POLITIQUE

Course à la direction du PQ: l'ex-ministre Véronique Hivon appuie Alexandre Cloutier (VIDÉO)

05/02/2015 08:48 EST | Actualisé 07/04/2015 05:12 EDT

QUÉBEC - Au lendemain du lancement officiel de la course à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier et Pierre Karl Péladeau ont chacun obtenu, jeudi, un nouvel appui d'un membre du caucus péquiste.

Véronique Hivon, députée de Joliette, a choisi d'appuyer M. Cloutier, qui mise sur elle pour rassembler les forces souverainistes. Mme Hivon est ainsi devenue la deuxième membre du caucus péquiste à s'afficher pour lui.

Maka Kotto, député de Bourget, a quant à lui envoyé une lettre ouverte pour signifier son appui à M. Péladeau, qui compte maintenant quatre membre du caucus dans sa campagne.

M. Kotto a souligné les réussites accomplies par M. Péladeau, actionnaire de contrôle du conglomérat médiatique Québecor, pour exprimer sa confiance qu'il saura réaliser la souveraineté du Québec.

«À mes yeux, Pierre Karl Péladeau n'a plus rien à démontrer quant à la portée des mots réalisations et réussite, écrit-il. Et comme je souhaite voir ces deux mots accolés au destin du Québec le plus rapidement possible, mon choix d'un chef s'est fait sans grande hésitation.»

De son côté, s'il est élu chef en mai prochain, M. Cloutier confiera à Mme Hivon le rôle de représenter le PQ au sein d'un comité neutre réunissant les autres partenaires souverainistes.

L'objectif de cette initiative est de dégager un tronc commun d'intérêts, une foire aux questions sur la souveraineté, ainsi qu'une constitution, a expliqué en conférence de presse le candidat, qui représente la circonscription de Lac-Saint-Jean.

«Je pense que le rôle qu'elle va jouer, ce rôle de rassembleur, il est profondément essentiel à ce stade-ci, a-t-il dit. Nous parlons de renaissance du mouvement souverainiste, nous souhaitons lui donner une impulsion nouvelle.»

Questionné sur la possibilité d'alliances électorales avec d'autres partis souverainistes, comme Option nationale et Québec solidaire, M. Cloutier a expliqué qu'il est trop tôt pour avancer pareille stratégie.

«Lorsque nous tendons la main à tous les souverainistes, ce serait une erreur de leur dire d'avance: voici exactement tout ce que nous allons faire pour y arriver, a-t-il dit. Encore faut-il avoir un espace de dialogue d'ouverture, et ça ne se fera pas du jour au lendemain.»

Alors que d'autres forums existent déjà pour réunir les forces souverainistes, Mme Hivon a estimé que le projet de M. Cloutier serait plus efficace.

«Ça partirait d'une volonté affirmée et centrale du chef, du principal parti souverainiste du Québec, qui lui mettrait en place une instance avec la collaboration des autres, a-t-elle dit. Il ne fera pas ça tout seul. Ce n'est pas moi ou lui qui déciderions des modalités de tout ça. C'est vraiment la main tendue pour qu'ensemble on s'entende sur la façon de travailler.»

Dans le dernier gouvernement péquiste, Mme Hivon était ministre déléguée aux Services sociaux. Elle est coauteure du projet de loi sur le droit de mourir dans la dignité, adopté en juin au terme d'une démarche non partisane.

Mme Hivon est le deuxième appui du caucus péquiste obtenu par M. Cloutier. Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, ancien ministre des Régions, a déjà affiché son appui.

Le candidat Bernard Drainville est celui qui mène avec cinq appuis de membres du caucus.

Par ailleurs, les cinq candidats dans la course ont convenu, jeudi, avec l'organisation du PQ, de la nécessité que cinq débats soient prévus durant la campagne. Les villes de Montréal, Trois-Rivières, Sherbrooke, Québec et Rimouski ont été retenues.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques propositions d'Alexandre Cloutier