DIVERTISSEMENT

Sophie Calle et Simon Starling au Musée d'art contemporain de Montréal

09/02/2015 10:39 EST
Courtoisie MAC

Le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) inaugure sa programmation de l’année 2015 avec deux expositions uniques sur deux artistes d’exception. Sophie Calle présente un regard poétique sur la cécité tandis que Simon Starling offre aux visiteurs une méditation sur les métamorphoses.

Sophie Calle propose Pour la première et la dernière fois, une expo divisée en deux parties (La Dernière image et Voir la mer) qui réunit ses projets réalisés à Istanbul. Entamé en 1986 avec ses œuvres intitulées Les aveugles, l’artiste conceptuel d’origine française a poursuivi son travail dans la mégalopole turque quelques années plus tard.

Cette fois, elle est allée rencontrer des gens devenus soudainement aveugles pour leur demander ce qu’était la dernière image qu’ils avaient vue. En résultent des portraits sensibles mêlant photos et récits biographiques sur des destinées brisées.

Calle a également suivi des individus qui voient pour la première fois de leur vie la mer. Depuis plus de trente ans, l’artiste de 61 ans utilise la photographie, l’écriture, la vidéo et la performance afin de livrer des œuvres audacieuses. Ce qui est encore le cas ici avec son exposition parfois troublante qui touche à la vérité humaine.

Métamorphologie

De son côté, Simon Starling présente Métamorphologie. Organisée par le Museum of Contemporary Art Chicago, cette exposition d’envergure propose un regard rétrospectif sur sa production des dix dernières années.

Sur quatre salles, le Britannique explore l’idée de récurrence à partir de deux axes principaux : les matériaux et les outils de son métier (calcaire, marbre, platine, acier ou bois) et les principes de cycle, de circuit et de circulation. Fin observateur, il s’intéresse, non sans humour, à différents processus de transformation.

Ainsi, le public pourra découvrir plusieurs sculptures dont Bird in Space, une gigantesque plaque d’acier, produite en Roumanie et qui pèse deux tonnes. Il y a aussi Flaga 1972-2000, une Fiat 126 blanche et rouge suspendue sur l’un des murs.

L’intérêt de Starling pour le cinéma lui a donné la possibilité d’une nouvelle narration que l’on peut retrouver dans Project for a Masquerade (Hiroshima). Cette installation regroupe des personnages aussi divers que James Bond, le colonel Sanders, Henry Moore et Sir Anthony Blunt réunis autour d’un fabriquant de masques nô japonais.

Les expos Pour la première et la dernière fois et Métamorphologie sont présentées au Musée d'art contemporain de Montréal jusqu'au 10 mai 2015

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Sophie Calle et Simon Starling au MAC