DIVERTISSEMENT

Mois de la Poésie à Québec: une 8e édition sous le signe de la bête (PHOTOS)

10/02/2015 04:46 EST | Actualisé 10/02/2015 07:58 EST
Courtoisie

«Apprivoiser la bête poétique», c’est là le souhait de l’organisme littéraire le Printemps des Poètes, qui dévoilait le 10 février la programmation du Mois de la Poésie. La huitième édition de ce festival littéraire, qui aura lieu du 5 au 31 mars à Québec, sera l’occasion d’entendre près de 300 artistes.

Mois de la Poésie à Québec 2015

En conférence de presse, la directrice artistique du festival, Isabelle Forest, a expliqué le choix de l’image de la bête pour présenter le Mois de la Poésie. «Pour beaucoup de gens, la poésie reste un genre un peu obscur, insaisissable, une drôle de bibitte. C’est une bête qui, on l’espère, va se laisser apprivoiser par le plus grand nombre possible.»

La présidente d’honneur de cette année, la poète Hélène Dorion, sera aussi l’invitée de marque des célébrations de la Journée mondiale de la poésie du 21 mars. Elle a tenu à souligner l’importance de cette journée afin «d’établir un dialogue avec la société dans laquelle nous vivons».

Une riche programmation

Performances, cabarets littéraires, slam, lectures publiques et expositions sont parmi la soixantaine d’activités prévues pendant le Mois de la Poésie. La soirée de lancement du 5 mars prochain s’annonce sous le signe de l’irrévérence. La poète de Québec Érika Soucy, accompagnée d’artistes de Montréal, présentera avec Les anges de la rénovation poétique des lectures et relectures pastiches de véritables romans à l’eau de rose, de livres de croissance personnelle et de biographies de célébrités.

Classé «18 ans et plus», le spectacle Normporn (7 mars) du collectif Exond& promet de faire réagir. Au centre de miroirs, le collectif présentera des textes osés explorant la relation entre l’humain et son sexe en abordant une foule de sujets sans tabou, comme l’hypersexualisation, la confusion des genres et les déviances.

Afin de souligner la Journée internationale de la femme, le Mois de la Poésie a donné carte blanche à la femme de théâtre et auteure féministe Pol Pelletier. Si rien n’a été dévoilé sur le contenu cet événement, qui aura lieu le 8 mars, la direction du festival promet «un spectacle intense», à l’image de son invitée.

Autre fierté du festival, le poète belge Thomas Israël présentera en première nord-américaine son spectacle multidisciplinaire Skinstrap. Amalgame de texte d’autofiction, de projection et de poésie sonore, cette performance de body mapping fera partie d’un programme triple avec poètes invités de France et de Belgique (19 mars).

Finalement, il faut aussi mentionner le spectacle d’adieu des Anarchiens mêlant récital poétique et rock (18 mars), la performance de spoken word de Fortner Anderson d’une durée de 12 h et 10 minutes (17 mars), le retour des Brigades poétiques à travers la ville (du 19 au 22 mars), la projection de courts métrages poétiques avant les représentations au Cinéma Cartier et la Nuit de la Poésie, qui rassemblera une trentaine de poètes le 21 mars sous la présidence d’Hélène Dorion. La Nuit de la Poésie sera précédée d’un 5 à 7 festif au cours duquel on remettra le Prix de poésie Geneviève-Amyot et le prix Jean-Noël-Pontbriand.

Toute la programmation ici.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter