BIEN-ÊTRE

Le vrai du faux des traitements esthétiques: entretien avec Docteur Cynthia Stolovitz (VIDÉOS)

15/02/2015 06:38 EST | Actualisé 16/02/2015 07:25 EST
Courtoisie

C’est le sujet « sur toutes les lèvres » en ce moment. Les photos de vedettes qui sont à peine reconnaissables sont virales. On les soupçonne d’avoir abusé de Botox, de Restylane ou de Lift Vampire pour ne nommer que ceux-ci. Il n’en fallait pas plus pour piquer notre curiosité et nous sommes allés rencontrer la Docteur Cynthia Stolovitz, directrice de la renommée clinique « Anti-Aging » située dans le prestigieux « Golden Square Mile » de Montréal. Nous avons recueilli des explications détaillées afin de démystifier ce fascinant monde de la beauté et du rajeunissement instantané.

Quelle est la nature de ces traitements et leur utilité?

La toxine botulique de type A (le Botox, Dysport) : On parle souvent de Botox® au lieu d'utiliser le terme plus approprié de toxine botulinique de type A. Il atténue les rides d’expression, particulièrement les rides du lion, le plissé soleil et les rides du front. Il est aussi parfois utilisé pour atténuer les rides du cou, du nez ou des lèvres. Il s’agit d’une protéine purifiée d’origine bactérienne issue d’un procédé de moisissures. Son effet dure, en général, entre 3 et 6 mois. Il s’agit d’un des traitements le mieux documenté et le plus expérimenté à ce jour. Il est aussi intéressant de savoir que la toxine botulique est aussi utilisée pour traiter la transpiration excessive des aisselles, des mains et des pieds (en figeant les glandes actives de sueur).

Les traitements beauté des stars parfois étranges

Implants de comblement (fillers) :

L’acide hyaluronique est aussi connu sous les noms : Restylane, Perlane, Juvéderm. Une injection d’acide hyaluronique corrige certains signes de vieillissement présents au niveau du visage, en comblant les rides ou en augmentant le volume là où c’est nécessaire.

La durée de vie varie entre 8 et 12 mois et est, de nos jours, l’une des interventions esthétiques les plus pratiquées dans le monde. Les corrections les plus fréquemment effectuées par l’acide hyaluronique peuvent être réparties en quatre catégories :

Sillons : l’aile du nez au coin de la bouche

Rides et ridules : front, rides du lion (entre les sourcils), patte d’oie (au coin des yeux), joues, menton, plissé soleil autour de la bouche Lèvres : gonflement des lèvres trop minces ou sans ourlet, comblement des rides des lèvres Dépressions (creux) ou manques de volume : les cernes creux, pommettes, menton, contour mandibulaire, joues, nez, séquelles cicatricielles (acné, varicelle, traumatisme.)

Donc quelles sont les différences majeures entre les différents traitements?

En résumé, la fonction de la toxine botulique de type A est de figer et de relaxer le muscle. Les implants de comblement servent surtout à recréer du volume et de combler un manque.

Comment sont injectés ces traitements?

Le liquide obtenu est injecté, en très petites quantités, dans la peau ou les muscles, dans la région des rides à traiter. L’aiguille utilisée est très fine et les injections sont à peine douloureuses. « La grande différence entre la médecine générale et esthétique est que le médecin pratiquant se doit d’avoir un œil esthétique. Une vision d’ensemble de ce qu’est la symétrie et l’harmonie du visage. »

Comment et qui décide de la quantité à utiliser?

Le médecin pratiquant est en charge de la procédure et est responsable des résultats. Celui-ci discute avec le patient et évalue ses besoins. Il relève de ses compétences et de son éthique de déterminer la quantité juste à injecter. Certains patients souffrent d’une distorsion de leur propre image, c’est alors le devoir et la responsabilité du médecin de les ramener à la réalité. Le but de l’exercice est de rehausser la beauté naturelle des patients et/ou de corriger subtilement les défauts. Docteur Stolovitz, médecin en soins esthétiques précise : « Il m’est déjà arrivé de refuser les demandes d’un patient que j’ai jugées inappropriées et surtout irréelles. À mon avis, la modération a bien meilleur goût! »

Il y a un important tapage médiatique qui entoure les vedettes qui ont eu recours à des traitements, la question reste, est-ce que c’est vrai que ça fige?

Docteur Stolovitz : « Ce qui est important de comprendre, c’est qu’un travail bien effectué est un travail à peine perceptible. La patiente doit se trouver l’air reposé et en santé en sortant de mon bureau. Des modifications trop évidentes résultent d’un travail mal fait. La correction de retouche bâclée fait d’ailleurs partie de nos services. Il faut faire ses recherches et trouver le bon médecin pratiquant. Il ne s’agit pas d’un bon moment pour réaliser des économies. »

Pour voir toutes les vidéos de l’émission Ça commence bien!, rendez-vous sur le site de V Télé.

Abonnez-vous à la page Facebook du HuffPost Art de vivre
Suivez le HuffPost Art de vivre sur Twitter