité."

Les ventes de médicaments génériques de la marque maison Pro Doc ont progressé de 4,48 pour cent pour s'établir à 51,3 millions $ au cours du trimestre. La contribution de Pro Doc au résultat opérationnel ajusté a été de 23,1 millions $.

Groupe Jean Coutu a par ailleurs annoncé une augmentation de 10 pour cent de son dividende, qui passera à 11 cents par action. Ce nouveau paiement sera versé le 29 mai aux actionnaires inscrits en date du 15 mai.

Pour l'ensemble de son exercice, les profits de Jean Coutu ont été de 218,9 millions $, ou 1,17 $ par action, en fort recul par rapport à ceux de 437 millions $, ou 2,12 $ par action, de l'année précédente. Le chiffre d'affaires a quant à lui affiché une progression de 2,9 pour cent, à 2,81 milliards $.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Le budget provincial 2015 pour les nuls