DIVERTISSEMENT

«Richard III» au Théâtre du Nouveau Monde: Au coeur des dualités (ENTREVUES/PHOTOS/VIDÉO)

10/03/2015 04:29 EDT | Actualisé 12/03/2015 09:54 EDT

Une des pièces les plus attendues de la saison sera présentée dès mardi soir, et ce jusqu'au 4 avril, au Théâtre du Nouveau Monde: Richard III de William Shakespeare. Une oeuvre classique revisitée par la compagnie Sibyllines, dirigée par Brigitte Haentjens, qui aborde les tenants et aboutissants de la lutte de pouvoir du duc de Gloucester - joué par Sébastien Ricard-, qui écrasera tout sur son passage pour parvenir au trône. Entrevue avec la metteure en scène et l'acteur, qui en sont à leur première expérience avec l'oeuvre de Shakespeare.

«Richard III» au Théâtre du Nouveau Monde

Pourquoi Shakespeare, pourquoi maintenant? Et pourquoi Richard III, pièce dense, très riche? «Je ne fais pas 4 spectacles par année!» lance en riant Haentjens. «J'ai plein de projets dans mes dossiers et je ne trouvais pas le temps. Parallèlement, je cherchais un grand rôle pour Sébastien. Quand j'ai lu la pièce, je me suis dit que ce serait un grand et beau défi!»

Même son de cloche chez l'acteur, qu'on peut également voir en vedette dans Chorus, qui avoue s'être fié à l'instinct de sa metteure en scène pour Richard III. «C'est une envie qui m'a été fortement suggérée par Brigitte! (Rires) Depuis quatre ans, elle me parle de cette pièce. C'est un beau défi pour moi! Au fil des répétitions, j'ai découvert que c'est un rôle magnifique. J'aime la dualité au coeur du personnage: il est à la fois extraordinairement articulé, intelligent, instinctif, séduisant, dégoûtant, handicapé, diforme. Il est profondément habité par le chaos, mais c'est un homme de cour qui est capable d'une grande civilité. Richard III est aussi un acteur: la pièce parle de théâtre, de mise en scène. Ces aspects ont approfondi ma lecture du personnage. Et bien sûr, c'est un grand plaisir de jouer ce genre de rôle très physique.»

De son côté, Haentjens n'a jamais douté du talent - et de la force de caractère - de Ricard pour ce rôle très dense, et également très demandant. «C'est un rôle énorme dont on parle ensemble depuis longtemps. C'est une descente aux enfers pour lui. J'ai essayé de l'accompagner comme je pouvais. C'est un ami intime: à certains égards, ça a favorisé ce cheminement. Cette plongée dans l'eau noire s'est fait progressivement. Il y a plein d'étapes dans le travail du théâtre.»

Regard d'aujourd'hui sur la dramaturgie d'autrefois

La metteure en scène est catégorique: «Nous ne sommes pas dans une adaptation contemporaine. Et je ne veux pas non plus reproduire un théâtre à l'ère élisabéthaine. C'est plutôt un regard d'aujourd'hui qui évoque le passé. On a essayé de trouver une formule théâtrale qui parle au public.»

Richard III au TNM : le tapis rouge

Un travail de taille: comment rendre toutes les nuances de ce texte de Shakespeare, traduit par Jean-Marc Dalpé? «Je ne sais pas si j'y suis parvenue (Rires). Il faut plonger dans les enjeux, dans toutes les couleurs. Tous les registres sont là: l'humour, le tragique... Mon but a été d'être le plus près possible de l'oeuvre. D'en faire ressortir les facettes.»

Et tout ça, en laissant l'acteur principal s'épanouir dans ce rôle comme le confirme le principal intéressé: «Brigitte est une personne exigeante. Envers elle-même et les autres. Mais ce n'est pas castrant. Elle n'impose pas ses vues. Elle regarde plutôt ce qui se passe réellement devant elle. Elle observe ce qui est en train de naître. Tout le monde a l'impression de participer, de créer. Étant donné qu'on se connaît très bien, on a une sorte d'entente dans le travail. Ça a facilité la préparation de mon rôle. Les conditions sont extraordinaires: c'est un privilège de travailler avec elle. »

Richard III, du 10 mars au 4 avril au Théâtre du Nouveau Monde. Le spectacle sera aussi au Théâtre français du Centre National des Arts à Ottawa du 21 au 25 avril 2015.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

25 pièces de théâtre à voir en 2015