NOUVELLES

L'Agence métropolitaine de transport sera abolie

24/04/2015 07:20 EDT | Actualisé 25/04/2015 10:30 EDT
Radio-Canada.ca

Une refonte majeure s'amorce dans l'organisation du transport en commun dans la grande région de Montréal. Le gouvernement du Québec annoncera bientôt l'abolition de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) et son remplacement par deux entités, le Réseau des transports métropolitains (RTM) et l'Agence régionale de transport (ART).

Un texte de Davide Gentile

La porte-parole de l'AMT, Fannie St-Pierre, a confirmé la nouvelle vendredi soir, en précisant que ces changements ne devraient pas avoir de conséquences pour les usagers des trains de banlieue et des autobus.

La gestion des trains de banlieue sera confiée à l'entité baptisée le Réseau de transport métropolitain. Ce RTM fusionnerait de nombreux conseils intermunicipaux de transports ( C.I.T ), petites sociétés de transports des banlieues de Montréal. Il chapeauterait aussi les activités des sociétés de transport de Montréal, Longueuil et Laval qui conserveraient cependant une certaine autonomie. Il reste que l'on crée ici une entité supra-régionale. Cela permettrait de mieux coordonner les services d'autobus des C.I.T avec l'offre de trains de banlieue.

L'autre objectif du gouvernement serait de simplifier la vie des usagers, souvent forcés d'acheter plusieurs titres de transport pour voyager d'un bout à l'autre de la région. Cette complexité est depuis longtemps décriée et plusieurs ministres des transports ont songé à y remédier.

De son côté, l'Agence régionale de transport aurait un mandat de planification et serait gérée par les élus de Montréal et des experts du gouvernement. La nouvelle entité de planification donnerait plus de pouvoir aux maires de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Six sièges du conseil d'administration seraient occupés par des représentants de la communauté métropolitaine de Montréal. Six autres seraient donnés à des spécialistes nommés par le gouvernement, tout comme le PDG de la nouvelle entité.

Selon plusieurs sources, cette réforme donnerait clairement plus de pouvoir aux villes, et aussi à Montréal. Le président de la CMM étant le maire de la métropole, les craintes de certaines banlieues circulent depuis des mois. Plusieurs évoquent à micro fermé une mainmise potentielle de l'administration Coderre sur le secteur des transports. « Tout sera décidé par Montréal pour Montréal » évoquait déjà un décideur de banlieue vendredi en soirée. Mais selon nos informations, la majorité des politiciens présents lors de la présentation du ministre des Transports Robert Poëti sont satisfaits du compromis présenté.

Lors de son discours inaugural en mai 2014, le premier ministre Philippe Couillard avait annoncé qu'il entendait réviser le rôle de l'AMT.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a aussi remis en question le rôle de l'AMT et évoqué une fusion des sociétés de transport dans la région de Montréal. L'anien ministre péquiste des Transports, Sylvain Gaudreault, avait lui aussi évoqué une fusion des sociétés de transport dans la région de Montréal.

Plusieurs suggéraient justement que l'AMT soit l'assise de cet exercice de simplification et qu'elle absorbe d'autres opérateurs. Mais les nombreux ratés de l'Agence métropolitaine de transport sous le règne de Joël Gauthier ont entaché l'image de l'entreprise. On pense au dossier du train de l'est annoncé en 2006. Évalué à 300 millions de dollars, il coûtera finalement plus de 700 millions.

L'AMT a par ailleurs fait l'objet de perquisitions de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) en novembre 2013 et en mai 2014, en lien avec ce contrat.

En janvier dernier, l'AMT a fait l'objet d'un audit, c'est-à-dire l'examen des contrats attribués en 2013, la période qui a suivi la nomination de Nicolas Girard au poste de PDG par le gouvernement du Parti québécois.

Constituée en 1996, l'AMT est une agence gouvernementale relevant du ministère des Transports. Elle travaille dans le but d'accroître les services de transport collectif dans la région métropolitaine de Montréal. Son territoire regroupe 83 municipalités et la réserve indienne de Kahnawake. Il s'étend de Saint-Jérôme à Saint-Jean-Baptiste, dans l'axe nord-sud, et de Hudson à Contrecœur, dans l'axe est-ouest. L'AMT compte près de 400 employés.

Le successeur de Joel Gauthier, Nicolas Girard, a changé les pratiques à l'interne. La porte-parole de l'AMT a tenu vendredi à écarter l'hypothèse d'une action politique de la part du gouvernement libéral, puisque le président de l'AMT, Nicolas Girard, est un ancien député du Parti québécois. Mais il ne compte pas que des amis au parti libéral. Il avait mené plusieurs charges contre le gouvernement de Jean Charest.

Plusieurs éléments seront éclaircis au cours des prochaines semaines. Est-ce que la réforme permettra un véritable allégement des structures ? Des sources se demandent si une entité où les maires ont plus de poids sera plus efficace. Sauront-ils favoriser une vision métropolitaine au lieu de prioriser leurs intérêts locaux ? « Avec cette réforme, il va falloir qu'on prouve qu'on peut se comporter en adultes », évoque une source politique de la couronne nord. Les détails seront connus au cours des prochaines semaines. La réforme aurait déjà été présentée au premier ministre Philippe Couillard et à la vice-première ministre Lise Thériault cette semaine. Le conseil des ministres pourrait l'entériner mercredi.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Azur, la nouvelle voiture du métro de Montréal