DIVERTISSEMENT

«La nouvelle vie de Paul Sneijder»: Thierry Lhermitte, un Français perdu à Montréal (ENTREVUE/VIDÉO/PHOTOS)

25/03/2015 10:37 EDT | Actualisé 25/03/2015 10:37 EDT

Thierry Lhermitte est en ville depuis quelques jours pour le tournage de La nouvelle vie de Paul Sneijder, une coproduction France-Québec. L’acteur connu pour son rôle mythique dans Le dîner de con incarne un homme blessé qui se reprend en main.

Tournage de «La nouvelle vie de Paul Sneijder»

La Palais des congrès avait mardi des allures d’exposition canine. Des chiens partout entourés de leur maître se pavanaient dans les couloirs. Tous ces figurants, bêtes et humains, se sont retrouvés sur les lieux pour le tournage de La nouvelle vie de Paul Sneijder, adaptation au grand écran d’un livre de l’écrivain Jean-Paul Dubois.

«J’aime beaucoup cet auteur, a expliqué en entrevue Thierry Lhermitte. Ses romans possèdent un ton décalé qui m’a toujours plu. C’est d’ailleurs la raison qui m’a fait accepter en partie le rôle. Et puis, il faut dire que j’ai bien aimé le récit de cet individu en reconstruction.»

Le comédien campe un cinquantenaire qui décide après la mort tragique de sa fille de changer de vie. Il démissionne d’un emploi lucratif pour devenir un simple promeneur de chiens. «Un jour, j’ai tout lâché pour partir en bateau pendant un an et demi, a raconté Lhermitte. Je sais ce que c’est de changer de route. Mais, on n’a pas besoin d’adhérer aux convictions de ses personnages pour pouvoir les interpréter. L’important, c’est d’y croire le moment venu.»

La scène qu’il s’apprêtait à jouer lui a nécessité une grande concentration. «Mon personnage rencontre un dingue (Guillaume Cyr) qui veut absolument participer à un concours canin, a expliqué l’acteur en riant. En bon claustrophobe, je lui dis que je suis sur le point de faire un malaise. On me donne alors un cocktail pour me décontracter. Au lieu de prendre un ou deux comprimés, j’avale la bouteille entière, ce qui va complètement me défoncer.»

Les choses ne vont pas très bien pour lui. En plus d’avoir perdu sa fille dans un stupide accident d’ascenseur, ses enfants le méprisent et son épouse le trompe. «Il traverse des événements épouvantables, a dit Lhermitte. Il évolue au milieu d’un monde qui ne le comprend absolument pas. Mais il va tenter de se reconstruire. Il part du fond du trou pour remonter la pente. Il va se ressaisir d’une façon plutôt originale.»

Un hiver «frette»

Le tournage en hiver n’a pas fait peur à l’acteur français qui connaît bien le Québec. «Mon fils habite ici, a-t-il précisé. Je viens à Montréal régulièrement. Mais bon, je dois quand même dire que cet hiver a été assez “frette”. On a passé des nuits dehors où là j’avais hâte de retrouver la chaleur.»

À ce titre, l’hiver possède une symbolique intéressante. «Lorsque le film débute, le personnage se retrouve dans un état de glaciation intime, a ajouté le réalisateur Thomas Vincent (Karnaval) qui signe l’adaptation au grand écran. Et petit à petit, il va se dégeler. Il revient à la vie en même temps que le printemps arrive.»

Entre le tragique et la comédie, La nouvelle vie de Paul Sneijder est une œuvre emplie d’humour noir. Thomas Vincent a été séduit par ce mélange des genres lu dans les pages du bouquin. «Cette manière d’aborder les événements très graves, style Woody Allen, me touche et me fait beaucoup rire», a conclu le cinéaste qui coscénarise le film avec son épouse Yaël Cojot-Goldberg.

Le tournage se poursuit jusqu’au 16 avril prochain. D’un budget de 5 millions de dollars, le film produit par Caramel Film et Cine Nomine met également à l’affiche Pierre Curzi, Hugo Dubé, Guillaume Cyr et Géraldine Pailhas . La date de sortie est prévue au courant de l’automne 2016.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter