NOUVELLES

Métro de Montréal: des ascenseurs qui ne mènent nulle part

03/03/2015 06:13 EST | Actualisé 03/03/2015 06:14 EST
Marie-Eve Maheu/Radio-Canada

Deux ascenseurs construits à coup de millions dans le métro de Montréal ne servent à rien, et ce, depuis six ans. La Société de transport de Montréal (STM) voulait rendre la station Bonaventure plus accessible aux personnes à mobilité réduite. Mais la deuxième section menant à l'extérieur n'a jamais été construite par son partenaire, l'Agence métropolitaine de transport (AMT).

Un texte de Marie-Ève Maheu

Laurence Parent, qui se déplace en fauteuil roulant, peut se rendre jusqu'à la station Bonaventure, puis monter d'un étage, du quai jusqu'à la billetterie. Mais impossible pour elle d'aller plus haut.

« C'est un peu l'histoire d'un fiasco. On voit une station qui a deux ascenseurs, mais qui en réalité n'est pas accessible », dit la doctorante sur les questions de transport adapté et cofondatrice d'une page Facebook sur le transport « mésadapté ».

La STM a dépensé plus de quatre millions de dollars en 2009 pour rendre la station Bonaventure accessible aux personnes à mobilité réduite. Mais l'AMT, qui devait construire l'autre section jusqu'à son terminus d'autobus et la rue, n'a toujours rien fait.

Ironiquement, la STM a installé une affiche tout près des deux ascenseurs pour se féliciter de ses efforts dans le dossier. « Avez-vous vu? Un réseau plus accessible grâce à un ascenseur mis à votre disposition », peut-on lire.

Affiche dans le métro Bonaventure. Photo : Radio-Canada/Marie-Eve Maheu

Pour Laurence Parent, c'est une preuve supplémentaire que les sociétés de transport agissent avant tout pour redorer leur image. « L'image, c'est très important, mais la réalité, ce n'est pas du tout ce que cette image essaie de démontrer. »

« C'est extrêmement fâchant, parce qu'il y a très peu de stations accessibles à Montréal. Il y en a tellement peu que quand la STM décide d'investir des millions de dollars pour construire des ascenseurs, que le ministère des Transports fournit les fonds et que l'autre partenaire ne le fait pas, tout le monde est à blâmer, selon moi! » — Laurence Parent

Mais ni la STM ni l'AMT ne sont prêtes à porter le blâme.

« Nous, on a fait notre bout, dit Marie Turcotte, représentante des usagers du transport adapté au conseil d'administration de la STM. L'AMT connaît notre positionnement comme société de transport en faveur de l'accessibilité universelle. »

L'AMT espère commencer les travaux en 2015

La porte-parole de l'AMT, Fanie St-Pierre, peine de son côté à expliquer pourquoi le projet traîne depuis 2009.

« La part du projet sous notre responsabilité est d'une ampleur plus importante que ce que la STM devait développer. On a trois sites avec trois ascenseurs et comme il y a eu des changements dans la portée du projet depuis 2009, c'est sûr que ç'a causé des délais. » Elle souligne également que l'AMT est locataire de l'espace où seront construits les ascenseurs. « C'est sûr que ça pose un défi supplémentaire », dit-elle.

L'AMT soutient que le projet fait maintenant partie de ses priorités, et que les travaux devraient commencer d'ici la fin de l'année.

La présidente du Regroupement des activistes pour l'inclusion au Québec (RAPLIQ), Linda Gauthier, a de la difficulté à y croire. Ce n'est pas la première fois qu'on lui sert un tel discours « C'est un mensonge une année après l'autre. »

Le RAPLIQ en a assez. Tellement que le groupe envisage sérieusement d'intenter une poursuite. « On parle des droits des personnes, du droit de circuler pour avoir une vie sociale. Les gens, tout ce qu'il voit en nous, c'est qu'on coûte cher. Mais on est des êtres humains, des contribuables. On paye des taxes et on paye le même prix que tout le monde pour la carte de la STM. »

Selon Laurence Parent, le problème est le Québec n'a pas de loi contraignante sur l'accessibilité, avec des objectifs précis, comme en Ontario.

Elle souligne que pour les personnes en fauteuil roulant, les ascenseurs sont essentiels dans le métro, mais qu'il n'y a pas qu'eux qui pourrait en bénéficier. « Il y a plein de gens qui ont des difficultés de mobilité, des personnes âgées, toutes les familles avec de jeunes enfants aussi. On parle de milliers de personnes. »

La STM veut rendre toutes ses stations accessibles. Elle en aménage un peu moins d'une par année. À ce rythme, Laurence estime que le réseau sera complété en 2085. Elle aura alors 100 ans.

L'accessibilité, un enjeu depuis 2007 seulement

Les stations de métro construites à Laval ont été les premières à être munies d'ascenseurs en 2007. Avant que ne commence leur construction, le ministère des Transports se questionnait toujours à savoir s'il devait rendre le métro accessible. Il a commandé une étude, dont les résultats étaient plutôt gênants : « Montréal est un des derniers métros dans le monde à être encore 100 % inaccessibles aux personnes en fauteuil roulant », aux côtés de Glasgow (Royaume-Uni), Marseille (France) et Bucarest (Roumanie), écrivaient les auteurs en 2002.

Depuis, huit stations sont accessibles (neuf en comptant Bonaventure) et Jean-Talon doit s'ajouter d'ici quelques semaines. La STM évalue le coût de l'accessibilité pour tout son réseau à 900 millions de dollars.

Consultez le détail dans l'infographie ci-dessous.

INOLTRE SU HUFFPOST

13 stations de métro autour du monde