POLITIQUE

Course à la chefferie du PQ: il y aura cinq débats (VIDÉO)

05/02/2015 03:40 EST | Actualisé 06/02/2015 11:53 EST

La proposition de tenir cinq débats a finalement fait consensus au PQ : après une rencontre avec le président de l'élection, Jacques Léonard, jeudi après-midi, les cinq candidats en lice dans la course à la direction du PQ ont convenu de s'affronter à cinq reprises.

Les débats auront lieu à Trois-Rivières, Sherbrooke, Rimouski, Québec et Montréal. Pourquoi ces villes-là? Pour des raisons de logistique, mais aussi de bonne diffusion, a expliqué en substance M. Léonard.

Le premier débat, en sol trifluvien, aura lieu le 11 mars. Les autres débats suivront toutes les deux semaines : le 1er avril à Sherbrooke, le 15 avril à Québec, le 29 avril à Rimouski et le 6 mai à Montréal.

Mais il faudra s'adapter au calendrier des travaux parlementaires, particulièrement pour les candidats qui sont également députés ; « les dates peuvent changer en cours de route », a prévenu Jacques Léonard.

« Certains candidats avaient dit qu'ils en voulaient cinq [ débats ], il y a eu un petit ramdam autour de cette question; je pense que c'est correct », a déclaré Jacques Léonard, qui évalue à 20 000 $ environ l'organisation d'un seul débat. « Sur un budget de 850 000 $, il faut trouver des solutions », a-t-il souligné.

« Ça a été unanime, on est bien contents », a résumé Martine Ouellet, aspirante-chef du PQ aux côtés des Pierre Karl Péladeau, Bernard Drainville, Alexandre Cloutier et Pierre Céré.

Les débats seront tous diffusés. « C'est une très bonne nouvelle pour la démocratie du parti », a souligné Bernard Drainville.

Pierre Karl Péladeau a qualifié la réunion avec M. Léonard et toute la mécanique entourant la tenue desdits débats de « pas simples ».

« C'est pas simple, il y a beaucoup de logistique, je ne m'en rendais pas compte », a-t-il candidement admis, tout en se montrant satisfait du résultat de la rencontre.

« C'est vrai que c'est compliqué parce qu'il y a cinq candidats, a reconnu M. Léonard qui explique que le fait qu'il y ait un nombre impair de candidats augmente un peu le niveau de difficulté logistique, puisqu'on veut s'assurer que chacun ait le même nombre d'occasions de parler.

Les débats seront scindés en trois : dans un premier temps, les candidats présenteront leurs idées, dans un deuxième temps ils répondront aux questions des membres et dans un troisième temps ils débattront entre eux. Les membres du PQ désireux de poser des questions devront les avoir préalablement envoyées au Parti québécois.

Et il n'y a pas que les cinq débats qui offriront aux candidats l'occasion d'exprimer leurs intentions : ainsi, une circonscription peut fort bien inviter un candidat et il revient à chaque candidat d'organiser sa campagne en fonction de ces rencontres, a conclu Jacques Léonard en substance.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Chefferie du PQ: leurs positions sur la charte et la souveraineté